5 raisons de consommer des fruits à coques.

5 raisons de consommer des fruits à coques.

5 raisons de consommer des fruits à coques.

 

« Réapprendre à manger est devenu vital aujourd’hui. »

 

Qui n’a jamais eu de fringale lors d’un entraînement, d’un match, d’un tournoi ou bien même dans son quotidien ? Si vous en avez fréquemment c’est que votre alimentation doit être modifiée. Vous mangez certainement trop sucré (glucide) et pas assez de bonnes graisses !

En tant que français, j’ai été éduqué à des habitudes alimentaires erronées en commençant par le petit déjeuner ! Notre cher petit déjeuner est bien trop sucré et même quasiment que sucré ! Pain, viennoiserie, confitures, pâte à tartiner, jus de fruits, céréales industrielles … la liste est longue. Le problème de cette alimentation, est qu’elle est rapidement consommée par notre corps. Une alimentation trop glucidique = Fringale assurée ! Afin d’éviter baisse de régime et fringale il faut vous orienter vers une alimentation riche en bonnes graisses et en protéines qui apportent une énergie beaucoup plus longue dans le temps.

Je me suis éloigné dans le but de vous faire comprendre que vous devez introduire une alimentation plus riche en graisse et en protéine d’où l’intérêt des fruits à coques qui en sont justement gorgés.
Les fruits à coques ont de multiples effets bénéfiques pour notre santé et nos performances sportives en voici quelques exemples :

 

1. Forte teneur en acide-gras Oméga 9, 3 et 6 :

J’ai déjà indiqué à plusieurs reprises l’intérêt d’avoir un ratio oméga 3/6 équilibré. L’introduction régulière de fruit à coques dans votre alimentation va vous aidez à équilibrer ce ratio. N’oubliez pas que l’oméga 6 est inflammatoire et qu’un ratio déséquilibré apporte diverses maladies et blessures ! Nous trouvons de l’oméga 6 quasiment dans toute notre alimentation moderne (industrielle).

 
2. Bon pour le cerveau ! :

Si on écoute nos grands mère, la consommation de noix nous rend plus intelligents :). Et elles ont raisons car leurs fortes teneurs en acide-gras et en vitamine E permettent et améliorent le bon fonctionnement de notre cerveau. Quoi de mieux que de développer un peu son intelligence sur un terrain de bad . 🙂

Plusieurs études montrent une diminution de 45% des risques de développer une maladie neurodégénérative (Alzheimer) avec une consommation quotidienne entre 10 et 20g.

 

3. Rester lucide dans vos matchs ! :

En effet, les fruits à coques nous aident à tenir et à rester lucides sur un terrain. Consommer avant vos entrainements / matchs une poignée d’amandes vous permettra d’avoir un apport en protéines et en minéraux (alcalin) suffisant pour être performant et lucide.

 
4. Bon pour vos muscles :

La consommation de pistaches est excellente pour vos muscles durant votre activité. En, effet elle permet d’avoir un apport suffisant en potassium qui, lui, est essentiel pour un bon fonctionnement musculaire.

 
5. Bon pour la santé :

De part leur riche apport nutritif, ils nous aident à combattre le risque de maladies cardio-vasculaires, régulent le taux de mauvais cholestérol (LDL), aident à combattre les radicaux libres grâces à leurs antioxydants… La liste des bienfait est longue, croyez-moi !

 

Je vous conseille d’introduire noix, amandes, pistaches ou autres fruits à coques dans vos salades et vos collations de 10h et 16h afin d’arriver à une consommation de 30g par jour.

Attention, je ne parle pas de consommer les fruits à coques que l’on trouve au rayon apéritif ! Ils ont bien trop de sel et de sucre ajoutés… ceux là n’ont aucun intérêt nutritif et ne sont pas très bons pour votre santé (poids, diabète, allergies…)

 

Prendre de bonnes habitudes alimentaire est notre « assurance tous risques ».

 

Bon vendredi

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

 

« Qui sème une pensée, récolte une action ; qui sème une action récolte une habitude ; qui sème une habitude, récolte un caractère ; qui sème un caractère, récolte un destin. »

Stephen R. Covey

 

Nous nous fixons tous des objectifs à plus ou moins long terme. Ces objectifs sont notre moteur au quotidien. Sans finalité nous ne comprenons pas pourquoi nous nous entrainons, pourquoi nous nous levons le matin…

Malgré cela, seule une poignée d’entre nous arrivera à atteindre ses objectifs. Pourquoi cela ? Pourquoi un athlète devient champion Olympique et pas un autre ? Certains diront qu’ils n’ont pas eu assez de chances. Est-ce dû réellement qu’à la chance ? Ou plutôt à un état d’esprit, une attitude au quotidien ?

 

En tant qu’athlète, mon objectif était de devenir champion Olympique. Ai-je réellement tout mis en oeuvre pour le devenir ? Hier, je vous aurais répondu que oui, mais que les entraineurs n’étaient pas assez bons, que je n’avais pas de chance, que mes partenaires n’étaient pas à la hauteur et blablabla. J’ai quitté l’INSEP avec une grande aigreur vis-à-vis de ce milieu qui, à mon sens, ne m’avait pas donné ce dont j’avais besoin pour atteindre mes objectifs. Mon attitude n’était pas la bonne. Je donnais systématiquement des excuses à mes échecs plutôt que d’en comprendre les causes. Mes croyances me limitaient et m’imposaient des barrières qui semblaient infranchissables.

Aujourd’hui, je sais que je suis le seul responsable de cet échec. L’état d’esprit que j’arborais en dehors et sur le terrain n’a jamais été à la hauteur d’un athlète de haut niveau. J’avais un état d’esprit que l’on peut qualifier de « fixe » (Cf Carol S. Dweck, Professeur à l’université Stanford), un certain talent et une dose de chance m’ont permis d’atteindre l’Equipe de France mais ce n’était pas suffisant pour mes vrais objectifs.

Mon ambition était pourtant bien réelle mais mon implication ne l’était pas assez.

Cet échec fait partie de moi. J’ai mis quelques années à rebondir et à sortir de ce cet état d’esprit « fixe », à m’extirper de ce cercle vicieux. Aujourd’hui c’est cet échec qui me fait avancer dans la vie car j’ai su le transformer en « opportunité ».

Il me donne l’envie de me dépasser au quotidien pour mes proches, pour mes différents projets professionnels, pour aider « mes joueurs » à atteindre leur plein potentiel en ayant le bon état d’esprit, l’état d’esprit « de développement »

Avoir un état d’esprit « de développement » (Cf Carol S. Dweck, Professeur à l’université Stanford) n’est pas inné, c’est une compétence qui se travail quotidiennement ; Jusqu’au jour où vous l’incarnerait complètement.

 

Voici comment le travailler au quotidien.

 
1. Suppression ; est-ce utile ?

Afin d’incarner cet état d’esprit de « développement », il faut commencer par comprendre que nous faisons de nombreuses choses inutiles au quotidien qui nous coûtent de l’énergie.

Vous devez analyser vos actions, vos entrainements et déterminer si cela est pertinent pour vos objectifs.

Concentrez-vous sur ce qui fonctionne et développez-le.

 

2. Action

La vie est faite d’actions ! Nous le savons, mais pourtant, nous avons tous en nous un penchant plus ou moins développé pour la « procrastination ». Si vous devez travailler votre shadow ou votre service pour passer un palier, faites le sans attendre. Chaque action devient une habitude à terme.

Ne vous cherchez plus d’excuses pour agir.

Si la procrastination est un réel problème chez vous, je vous conseille cette lecture :

3. Remise en question

Nous entendons tous autour de nous « il ne se remet jamais en question », mais combien d’entre nous se remettent réellement en question ? Je ne vous parle pas de se remettre en question lors d’une grave erreur mais de se remettre en question au quotidien tel que : « comment puis-je améliorer ma posture », ou bien au badminton « mon amorti est bon mais comment puis-je encore l’améliorer ? », « mon échauffement est-il suffisamment pertinent pour ma séance ? » etc.

C’est cette logique de développement perpétuel, d’amélioration au quotidien que nous devons tous tenter d’incarner.

 

4. Changement

Nos habitudes actuelles sont celles qui nous brident pour la plupart d’entre nous. Concevoir et accepter qu’il nous faille changer celles-ci pour s’améliorer est très complexe et demande du courage. C’est en revanche nécessaire si l’on souhaite continuer d’avancer, pour un jour, atteindre son « plein potentiel »

 

5. L’énergie

J’entends très souvent des joueurs dire « je me suis pas donné à 100% aujourd’hui » ou bien « j’ai géré ». L’énergie et l’implication que nous mettons dans nos actions sont essentielles ! Cela nous impact directement ainsi que nos proches.

Ex : une personne « molle » à l’entrainement ne donne pas envie de s’entrainer avec elle alors qu’une personne pleine d’énergie se donnant à 100% nous donne envie d’être avec elle.

 

Rappelez-vous d’une chose, un échec devient un échec que si vous n’en tirez aucune leçon !

Assumez vos objectifs, donnez-vous les moyens avec toute l’énergie nécessaire pour les atteindre, tout est possible, il faut juste osez le faire !

 

« Nous savons ce que nous sommes, mais pas ce que nous pouvons faire »

Shakespear

 

A vous de jouer !

Bon vendredi

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

L’entraînement à l’Indonésienne en badminton

L’entraînement à l’Indonésienne en badminton

L’entraînement à l’Indonésienne en badminton

 

L’entraînement à l’Indonésienne en badminton C’est l’un des seuls pays au monde où le badminton est le sport national ! Il existe une réelle expertise de la part des entraîneurs Indonésiens en matière de badminton au regard des résultats des indonésiens sur la scène internationale. Il est donc intéressant de s’interroger sur leurs méthodes puis de voir ce qui est transposable pour nous autres, français. Je profite donc de notre stage en Indonésie pour vous faire un petit récapitulatif de l’entraînement à l’Indonésienne.
J’ai dégagé les 4 grands axes d’entraînements qui se répètent le plus souvent :

1. Agility

L’impact physique est non négligeable dans cette vision du badminton et il ne passe pas un jour sans physique. Ils utilisent en début ou en fin de séance le travail de pieds sous forme d’aller/retour sur la longueur du gymnase ; Mais également les circuits training sous forme de 30 sec de travail 30 sec de repos avec divers exercices allant du simple shadow, au travail avec la raquette lourde en passant par le renforcement musculaire et les sauts de boîtes. Ces derniers sont un classique du genre mais attention à ne pas trop les utiliser si vous avez des douleurs aux genoux.

2. Shadow

C’est évidemment la base du badminton et l’Indonésie ne fait pas exception à la règle. En revanche ils utilisent énormément l’exercice de shuttle Run (voir vidéo Stage Indonésie J1 Facebook) afin de s’ habituer aux fentes extrêmes. Il faut néanmoins vous forcer à faire une grande fente en restant gainé afin de ne pas créer de douleur dans votre bas du dos.

3. Multi-volants

Le Multi-volants est bien plus utilisé en Indonésie que chez nous. L’objectif est de travailler à la fois l’ impact physique avec de longues séries mais aussi la survitesse. Il arrive très régulièrement que les joueurs ne touchent pas tous les volants. Cela force le joueur à pousser au maximum sur ses deux jambes.
N’hésitez pas à l’utiliser régulièrement dans vos entraînements pour travailler la survitesse. La distribution est sans nul doute un exercice complexe pour bon nombre de joueurs. Je ferais un article prochainement sur les techniques de distribution.

4. Maniabilité de raquette

S’il y a bien un aspect où les Indonésiens excellent, c’est dans leur qualité de raquette ! De l’enfant à l’adulte, leur maniabilité de raquette dépasse de loin les nôtres ! Ce n’est évidemment pas inné chez eux mais dû à un travail régulier pour la travailler. L’utilisation de la raquette lourde dans de nombreux exercices mais aussi l’exercice du mur qui est pratiqué très régulièrement et ce, dès le plus jeune âge, en font des experts de la maniabilité de raquette.

Au-delà de l’aspect purement « entrainement », plusieurs autres aspects sont marquants en Indonésie :

  • la bonne humeur qui règne à l’entraînement. Il n’est pas rare de voir et d’entendre des joueurs rirent ! Cela n’empêche en rien le fait qu’ils s’entraînent dur et sérieusement.
  • Une culture commune dans tout le pays ! Que vous soyez à Jakarta, Surabaya ou Bandung vous allez avoir les mêmes conseils techniques et faire les mêmes exercices d’entrainement. Avoir une culture d’entrainement commune est une force pour un pays et c’est l’un de nos problèmes aujourd’hui en France.
  • Le volume d’entraînement est bien plus élevé qu’en France et donc par définition ils s’ entrainent plus souvent que nous dans les catégories jeunes. Or, hormis à l’Insep, il y a très peu d’endroits où il est possible de s’entrainer deux fois par semaine.
  • La qualité de la relance est prise très aux sérieux et c’est exactement ce qui rend les exercices bien plus intensifs et pertinents pour tous les joueurs sur le terrain.
  • Le respect Entraineur / joueur, comme dans toutes cultures asiatiques, il y a un profond respect de la part du joueur vers l’entraineur. Cela renforce l’implication de tous les acteurs durant les entraînements.

Si vous avez envie d’en savoir plus sur les entraînements en Indonésie, vous pouvez suivre les vidéos que je poste sur le Facebook de Fuzions.

Bon vendredi
Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Développer son jeu d’attaque en badminton

Développer son jeu d’attaque en badminton

Développer son jeu d’attaque en badminton

 

Les joueurs offensifs sont toujours les plus impressionnants et les plus appréciés à haut niveau par le grand public. A l’image d’un Lin Dan en 2008 ou d’un Taufik Hidayat en 2004 ne relevant aucun volant, écrasant leurs adversaires tour à tour lors des JO de Pékin et d’Athènes.

Même si le badminton d’aujourd’hui a légèrement évolué vers un jeu plus attentiste du fait des défenses impressionnantes des athlètes. Certains joueurs restent néanmoins dans une logique d’attaquant ; C’est le cas des joueurs de Thailande, Hong-kong et Chinese-Taipei.

En France, je vois assez régulièrement des joueurs attaquer sans réfléchir, dans des positions déséquilibrées et se faisant contrer facilement. Ils terminent d’ailleurs assez frustrés de leurs matchs disant que « c’était eux qui faisaient le jeu et que leurs adversaires ne faisaient pas grand chose ».

 

Etre un bon attaquant c’est avant tout savoir se maitriser en variant ses attaques (puissance, angles, coups).

Si vous souhaitez devenir un bon attaquant il vous faudra donc travailler les points suivants :

 

  • Le relâchement :

    C’est à mon sens l’aspect le plus important au badminton et surtout en attaque. Une personne « tendue » et/ou « stressée » avec une main très serrée sur son grip et dans son geste ne pourra jamais imprimée de la vitesse au volant. Travailler son relâchement vous apportera plus de puissance, plus de précision mais aussi plus de confiance.
    Vous pouvez le travailler sans volant dans un premier temps en répétant le geste avec un armé lent puis, une forte accélération au moment théorique de la frappe du volant. Rajouter la frappe du volant sans déplacement dans un second temps puis avec déplacement, si les deux points précédents sont maitrisés.

  • La variation d’attaque :

    Il s’agit de développer et de maitriser l’ensemble des coups d’attaques afin de perturber votre adversaire. Pour cela il vous faudra apprendre le slice, le stick, le smash, le demi-smash. Le slice et le smash sont généralement maitrisés mais le stick et le demi-smash sont quasi inexistants des courts de badminton en dessous du TOP 20 français. L’angle et la trajectoire imprimés au volant à toute son importance. Il est important d’apprendre à les varier selon la taille et la position de défense de votre adversaire.

  • Le timing :

    Tout est une question de timing en attaque ! Il faut être en avance et surtout bien équilibré ! Chercher à attaquer dans une mauvaise posture vous fera perdre le point dans la majorité des cas… A vous de choisir et d’attendre le bon moment.

  • L’orientation d’appuis :

    La majorité des joueurs se retrouve avec les pieds parallèles au filet du fait d’un apprentissage erroné du shadow traditionnel où l’on demande au joueur de se replacer au centre du terrain. Si vous prenez le temps d’analyser les appuis des joueurs de haut niveau, vous verrez que leur jambe raquette est systématiquement en avant où en arrière. L’objectif étant d’anticiper la trajectoire la plus probable à chaque fois. Favoriser l’attaque fond de court c’est orienter sa jambe raquette vers l’arrière. Cette orientation d’appuis est déjà maitrisée dès le plus jeune âge chez  les danois.
    L’orientation d’appuis est un point que j’aborderai dans un article  complet.

 

Il ne suffit pas de taper très fort dans le volant pour être un bon attaquant mais bien au contraire, d’apprendre à maitriser l’ensemble des paramètres: relâchement, angles, trajectoires pour ne pas vous épuiser trop rapidement et inutilement !

                                        

A vous de jouer maintenant !

 

Bon vendredi

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Le rôle du relanceur au badminton

Le rôle du relanceur au badminton

Le rôle du relanceur au badminton

 

Il n’existe pas de bons joueurs sans de bons partenaires d’entraînement.

 

Il est vrai que le badminton, est un sport individuel mais contrairement à d’autres nous avons un besoin « vital » de partenaires d’entrainement. Sans cela, aucune chance d’avoir une progression constante.
Il ne suffit pas juste d’avoir des partenaires mais plutôt des bons partenaires d’entrainement. Je n’entends pas par là le fait d’être entouré de joueurs forts ou plus forts que soi, mais plutôt avec des joueurs qui se donnent à 100% dans leur relance. Il n’existe, à mes yeux, rien de plus frustrant et énervant qu’un relanceur ne faisant pas son rôle correctement (fautes directes, aucune fixation, pas d’intention corporelle …). A contrario, et je ne sais pas pour vous, mais le simple fait de m’entrainer avec des joueurs se donnant à fond me pousse à faire de même !

Je ne connais pas un seul entraîneur n’ayant jamais fait de remarque sur la qualité de relance d’un de ses joueurs ni de joueurs n’ayant pas reçu de remarque y compris moi-même. Nous ne pouvons pas nier le fait que notre qualité de relance est primordiale pour le travail de notre partenaire et pourtant, combien d’entre nous n’appliquons pas ce que nous voulons recevoir des autres ?

Le rôle du relanceur est extrêmement important et déterminant pour la progression des DEUX joueurs !

Voici mes conseils pour être un bon relanceur.

 

1. L’attitude :

Avoir une attitude positive et volontaire en permanence est essentielle pour la simple raison que de cela donne envie aux autres joueurs de s’entrainer avec vous.

2. Être en mouvement :

C’est certainement le plus important de tous. Il ne faut pas prétexter d’être en poste fixe pour arrêter d’être en mouvement… N’oubliez pas, nous avons déjà vu qu’une grande partie de la fixation est réalisée par notre attitude corporelle. Et entre nous, c’est assez désagréable de s’entrainer avec une personne qui ne bouge pas …

3. Ne pas « tuer » son adversaire :

Il faut savoir juger la capacité de votre partenaire d’entrainement à renvoyer le volant. L’objectif d’un bon relanceur n’est pas de « tuer » son partenaire en deux coups mais de le faire travailler correctement. Pour cela, il est important d’être ni trop méchant ni trop gentil et de lui laisser une chance de continuer l’échange. Evidement, si la consigne est de punir les erreurs de trajectoires alors faites-vous plaisir !

4. La régularité :

Il y a une chose que chaque entraineur interdit, c’est les fautes non provoquées lors de la relance. Concentrez-vous suffisamment pour ne pas en faire. Si vous êtes capable d’appliquer mes 3 conseils précédents, alors nuls doutes qu’une grande partie de vos fautes disparaîtront de votre relance.

 

Si la relance de votre partenaire ne vous convient pas, il ne faut pas hésiter à le lui dire et à lui donner des directives. Cela vous évitera beaucoup de frustration et une perte du temps. Chaque entrainement est précieux et ne peut être rattrapé…

 

N’oubliez surtout pas, faire votre relance sérieusement est un excellent moyen de travailler vos propres coups ! Et donc un moyen de « hacker » votre progression en gagnant du temps. 🙂

 

Il existe une règle universelle qui prend tout son sens dans ce genre de situation, c’est la règle de la « réciprocité ». Les joueurs se donnant à fond dans leur relance ont généralement le droit au même type de traitement. Alors n’oubliez pas de l’appliquer. 🙂

 

A la semaine prochaine les badistes !

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques