La confiance en soi en badminton

La confiance en soi en badminton

La confiance en soi en badminton

 

Croyez-vous-en vos rêves ? Êtes-vous sûre de pouvoir atteindre vos objectifs ? Arrivez-vous sur un tournoi en vous disant « je vais gagner » ? Ou, êtes-vous du genre à vous dires que jamais vous ne pourrez battre ces joueurs ?
Être confiant, avoir de la confiance en soi et en ses capacités est certainement plus important que d’avoir une bonne technique ou un bon physique. Nous ne sommes pas tous égaux devant la confiance en soi ; Certains joueurs sont très hésitants, certains sont persuadés de leurs capacités alors que d’autres sont « trop confiants » et passeront pour des personnes arrogantes. Mais dans une logique de perfectionnement et d’apprentissage, vaut-il mieux être hésitant ou trop confiant ? Certainement la seconde proposition, à condition de savoir se remettre en question et analyser ses erreurs.
Durant ma carrière, j’ai connu toutes ces phases mais je n’ai commencé à n’y prêter attention que lorsque je suis devenu entraineur. Malheureusement, en tant que joueur, nous nous n’en rendons pas forcément compte et passons donc à coté de beaucoup de choses…

La confiance en soi est une compétence, non pas innée, mais acquise ; Qui se travaille et se cultive grâce à des exercices quotidiens que je vous détaillerai ci-dessous.
Néanmoins, comme vous devez vous en douter, la confiance est une chose fragile qui peut basculer très rapidement dans un sens comme dans l’autre.
En voici les grands thèmes :

  • Entourage :

En effet, l’entourage est l’aspect extérieur qui influence le plus notre confiance en nous au travers de la famille, du coach et de nos amis. Entendre au quotidien, que nos objectifs ne sont pas réalisables, vous fera perdre toute confiance en vous à terme ! En revanche, être entouré de personnes qui ont une croyance « aveugle » en vous et vos compétences, boostera votre confiance et votre progression !
Votre entourage peut avoir certaines idées reçues ou certaines expériences négatives qui engendreront une barrière limitante pour vous. Faites table rase du passé et ne vous fixez pas de limite !

  • Évènements :

L’évènement peut être scindé en deux sous catégories : l’atmosphère d’une compétition (l’importance de la compétition, le public…) ou bien un fait de jeu interne au match (un coup de chance, une bande, un problème avec l’arbitre…). Ce n’est pas une mince affaire de savoir gérer l’aspect « évènement ». Ceci est tellement vrai, que certains des meilleurs joueurs n’y arrivent pas. A l’image d’un Lee Chong Wei qui aura dominé toute la saison mais qui sera passé à côté des plus grandes compétitions (Jeux Olympiques, Championnats du monde).

  • Soi-même :

Pourquoi ? Parce que nous sommes les premiers à nous auto-dénigrer au quotidien. Peu importe la compétition à laquelle vous participerez, vous verrez toujours des joueurs s’énerver et perdre leurs moyens.

 

Ces 3 catégories font parties de ce que nous appelons les distractions. Plus vous apprendrez à les gérer plus vos performances progresseront.
Pour apprendre à les gérer, il est essentiel de parvenir à placer votre concentration à 100 % sur le bon aspect ! Car s’il y a bien une chose que nous pouvons contrôler à 100 %, c’est notre concentration !

Voici quelques exemples (côté orange) sur lesquels vous pouvez placer votre concentration afin d’éviter la zone de frustration qui aboutit à des émotions négatives :

Plus vous vous concentrerez sur ce que vous contrôlez, plus votre confiance restera optimale. En revanche, si vous commencez à prêter attention à ce que vous ne pouvez pas contrôler, alors vous risquez de perdre en confiance et faire surgir des émotions négatives.

La concentration contrôle nos pensées, nos pensées engendrent nos émotions, nos émotions influencent notre confiance !

 

Booster sa confiance en soi avec la re-programmation de votre cerveau.

Il existe plusieurs façons très efficaces de reprogrammer son cerveau pour booster sa confiance en soi. L’une des plus pertinentes est l’utilisation des affirmations positives. En effet, l’utilisation d’affirmations positives lors de vos entraînements, de vos tournois mais également dans votre quotidien boostera très rapidement votre confiance.
Pour cela rien de plus « simple », il vous suffit de réfléchir, penser et parler de façon positive en utilisant la règle des trois « P » : Personnel, au Présent, Positif.
« Je gagne 5 tournois cette année » ; « Je suis patient et positif » plutôt que « je ne m’énerve plus » …
Nous utilisons les trois P car notre inconscient ne peut recevoir d’ordre que s’ils sont positifs et donnés au présent ! Grâce à ces paramètres, votre cerveau va travailler dessus sans que vous vous n’en rendiez compte.
Plus vous vous efforcerez à avoir cette habitude en l’utilisant quotidiennement, plus vite votre cerveau se reprogrammera et votre confiance prendra la bonne courbe !
Rappelez-vous que pour maintenir sa confiance en soi lors d’un apprentissage continu, il faut vous focaliser sur les bonnes choses dans vos performances, ce que vous faites de bien et comprendre comment vous pouvez encore vous améliorer d’une manière positive et constructive.

Vous savez que votre confiance est inébranlable lorsque votre voix intérieure est plus forte que toutes les voix extérieures.

Croyez en vous et ne doutez pas de vos compétences 💪

À la semaine prochaine

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

« Trucs et astuces » pour être « au taquet » à l’entraînement

« Trucs et astuces » pour être « au taquet » à l’entraînement

« Trucs et astuces » pour être « au taquet » à l’entraînement

 

2.L’entrainement est la phase obligatoire pour chaque athlète qui souhaite progresser et évoluer dans son sport et en l’occurrence ici, au badminton.
L’entrainement apparait comme l’outil le plus pertinent pour progresser.
Nous le savons tous mais nous avons tendance à ne pas nous donner à 100% durant la séance. Pour diverses raisons, nous nous laissons submerger par nos petits (ou gros) problèmes personnels… Il existe certainement des tas de raisons valables, comme il existe des tonnes d’excuses pour éviter de faire telle ou telle tâche dans la journée.

Ma seule question sera la suivante, puisque vous allez et/ou êtes à l’entrainement pourquoi ne pas y être à 100 % ?

Ici je vous propose quelques « trucs et astuces » afin d’arriver à l’entrainement « au taquet » et prêt à se donner à 100 % !

1. Préparer ses affaires en amont

Cela peut paraître logique, mais combien de fois, je vois arriver des joueurs en ayant oubliés leur paire de chaussures, un short, un tee-shirt ? Et ne parlons pas de la gourde ou la bouteille d’eau. Comment voulez-vous arriver sereinement à l’entrainement si vous pensez tout le long du trajet à vos affaires ?

Le plus simple, est de préparer son sac méthodiquement la veille ou le matin de votre entrainement. Si vous avez besoin d’une liste, faite là, mais tâcher de ne rien oublier.

2. Se donner un objectif sur l’entrainement

Venir à l’entraînement pour venir à l’entraînement n’a aucun sens n’y aucun intérêt. Je ne vous parle pas d’avoir juste l’objectif de « progresser » qui est bien trop abstrait ! il vous faut du concret !

Aujourd’hui, « je travaille mon service. Je me concentre à 100% dessus peu importe la situation. Je réalise un service de qualité à chaque nouvel engagement ».
« Aujourd’hui je travail ma prise revers. Je pense à mettre mon pouce, (#jérôme, il se reconnaitra 😉) et à l’utiliser ». Ou bien encore, « je travaille ma reprise d’appuis, ma pose de pied, ma technique coup droit etc. »
Vous devez avoir un objectif très concret et vous efforcer tout au long de la séance à y penser et à le faire.

 3. Visualiser par imagerie mentale son entrainement

Ici, c’est l’occasion de vous visualiser votre objectif (point numéro 2) et de vous imaginer comment le mettre en place dans la situation. Exemple : vous voir faire un service de qualité, ressentir les sensations, la technique idéale que vous souhaitez mettre en place… Ce n’est pas un exercice facile mais il vous fera gagner un temps considérable si vous le faite de façon régulière.

 4. Arriver à l’heure !

La ponctualité fait défaut à de nombreuses personnes ! Bien évidement, nous avons toujours une bonne excuse pour arriver en retard (le travail, un problème de transport, le circulation…). Le seul problème est qu’en se pressant, nous n’arrivons pas dans de bonnes conditions à l’entrainement ! Et pour la plupart, légèrement énervé, frustré et vidé de toute énergie !

Anticiper vos problèmes de transport en prenant de la marge ! Il vaut mieux arriver en avance qu’en retard n’est-ce pas ? Et qui plus est, cela vous permettra de vous préparer mentalement à votre entrainement avec 5min d’imagerie mentale 😉.

 5. Manger un encas 15 min avant son entrainement

Manger un peu avant son entrainement est vital pour éviter une baisse de régime pendant la séance ! Spécialement après une journée de travail ! Le badminton est un sport vous demandant une grande dépense énergétique donc un petit encas n’est pas de trop 😃 ! D’autant plus que, dans notre sport, nos créneaux se déroulent souvent en soirée. Votre dernier repas remonte donc à 12/13h ou, au mieux, au goûter de 16h pour certains. C’est bien trop espacé pour avoir de l’énergie pour la séance de 19h !

Je ne vous parle évidement pas de faire un vrai repas ou de manger un Macdo avant ! Un fruit, une tranche de jambon, des fruits à coques… 

6. Boire ½ litre 30 à 15 min avant son entrainement

La majorité des personnes ne s’hydratent pas correctement ou sont sous hydratées avant leur entrainement de badminton.
Il suffit de vérifier vos urines pour en être sûr.
N’oubliez pas qu’être sous hydraté diminue très fortement vos performances sportives !  ½ litre d’eau avant votre séance de badminton vous fera le plus grand bien 😃 et vous permettra d’être dans de bonnes conditions.

 

Nous nous ressemblons tous, et pour la plupart des joueurs, le badminton est un moyen de décompresser en prenant du plaisir à se dépenser. Raison de plus pour laisser ses problèmes et ses pensées en dehors du gymnase et faire en sorte que ce soit le moment de décompression recherché.

 

N’oubliez pas que, plus vous serez tendu à l’entrainement, moins vous serez précis dans vos trajectoires et donc moins vous prendrez de plaisir.

En règle générale, badminton et relâchement vont de paire.

 

Même si vous prenez le badminton comme un loisir, vous prendrez beaucoup plus de plaisir en essayant d’avoir les bonnes bases 😉

 

Si vous avez également des « trucs et astuces » pour être « au taquet » à l’entrainement, partagez-les en commentant !

Bon vendredi amis badistes

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Proprioception et badminton

Proprioception et badminton

Proprioception et badminton

 

Le badminton est un sport qui met à rude épreuve l’ensemble de nos articulations. Les sauts à répétitions, les freinages en fente, les réceptions en déséquilibre sans oublier la position de la cheville dans le bon axe…

Nous avons tendance à ne parler que des chevilles et des genoux en matière de proprioception au badminton. Il n’est donc pas rare de voir des entraineurs sortir leur plateau d’équilibre/proprioception lors de l’échauffement. Bien que ce type de travail est entré dans nos moeurs, ce n’est pas pour autant qu’il est efficient pour le badminton.

En effet, l’oubli de l’articulation de la hanche est inquiétante tant elle joue un rôle important chez les sportifs. Elle joue notamment le rôle de restitution des forces entre nos membres inférieurs et supérieurs. Un athlète « fort » est un athlète qui sait utiliser son articulation de hanche. Il semble que cet élément ne soit pas assez considéré par tous au regard du nombre d’athlètes internationaux qui ont arrêté leur carrière pour une usure prématurée de la hanche.

La proprioception est profondément liée aux qualités d’équilibre et de gainage postural ; C’est pour cela que les exercices que je vais vous proposer seront orientés sur ces trois thèmes.

*Voici la liste du matériel que nous utilisons lors de nos séances : Cliquez ici

 

 1. Avec rolla bolla :

l’intérêt du rolla bolla est l’utilisation de l’ensemble des articulations des membres inférieurs ainsi qu’un travail de gainage constant. Si l’exercice devient trop facile vous pouvez descendre en squat. Il est également possible de combiner cet exercice avec un travail de frappe de volant. Cela renforcera d’autant plus le travail de gainage.

gifs

2. Les mouvements d’haltérophilie :

Attention, il est primordial de se rapprocher d’un professionnel pour ce genre de mouvement.

L’haltérophilie est le sport qui utilise le mieux cette notion de restitution des forces. C’est pour cela que chaque athlète doit avoir des notions d’haltérophilie pour développer ce type motricité.

  • Classique : Etape 1 : soulever de terre ; étape 2 : squat ; étape 3 front squat ; étape 4 épaulé ; étape 5 arraché (avant de charger les barres il  vous faut maitriser parfaitement les techniques)
  • Avec coussin d’équilibre : Une fois les techniques de base maîtrisées, vous pouvez rajouter une instabilité sous vos pieds avec deux coussins de d’équilibre afin de renforcer le travail de gainage. Ici pas besoin de charger les barres, un bâton en bois peut être suffisant dans un premier temps.

Epaulé

gifs

Arraché

gifs

Soulevé de terre avec déséquilibre

gifs

3. Avec Bosu

  • En fente : l’idée est de maitriser le mouvement à la perfection. Il faut donc avoir un gainage optimal tout au long du mouvement.
    2 possibilités : Départ du Bosu vers le sol ou départ du sol vers le Bosu. (Il faut travailler les deux jambes évidemment 🙂 )
    Il est possible d’utiliser une barre avec charge dans un deuxième temps.

gifs

4. Avec swiss Ball :

Il existe de multiples exercices avec l’utilisation du swiss Ball mais voici l’idéal en terme d’étapes à mes yeux.
Etape 1 : à genou et mains dessus ; étape 2 : sur les genoux ; étape 3 : sur les fesses ; étape 4 : sur le ventre ; étape 5 : en position de squat ; et étape 6 : débout dessus.

La maitrise du swiss ball vient rapidement avec un peu de pratique mais veillez à la travailler étape par étape. (20 à 30 sec par exercice est un bon début)

C’est un exercice de gainage très efficace !

gifs

La proprioception et le gainage sont deux qualités essentielles pour le badiste donc à vous de jouer maintenant !

N’oubliez pas, le travail de proprioception se fait sur surface non-instable et le travail de gainage sur surface instable.
Le travail le plus pertinent en matière de proprioception est le travail d’haltérophilie.

 

#Step by Step

 

Bon entrainement

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Quels types de badistes suis-je ?

Quels types de badistes suis-je ?

Quels types de badistes suis-je ?

 

Le badminton nous montre qu’il existe beaucoup de styles de jeux différents, et tant mieux pour la beauté de notre sport ! Imaginez un badminton où l’ensemble des joueurs joueraient de la même manière. Rien que dit penser, cela m’ennuie déjà…
Certains entraîneurs pensent qu’il faut tous s’entrainer de la même manière pour atteindre le haut niveau. Je ne suis pas de cet avis, bien au contraire !
Nous devons à mes yeux, nous entrainer et accès notre style de jeu sur nos forces ! (Qualités physiques, lecture de jeu, puissance, vitesse de déplacement…).
Développer un style de jeu que vous n’appréciez pas n’a pas tellement d’intérêt. Cela aura simplement comme effet de vous frustrer plus qu’autre chose.

 

Voici les 5 styles de joueurs que je retrouve le plus souvent dans notre sport et qui montrent à quel point l’entraînement doit s’adapter aux joueurs et non l’inverse.

 

1. Le tacticien 

Le tacticien est généralement un joueur expérimenté. Il a compris les fondamentaux du badminton et connaît les possibilités de réponses de son adversaire. Il a cette faculté à trouver les points faibles de ses adversaires très rapidement et les exploiter tant que cela fonctionne.

Une tactique qui gagne ne se modifie pas. Il ne faut jamais penser à la place de votre adversaire ! Et oui, il nous arrive souvent de changer de tactique dans les points cruciaux d’un match pensant, à tord, que notre adversaire nous a démasqué. Erreur !

 

2. Le rameur

Le rameur dispose de qualités physiques aérobiques indéniables. Son style de jeu est accès sur la relance et sait minimiser la prise de risque. Son objectif est de rechercher la faute de son adversaire.

Méfiez-vous des joueurs dits « rameur » car il n’abandonne aucun volant. Ils ont une détermination sans failles !

Entre vous et moi, le rameur est sans nul doute le joueur que j’aime le moins jouer 🙂 !

 

3. Le contre-attaquant

Le contre attaquant est un joueur disposant d’une très bonne défense et d’une lecture de jeu impressionnante. Il aime attendre l’erreur de trajectoire de son adversaire pour saisir sa chance et terminer l’échange. Il lance également des « pièges » en faisant des erreurs de trajectoires afin de précipiter l’adversaire dans son attaque puis le contrer.

Les joueurs contre-attaquants sont assurément des joueurs avec une forte confiance en leur qualité de défense.

 

4. L’attaquant

Il y a plusieurs styles d’attaquants, celui qui attaque toujours à 100 % mais ne maîtrisant pas ses trajectoires et faisant de nombreuses fautes. Et celui qui varie ses trajectoires, alternant vitesse, angle et puissance. Il dispose de qualité explosive et maitrise parfaitement l’art du filet. Les fixations et les spins n’ont pas de mystère de lui.

Le style attaquant est très impressionnant mais aussi très contraignant physiquement ! Il vaut mieux avoir un très bon physique si l’on veut gagner son match.

 

5. Le joueur de double

Le joueur de double possède des qualités explosives indéniables à haut niveau. Il dispose surtout, d’une très bonne maniabilité de raquette en position de défense lui permettant d’imprégner plus de vitesse ou justement, de contrôler le volant en absorbant celle-ci. Il sait également manier les angles en attaque avec justesse visant les zones qui font « mal ».

Même si le badminton est un sport individuel, ici, il faut savoir se comporter en équipe, taper dans la main de son partenaire après chaque frappe, l’encourager et avoir un « esprit positif ».

On gagne et on perd ensemble. 🙂

 

Evidement vous pouvez disposer de plusieurs de ces qualités, ce qui fait de vous un joueur polyvalent d’autant plus dangereux et imprévisible pour vos adversaires.

Le joueur ultime de badminton tend vers une optimisation de l’ensemble de ces qualités, sans oublier les aspects purement physiques et mentaux.

 

Et vous, vers quel profil vous tournez-vous ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur votre style de jeu.

A bientôt les badistes !

Rdv Lundi sur Facebook pour l’annonce de notre jeu-concours avec de nombreux lots à gagner.

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques