Dossier Bad N°9

Abdominaux et badminton : 3 notions indispensables
Partie 2

Un premier article a traité des pratiques concernant le travail abdominal souvent inadaptées à la performance et à la préservation de l’intégrité physique des joueurs de badminton (Voir Dossier Bad n°6). Ce dernier a tenté de mettre en évidence les deux principales erreurs à ne pas commettre : le rapprochement des épaules et du bassin ainsi que le raccourcissement des grands droits. Dans cette deuxième partie, nous allons aborder trois notions indispensables (parmi d’autres) à un travail abdominal optimum et soucieux de préserver le corps des joueurs de badminton.

La respiration : logique ! Mais pas si facile…

Rares sont ceux qui se demandent s’ils respirent à l’endroit. Et pourtant, beaucoup seraient surpris de constater que la position verticale et l’avachissement quotidien surtout en position assise ont la fâcheuse tendance à nous faire respirer à l’envers : le diaphragme remonte à l’inspiration et descend à l’expiration. Il ne joue donc plus son rôle de piston. La respiration à l’envers, c’est la respiration thoracique, celle qui est malheureusement souvent utilisée dans la pratique des abdominaux. Le thorax est mobile, le ventre rentre à l’inspiration et les abdominaux se distendent à l’expiration (le ventre sort)…
Pour autant, la respiration abdominale ne doit pas être active à l’inspiration. Autrement dit, il ne faut pas se forcer à gonfler le ventre à l’inspiration cela provoquerait une distension des abdominaux. Pour éviter cela, il faut commencer par expirer (il y a toujours de l’air à expirer) afin de provoquer une inspiration réflexe grâce au diaphragme. Cette première expiration permet également de contracter le transverse dans sa partie basse pour positionner les viscères dans la partie supérieure du ventre et les empêcher de descendre. Dans le cas contraire, les viscères descendent et la pression intra-abdominale augmente pouvant entraîner à terme des problèmes d’incontinence par exemple… La contraction abdominale se fait donc toujours du bas vers le haut !

La contraction périnéale : protection et point d’ancrage

Une contraction abdominale devrait toujours être précédée d’une contraction périnéale que l’on doit maintenir pendant tout l’effort. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la contraction doit aller du bas vers le haut. Or, le périnée étant étroitement lié au transverse pour le maintien en place des organes, sa contraction doit intervenir dès le début de l’expiration. Elle permet de protéger et fournit un point d’ancrage à l’effort bien que cela ne veuille pas dire que la poussée doit se faire vers le bas mais bien vers le haut. Le principe de protection et de renforcement dans le cas des abdominaux reposent sur l’un des muscles les moins entraînés en badminton : le transverse. Sa partie inférieure que l’on appelle transverse superficiel est pourtant positionnée de manière stratégique. En effet, cette position la plus basse du ventre la rend faible en raison des différents bras de levier et des organes qu’il soutient (vessie, utérus, intestin). Pourtant, un joueur qui bénéficierait d’une grande solidité à ce niveau aurait de quoi produire des mouvements puissants à partir d’appuis stables. Des études ont aussi su montrer que la contraction du transverse entraînait des contractions automatiques de certains muscles du dos responsables de la tenue de la colonne vertébrale. Bref, le transverse semble être l’un des meilleurs alliés d’un gainage efficace et donc du joueur de badminton.

L’auto-grandissement : comment s’en passer… ?

L’auto-grandissement, c’est-à-dire l’éloignement volontaire des épaules et de la tête par rapport au bassin et/ou inversement, est le garant d’une bonne respiration en permettant au diaphragme de jouer son rôle de piston et donc d’un bon travail abdominal. Il empêche le tassement, la cambrure et le rapprochement des vertèbres. Il est donc indispensable au travail abdominal et peut permettre de lier récupération, abdominaux et travail postural. En effet, à la fin d’une séance (souvent le soir), les vertèbres ont subi de lourdes pressions et des chocs répétés auxquels il faut ajouter une journée où la pesanteur les a tassées les unes sur les autres. La pratique d’auto-grandissement en récupération semble donc être un atout non-négligeable dans la lutte contre le tassement des vertèbres. De plus, les exercices de correction posturale (souvent basés sur l’auto-grandissement) que l’on peut aussi placer à l’échauffement pourront permettre à l’entraîneur de faire d’une pierre trois coups.

Le travail abdominal est l’un des domaines d’investigation où le badminton n’a que trop à apprendre des autres disciplines. Nombreuses sont celles qui ont compris que la respiration est étroitement liée au gainage, que la posture est garante de l’intégrité physique et de la performance. Pourtant aujourd’hui encore, même les plus hautes strates du badminton français se passent de ces méthodes, entre autres, pourtant indispensables à l’ambition la plus élevée tout en minimisant les risques.

Pour information, la première formation de préparation physique pour le badminton a vu le jour et s’appelle : la PPBad.
La première intervention a pour thème : le gainage pour le badminton. Elle aura lieu au CREPS de Chatenay Malabry le Dimanche 15 Mars de 14h à 16h. Plus d’informations sur ce lien.

 

Bon entraînement intelligent à tous !

carte de visiteMICHEL Philipe carte visite

 

 

 

 

 

 

, , , , , ,

One Response to Dossier Bad N°9

  1. Helene 26/04/2017 at 14:14 #

    J’adore cet article sur les abdominaux. Je peux enfin mettre des mots et faire des recherches sur les malaises que je ressens dans ma petite pratique. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Recevez maintenant notre guide gratuit de badminton !