Les signes d’une mauvaise hydratation.

Les signes d’une mauvaise hydratation.

Les signes d’une mauvaise hydratation.

 

« Il faut boire l’eau en pensant à sa source »

 

Depuis notre tendre enfance, on nous répète que notre corps est constitué d’environ 60% d’eau. Cela est donc vital de s’hydrater tout au long de la journée mais malgré cela, nous avons du mal à nous exécuter.

Le badminton et toutes les activités physiques accentuent notre besoin en hydratation mais seule une poignée de badistes savent réellement l’impact qu’une bonne hydratation a sur notre performance. Savez-vous qu’une déshydratation d’environ 2% peut diminuer entre 10 à 20% de notre performance physique.

La seule et unique source d’hydratation liquide intéressante pour notre corps est l’eau (plate ou gazeuse). Néanmoins je vous conseille fortement les eaux de source comme Mont Roucous et Evian pour leurs apports en minéraux et leur faible résidu à sec.

Selon votre type d’alimentation et votre tendance à saler les plats, il ne faudra pas trop vous orienter vers des eaux riches en sodium (sel) tel que la Badoit, la Vichy Célestin et la Saint-Yorre.

Quelques signes d’une mauvaise hydratation ? :

  1. La couleur de vos urines : plus vos urines seront translucides plus vous serez hydratés.
  2. L’apparition de tendinite : l’effort physique, l’oxydation organique et notre alimentation participent à la création de résidus qui se fixent sur nos tendons. L’eau favorise le drainage corporel. Avec une bonne hydratation, les résidus disparaissent et une grande partie de vos tendinites peuvent être évitées.
  3. L’élasticité de votre peau : une bonne hydratation apporte de l’élasticité à votre peau. L’apparition de vergetures est le signe d’une mauvaise hydratation lors d’une prise de masse (muscle ou gras).

 

Le rôle de l’eau dans notre corps :

  1. Aide au bon fonctionnement de notre cerveau
  2. Une régulation thermique (chaleur de notre corps) qui nous permet notamment d’avoir un sommeil plus profond et réparateur.
  3. Favorise le transport des molécules
  4. Lubrifie nos articulations
  5. Aide au rejet des déchets, spécialement ceux qui viennent se fixer sur nos tendons amenant les fameuses tendinites.

 

Vous l’aurez compris, l’hydratation est source de vitalité et d’une performance optimum. Néanmoins, ici il n’est pas question de boire des sodas ou autres jus de fruit chargés en sucre qui acidifient notre organisme mais tout simplement de l’eau et encore de l’eau.

Il est conseillé de boire entre 1,5 et 2,5 L d’eau en dehors de l’entraînement mais attention, il faut l’étaler sur toute la journée afin de maintenir le taux d’électrolytes constant. (Calcium, potassium, magnésium, sodium et chloride pour les principaux).

Avoir une bonne hydratation est à portée de tout le monde, il suffit juste de prendre les bonnes habitudes dès aujourd’hui.

 

Petit rappel : il ne faut pas attendre d’avoir soif pour s’hydrater, le simple fait d’avoir soif est déjà source de souffrance pour votre corps.

 

Bonne hydratation et bon entraînement.

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

4 exercices pour travailler sa défense de double

4 exercices pour travailler sa défense de double

4 exercices pour travailler sa défense de double

 

Les disciplines de double sont très spectaculaires. On les assimile très rapidement à la puissance
de smash, à l’explosivité ou bien à la vitesse. En revanche, nous parlons très peu de la qualité des défenses des joueurs, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Lors de ma carrière, j’ai très souvent entendu que l’attaque après les 3 premiers coups était la chose la plus importante en double ; de mon point de vu, c’est à la fois vrai et faux.
Vrai, parce que la majorité des points sont gagnés en phase d’attaque.
Faux, car sans défense, vous avez toutes les chances de perdre votre match.

Nous avons tendance à dire et à juste titre que « ta défense ne te feras pas gagner ton match mais il te ne le fera pas perdre »

Pour ma part, j’ai pendant de longues années développé un style de jeu très défensif, basé sur la contre attaque. C’est évidemment un style de jeu risqué mais très efficace et déstabilisant si vous êtes capable d’agrandir au maximum le court !

Vous l’aurez compris, je ne suis pas de ceux qui prône de rester en attaque en permanence mais plutôt d’agrandir au maximum le court pour mieux contre-attaquer !

 

Comment travailler sa défense ? Ici, je vous donne 4 exercices de bases pour la développer.

 

  • Le mur : 

  • Et oui toujours et encore le mur ! vous vous dîtes que je me répète et vous n’avez pas tort mais combien d’entre nous le faisons réellement ? cet exercice est très accessible et l’on progresse rapidement. 5 min en début ou fin d’entrainement sont suffisantes dans un premier temps. Pour la petit anecdote, Candra Wijaya, ancienne star indonésienne de double, faisait 1 h de mur tous les matins avant sa séance.

 

  • Dos au mur : 

  • cet exercice à plusieurs objectifs : le premier est de travailler sa posture de défense (raquette et coude vers l’avant), le deuxième est de développer sa maniabilité de raquette. Tester le et vous vous rendrez vite compte que votre position laisse à désirer. Attention à vos raquettes !

 

  • Le 2 VS 1 ou 3 VS 1 : 

  • il existe plusieurs possibilités mais ma préférée est le 2 contre 1 avec 2 joueurs au filet. C’est pour moi celle où l’on se retrouve le plus sous pression.
    Selon votre niveau, vous pouvez demander à vos relanceurs de viser uniquement votre prise revers ou bien d’alterner coup droit et revers … à vous de choisir.
    Dans un premier temps, chercher à faire durer l’échange, il faut donc demander aux relanceurs d’être « gentils ».

 

  • Le multi-volants :

  • cet exercice est un exemple parmi tant d’autres pour la défense sous forme de multi-volants. Je le trouve très intéressant car accessible à tous (pas besoin de savoir distribuer en main haute) et il permet de travailler son relâchement qui est l’un des aspects les plus important de la défense.

 

La défense est pour moi ce qui rend les doubles spectaculaires. Je reste toujours ébahi par la qualité de défense des coréens, malaysiens, indonésiens ou encore de la jeune paire danoise Astrup / Rasmussen !

 

Je vous rappelle qu’en défense l’attitude, la posture et un geste court sont de rigueurs.

N’oubliez pas le relâchement et surtout, d’avoir confiance en votre défense 🙂          

Bon entraînement,

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Le championnat TOP 12 : terre d’accueil des étrangers

Le championnat TOP 12 : terre d’accueil des étrangers

Le championnat TOP 12 : terre d’accueil des étrangers

 

D’année en année je vois de plus en plus d’étrangers dans nos championnats TOP 12, N1 et N2. Cette année voit d’ailleurs une masse d’arrivées impressionnante !

Depuis 4-5 ans, le règlement de nos championnats autorise un nombre illimité de joueurs issus de l’Europe. Cette nouvelle règle, bien qu’intéressante sportivement dans un premier temps pour les joueurs français, le devient de moins en moins. En effet la quantité de joueurs français évoluant dans notre championnat élite diminue considérablement d’année en année. Certains clubs alignent des équipes constituées de 6 voire 7 joueurs étrangers pour 1 ou 2 Français !

Bien que sur le fond, cela ne me dérangerait pas si ces fameux joueurs s’investissaient un minimum pour le club (comme c’est le cas pour certains) ; à l’image des clubs Danois qui demandent à leurs joueurs étrangers de venir en amont des rencontres pour s’entrainer avec les joueurs du club ! Ce type d’initiative serait bien plus qu’un retour sur investissement, et serait une plus-value non négligeable pour le développement des clubs, de leurs joueurs et donc du badminton FRANÇAIS !

Mais ce n’est pas le cas ! Et voici ce que cette règle entraine :

 

1. Cela crée un manque à gagner important pour les joueurs Français :

Certain ne le savent peut-être pas, mais, l’ensemble des joueurs du TOP 12 sont rémunérés pour y participer. C’est l’une des seules manières de toucher de l’argent en tant que joueur de badminton français de haut niveau.

Seul petit bémol, les joueurs étrangers sont moins chers que les français et donc à niveau égal, le joueur étranger est souvent préféré au français.

 
2. Il n’y a quasi plus aucun joueur français en TOP 12

Au-delà de l’aspect financier qui fait fondre la quantité de joueurs français, il y l’aspect purement sportif. En effet, le fait que les joueurs et notamment les     joueuses françaises soient moins performants que les étrangers, entre en ligne de compte. Argument recevable, sauf que, si les joueurs français n’ont pas l’occasion de jouer contre ces joueurs étrangers comment peuvent-ils tenter d’exister ? Nous avons déjà des difficultés à développer le badminton féminin en France, alors ce n’est pas en les faisant disparaître du championnat que cela va aller en s’arrangeant …

 

Pour un championnat qui se dit « amateur » de part son règlement, je trouve la quantité de joueurs professionnels y évoluant assez spectaculaire. Faisant même du Top 12, l’un des championnats les plus relevés après le Danemark.

Le fait que la fédération ne régule pas plus le nombre d’étrangers par équipes est dénué de sens car elle met en péril la situation des joueurs français. Selon moi, bien avant d’avoir un championnat TOP12 de haut niveau il faut penser à l’intérêt des joueurs français et à leur développement.

Je sais qu’il est illégal d’interdire aux clubs de recruter et de faire jouer des étrangers. Il serait donc pertinent de prendre le contre pied en obligeant la participation de joueurs français dans 50% des matchs d’une rencontre au minimum.

Ne vous trompez pas sur mes intentions en matière de professionnalisation. Je milite très fortement pour cette dernière dans notre sport et je serais ravi de voir enfin la création d’une ligue professionnelle avec un statut reconnu pour les joueurs de haut niveau. Cela faciliterait à la fois, la vie des clubs pour déclarer les sommes versées aux joueurs, et mettrait fin au fléau de la précarité pour les joueurs de haut niveau.

 

Si tout comme moi vous êtes soucieux du respect des joueurs français, je vous invite à réagir en commentant et en partageant cet article un maximum sur les réseaux sociaux afin de faire réagir nos élus fédéraux.

 

Je compte sur vous, amis badistes. A bon entendeur, salut !

 

Bon vendredi à tous

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Plutôt physique ou plutôt technique ?

Plutôt physique ou plutôt technique ?

Plutôt physique ou plutôt technique ?

 

Le badminton fait partie des sports les plus intenses pour notre coeur. Nous le savons très technique sur l’aspect du déplacement et de la maniabilité de raquette.

La théorie veut donc que l’on développe à la fois des compétences physiques et techniques pour pouvoir s’épanouir et être performant. Néanmoins, la pratique nous démontre parfois le contraire. En effet, il n’est pas rare de voir des joueurs très physiques que l’on qualifie de « rameurs » dans notre milieu. Ou bien, des joueurs très techniques qui ont cette faculté à mettre l’adversaire en difficulté sans bouger.

 

Le badminton demande donc un ensemble de compétences à développer si l’on souhaite atteindre le haut niveau tel que :

  • la tactique
  • le mental
  • le physique
  • la technique

Il est vrai que seule une minorité souhaite devenir athlète de haut niveau, donc, quelles compétences, selon vous, faut-il développer en priorité pour commencer à se faire plaisir en badminton ?

 

Pour ma part, je considère ces deux compétences comme indissociables du badminton. L’aspect technique vous permettra de vous placer sous le volant et de l ‘envoyer où vous le souhaiter. L’aspect physique quant à lui, vous permettra de maintenir votre qualité technique et de minimiser les fautes directes.

J’ai tendance à penser que développer son physique en priorité est plus pertinent pour l’apprentissage du badminton. Avoir une base physique minimum est primordiale pour maintenir votre concentration tout au long de votre séance.

Plus votre concentration sera au « rendez-vous », plus vous assimilerez rapidement la bonne technique, optimisée selon vos caractéristiques physiologiques.

Il ne faut pas tomber dans l’excès en orientant son entrainement que sur une thématique physique ou technique mais voir plus large et proposer un entraînement regroupant ces deux compétences sur une même séance. (Sauf si vous avez un volume d’entrainement important, dans ce cas, vous pouvez faire des séances 100% technique ou physique)

Mon conseil serait d’intégrer la partie physique juste après votre échauffement. Cela peut prendre la forme d’exercices courts et intensifs tels que le « Tabata » 20sec de travail 10sec de repos sur 4 min. Vous pouvez imaginer des thèmes de renforcement musculaire, de travail de pieds ou de sprints.

Il faudra adapter votre échauffement à votre séance car oui, chaque entrainement demande un échauffement spécifique. J’en reparlerai plus en détails dans un prochain article.

Respectez les temps de repos est primordial pour votre progression.

La partie technique peut être intégrée sous forme de « shadows » en début de séance. Puis sous forme ludique dans votre corps de séance et terminer par un travail de services ou répétition de coups en fin de séance.

J’ai une préférence pour un apprentissage du badminton sous forme ludique. Selon moi, prendre du plaisir dans une activité est l’objectif N°1. Sans plaisir, aucune chance d’avoir une progression constante.

Il existe une infinité de variantes possibles pour travailler votre physique et votre technique, soit dans une même séance, soit à travers plusieurs.

Assurez-vous de mettre énergie et concentration en adéquation avec vos objectifs badistiques.

 

N’oubliez pas, il faut maitriser votre charge d’entrainement pour éviter tous pépins physiques.

 

Bon entraînement !

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

L’heure de la pause café

L’heure de la pause café

L’heure de la pause café

 

Au réveil, au coup de barre de 10h, au déjeuner, au quatre heure, au repas du soir… Le café fait partie courante de notre alimentation d’hier et d’aujourd’hui.

Nous l’avons tous déjà gouté une fois dans notre vie ou si ce n’est pas encore fait, cela viendra à terme. Cette boisson est très présente dans l’ensemble de nos buvettes sportives et les coachs en abusent très souvent pour garder leur attention active.

Le café est certainement l’une des boissons chaudes et froides les plus consommer dans le monde avec le thé mais savez-vous réellement les effets du café sur votre organisme ?

 

  • Pourquoi prenons-nous du café ?

En principe nous prenons le café afin de nous réveiller et/ou de nous maintenir éveiller avec ce fameux coup de peps qu’on lui connaît. Le problème est que le café est beaucoup plus puissant que ce que l’on croît ! Différentes études dont celle réalisée par le Pr Christopher Drake « boire une grande tasse de café en rentrant de sa journée peut entraîner des effets négatifs sur le sommeil, tout comme si vous consommiez de la caféine peu avant d’aller au lit » ont montré qu’une consommation de café trop tardive (6h avant le coucher) avait un impact négatif sur la qualité de notre sommeil (et le pire c’est que nous nous n’en rendons pas forcément compte). Le problème est principalement là ! En effet, notre sommeil (nous le verrons dans un prochain article) est le moment le plus important pour la régénération de notre corps. Pas seulement pour les muscles mais également au niveau de notre cerveau et bien plus encore ! Un bon sommeil est gage de santé ! Et de développement musculaire bien sur !

 

  • Comment fonctionne le café ?

Le café est un puissant stimulant pour notre système nerveux mais il n’est pas une source d’énergie comme certains le pensent. Le café à la propriété de se fixer sur nos récepteurs à la place de « l‘adénosine ». Cette dernière est la substance relâchée par nos neurones qui se fixe sur nos récepteurs. Une fois nos récepteurs pleins d’adénosine, nous passons en mode « off », la fatigue se fait alors ressentir. Or, en prenant la place de l’adénosine, la caféine fait disparaître la sensation de « fatigue » ce qui peut être un aspect positif ou négatif selon l’utilisation que l’on en a.

Le café a une autre particularité dont il faut se méfier, à savoir, sa durée de vie dans notre organisme. Il peut mettre plusieurs jours à disparaître complètement. En moyenne le café diminue de moitié toute les huit heures et donc, selon l’heure de votre dernier café de la journée vous risquez de mettre plus ou moins de temps à vous endormir.

 

Effets secondaires :

Comme très souvent il faut noter quelques effets secondaires qui peuvent être positifs avec un minimum de stratégie.

La caféine active deux autres hormones dans notre corps, la cortisol (substance à la base du médicament « cortisone »), puissant stimulant ainsi que l’adrénaline que nous connaissons tous. Ce sont l’une des raisons pour lesquelles nous devenons addicts au café à notre insu.

 

De nombreuses personnes sont des amateurs café, tout comme moi, mais nous devons veiller à ne pas en abuser pour ne pas chambouler notre organisme et notre horloge interne.
La meilleure stratégie à adopter si vous souhaitez ressentir réellement les effets du café serait de faire des pauses régulières de plusieurs jours. Ex : 5 jours sans et 2 jours avec pendant la compétition.

 

N’oubliez pas, le sommeil est primordial donc pour ne pas le bousculer, dernière tasse de café à 14h 🙂

 

A bientôt

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques