Dossier Bad N°13

La Force pour le joueur de badminton
Pourquoi est-elle essentielle ?

La force n’est pas à proprement parler LA qualité qui nous vient à l’esprit lorsque l’on parle de badminton. D’ailleurs, si l’on plaçait Monsieur et Madame tout le monde devant un match de badminton de haut-niveau et qu’on leur demandait de nous donner les principales qualités physiques des joueurs à l’écran, gageons que la force ne serait pas de la partie. Les qualités simplement exprimées par des néophytes, dont les remarques naïves sont parfois pleines de bons sens, seraient certainement l’explosivité, la souplesse, l’endurance ou encore la puissance. Or, chacune de ces qualités est en lien avec la force. Parfois même, la stagnation dans le développement de ces qualités trouve sa source dans l’inutilisation du travail de force. Mais s’il faut que le joueur de badminton fasse du travail de force, ne va-t-il pas « gonfler » ? Ne risque-t-il pas s’il est pubère ou pré-pubère de voir sa croissance stoppée ? Ne risque-t-il pas de se blesser sous les charges lourdes ? Laissons nos préjugés de côté le temps de cette lecture.

Pourquoi travailler la force ?

Avant de relier le travail de force au badminton, il nous faut bien comprendre que le mot force n’est pas automatiquement connecté à la fonte. Sortons de nos esprits les haltères, les barres olympiques et autres salles de musculation remplies de machines faites pour le travail analytique. Remplaçons ces images par celle d’un nourrisson. Imaginons le allongé sur le ventre et cherchant à se redresser. Il prend appui sur ses mains en repoussant le sol ce qui lui permet de plier une jambe et de prendre un troisième appui sur son pied. Ce nourrisson réalise sa première fente. Ces trois appuis lui permettent de redresser son buste et de ramener son autre jambe pour se retrouver accroupi. Il ne lui reste plus qu’à réaliser son premier squat pour être debout. La nature nous oriente elle-même dès notre plus jeune âge vers un travail de force ô combien fonctionnel et nous donne les réponses aux questions : faut-il faire du travail de force pour « les jeunes » ? Le travail de force nécessite-t-il obligatoirement des charges lourdes ?

Pourquoi le travail de force est-il essentiel en badminton ?

Le travail de force est essentiel en badminton selon plusieurs approches :

  • Selon une première approche, les performances de force maximale sont fortement corrélées aux performances de vitesse. La relation entre la force et la vitesse interindividuelle est très disparate et nécessite des tests pour déterminer les besoins de chacun. Néanmoins, il est aisé de remarquer que l’entraînement de la vitesse est souvent recherché en badminton ce qui n’est pas le cas de la force. Il est donc possible de formuler l’hypothèse suivante : les joueurs de badminton pourraient avoir une valence vitesse très prononcée dans la relation force-vitesse. Or se priver de développement dans le domaine de la force revient à limiter sa progression dans celui de la vitesse… De plus, le travail de force, qui est souvent corrélé à tort à la prise de masse et/ou de volume musculaire, permet d’améliorer le recrutement et la synchronisation des unités motrices. Il permet également d’augmenter la raideur du système musculo-tendineux ce qui est un facteur de performance non-négligeable en badminton (voir Dossier BAD n°2)
  • Selon une deuxième approche plus novatrice, le travail de force aurait aussi des effets positifs sur la capacité du joueur de badminton à tenir une haute intensité d’effort durant un match « marathon ». En effet, le travail de la force maximale aura plusieurs effets bénéfiques :
    1. Il aura un effet positif sur l’économie du mouvement par une meilleure activation des unités motrices. Le temps de contact au sol en sera également diminué par un meilleur effet de stockage-restitution de l’énergie et une meilleure coordination intra et intermusculaire.
    2. Il permet d’augmenter la force des fibres de type I. Au cours d’un match à rallonge, les fibres de type I pourraient perdre en force de par leur sur-utilisation. Cette chute du niveau de force est petit à petit remplacée par les fibres de type II, beaucoup moins économiques. Elle s’accompagne donc rapidement d’une augmentation de la fatigue et donc de la performance. Le travail de la force maximale permettra de repousser cette échéance en renforçant les fibres de type I car ce type de travail sollicite toutes les fibres ! On a tendance à l’oublier…

La mise en œuvre d’un travail de force autour de ces deux approches suppose le choix :

  • des groupes et chaînes musculaires sollicités spécifiquement en badminton.
  • des méthodes de travail (intensité, temps de travail, temps de récupération, nature de la récupération…)
  • L’analyse des particularités individuelles (postures, morphologies…)

Ces choix et leurs implications concrètes ne peuvent être développés que lors de séances pratiques. Ce Dossier BAD, comme tous les autres, ne peut en aucun cas donner un programme clé en mains, rarement pertinent dans le but d’améliorer la performance en badminton tout en préservant l’intégrité physique.

Conclusion

Le travail de force est le grand oublié dans l’entraînement du joueur de badminton. Pourtant, les chocs pliométriques générés par la pratique du badminton peuvent être égaux à plusieurs fois le poids du corps. De même, les efforts excentriques dans des positions de fentes profondes entraînent des contraintes mécaniques souvent supérieures à la plupart des exercices avec charges qu’il nous ait été donné d’observer dans le monde du badminton. La conclusion est donc simple, peu de joueurs aujourd’hui sont réellement préparés aux contraintes phénoménales qu’engendre le badminton. La chance (ou plutôt la malchance !) génétique, contextuelle, temporelle décide de la résistance de nos joueurs (voir sur cette question «La philosophie des Dossiers BAD »). Pourtant, le poids de notre propre corps, s’il est utilisé judicieusement, offre déjà des perspectives plus que satisfaisantes. Les seuls freins au travail de force sont l’acquisition de connaissances et l’imagination dans la construction de situations adaptées, car il peut se faire avec peu ou pas de matériel. Bien sûr, des équipements de haute qualité, comme on en voit dans certains centres, peuvent offrir des possibilités illimitées. Mais posséder de bons équipements ne suffit pas, encore faut-il les utiliser de manière pertinente…

Que la force soit avec vous !

Bon entraînement intelligent à tous !

carte de visiteMICHEL Philipe carte visite

 

 

 

 

 

 

, , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire

Recevez maintenant notre guide gratuit de badminton !