L’environnement pour la performance

L’environnement pour la performance

Comment anticiper au badminton ?

L’environnement pour la performance

L’environnement est-il la clé de la réussite sportive ? L’environnement est bien souvent mis de côté lorsque l’on parle de performance sportive. Toutefois cela semble être une erreur tant nous savons l’impact positif ou négatif qu’il a sur celle-ci…

L’environnement englobe de très nombreux éléments qui me semblent important de clarifier.

Attention ici, je ne parlerais pas de l’environnement interne du joueur qui a une part plus qu’importante dans la performance !

 

 

L’environnement familial et social

Notre cercle familial, nos liens sociaux sont bien souvent le socle de notre stabilité émotionnelle. Sans cette dernière, il est très difficile d’envisager des performances, que ce soit dans notre capacité à nous entrainer, ou à obtenir les résultats souhaités en compétition…

Revenons au commencement, sur l’impact de l’environnement familial dans le développement de nos capacités motrices, physiques, cognitives qui n’est plus à prouver. Aujourd’hui il y a des différences notables dès 3 ans dans ces domaines alors qu’il en est autrement avant cet âge non… Nous revenons à la question : qu’est ce qui appartient au domaine de l’acquis ou à celui de l’innée ?

Je fais partie des personnes qui sont intimement persuadée que nos compétences, sont du domaine de l’acquis. L’innée n’a, à mon sens qu’un impact négligeable sur le développement de nos compétences et qu’on se réfugie derrière ça pour se justifier… je ne parle évidemment pas de pathologies / maladies héréditaires / malformation ou bien tout ce qui est lié à notre anatomie, qui ont pour le coup, un impact significatif.

L’environnement que nous créons autour de nous, de nos enfants est l’une des clés de la réussite !

Je ne compte pas vous expliquer comment créer un environnement familial et social propice à votre performance car nous sommes tous différents.

La seule chose que je vous conseille de faire, est de vous questionner sur l’état de cet environnement et la place qu’il prend dans votre développement et votre performance.

 

 

Pensez-vous qu’il soit un frein ou plutôt l’inverse, un boost ?

Tu peux commencer par creuser ton système de valeur. Quelles sont tes valeurs hautes, basses ? Est-ce que tu « nourris » plutôt les basses, plutôt les hautes ? Est-ce que tu nourris plutôt les valeurs de tes proches ?

(Je prendrais le temps d’écrire un article sur notre système de valeur et comment il peut nous servir ou nous desservir)

Questionnez-vous et soyez honnête…

 

L’environnement d’entraînement.

 

Si nous parlons d’entrainement et de progression, il y a globalement plusieurs courants. Le plus répandu en France est celui qui approche le badminton par l’aspect Technique.

Cette approche n’est pas celle que je défends, elle est de mon point de vue trop restreinte et elle oublie deux éléments fondamentaux ! Tout d’abord, chaque être humain est différent et bouge différemment. De ce fait, il apparait impossible d’enseigner une même technique à chacun. Ensuite, notre sport est un sport d’opposition et de contexte… apprendre sans contexte ni sens du jeu est selon moi une perte de temps notable. A titre d’exemple l’enseignement du shadow (déplacement) où l’on demande aux joueurs de se replacer au centre du terrain après chaque déplacement comme s’il n’y avait pas d’enchainement de frappe ??…

Le second courant est plutôt une approche physique du badminton. Certains pensent qu’il faut systématiquement avoir un impact physique à l’entrainement… j’ai moi-même été de ce côté en tant que joueur où je n’envisageais pas de sortir d’un entrainement sans être fatigué physiquement…

Le badminton est un sport très physique, je ne peux le nier, et sans une base minimum il sera très compliqué de performer voire de prendre du plaisir pour certains. Il est donc important de développer un corps qui sera capable de répondre aux différents besoins du badminton (endurance cardio-vasculaire, Force, puissance, vitesse…)

Cette approche n’est pas très développée en France certainement en raison des contenus de Formation et notre histoire qui se sont orientées vers l’approche techniciste.

Le troisième courant est l’approche tactique. Elle est certainement la plus proche de la réalité d’un match. Toutefois, comme les deux autres, si nous rentrons trop dans l’excès cela devient néfaste pour la progression du joueur. La victoire en badminton est le but ultime et pour l’atteindre, nous avons besoin de différentes armes techniques, physiques, mentales, stratagèmes pour servir nos tactiques…

Aujourd’hui je suis persuadé qu’il nous faut rentrer dans une aire d’approche « contextuelle » !

Nous sommes trop nombreux à juger un joueur sur sa technique, son déplacement, ou ce qu’on appelle le talent ? Mais à quel titre pouvons-nous juger de cela, notre expertise ? nos prismes ?

L’histoire des sports montrent que la technique qu’on estimait parfaite évolue avec l’arrivée d’individu qu’on classe « hors norme ». Mais sont-ils simplement hors norme ou simplement ont-ils eu le courage de croire en eux et en leur qualité en proposant quelque chose de différent de la « norme ».

Nous aimons mettre les joueurs dans des cases, notre système fonctionne comme cela mais, je suis intimement persuadé que nous avons tout à gagner à fonctionner différemment en proposant une approche qui se veut contextuelle plutôt que technique.

Gardez en tête que le badminton n’est pas un sport de répétitions… nous n’exécutons jamais deux fois le même geste de la même manière. Si cela vous intéresse d’aller plus loin, je vous laisse prendre connaissance des travaux de Nikolai Berstein sur « le concept de répétition sans répétition »

J’espère que cet article vous poussera à regarder le badminton dans son ensemble et non pas de manière segmentaire…

 

« Les principes d’entrainement répondent à une logique globale et ne doivent pas être appréhender de façon isolée » Bompa

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !

Comment anticiper au badminton ?

Comment anticiper au badminton ?

Comment anticiper au badminton ?

Comment anticiper au badminton ?

Pourquoi reproduisons-nous la plupart du temps les mêmes trajectoires et n’arrivons pas à anticiper celles de l’adversaire ?

Le badminton est un sport de trajectoires où il est courant d’essayer de prédire ce que l’adversaire va nous proposer… Trajectoire droite, croisée, tendue, forte… il y a une multitude de possibilités et c’est ce qui rend notre sport à la fois si passionnant et complexe.

Attention, anticiper ne signifie pas partir avant ! Je suis certain que vous avez tous l’image d’un ami qui part dans une feinte ou une fixation car il a démarré trop tôt ! L’anticipation comme je la conçois, est une position, une orientation ou bien un focus dans la tête… !

Vous avez plusieurs possibilités pour anticiper votre adversaire.

Le top serait évidemment de toutes les utiliser en simultané !

 

L’orientation d’appuis

Orienter ses appuis est certainement l’aspect le plus important avec nos jambes ! Tactiquement, il est beaucoup plus intéressant d’orienter sa jambe raquette vers l’avant du court. Toutefois, et il est important de notifier que, dans certains cas, il est préférable d’orienter sa jambe raquette vers l’arrière !

Lorsque nous parlons d’orientation d’appuis, nous parlons d’une orientation vers une direction qui est, dans la plupart du temps, une orientation en diagonale. Vous ne devez pas orienter votre jambe comme si vous étiez un escrimeur(se) (sauf si le volant est en plein centre et que vous anticiper le kill).

Pourquoi il est important d’orienter sa jambe ?

En orientant de la sorte, vous aller gagner en agressivité vers l’avant et votre gestion de la zone revers fond de court sera plus efficiente.
Le fait d’orienter en diagonale vous permet de mieux gérer les changements d’appuis dans la largeur.
Une orientation neutre (parallèle au filet) ne vous permettra une efficacité que sur votre ligne en largeur. Toutefois c’est une position de défense possible selon le contexte.

Une orientation vers l’arrière va vous permettre de marquer une grosse anticipation vers votre coup droit fond de court.

La position dans le court

Notre position corporelle dans le court est un moyen intéressant d’anticiper des trajectoires en raccourcissant la distance avec la future trajectoire. Si cela fonctionne, vous allez vous retrouver en position forte et potentiellement pouvoir marquer le point.

L’objectif ici est d’avoir l’une des postions suivantes :

  • Position haute (plus proche du filet)
  • Position basse (plus proche du fond de court)
  • Position décalée (droite ou gauche)
  • Un mixte des deux

Plus on augmente en matière de niveau de jeu, et plus l’importance de la domination au filet a du sens. Il est donc fréquent de voir des joueurs avec des positions très hautes dans le terrain plutôt que l’inverse…
Néanmoins la position dans le court indique également des informations précieuses à notre adversaire… Il est donc important de savoir l’induire en erreur.

  • Avoir une position qui indique que nous allons anticiper ici mais avec une orientation d’appuis qui finalement montre que nous anticipons ailleurs.

Cette solution est de loin la meilleure car nous prenons un avantage significatif dans la lecture du jeu sur notre adversaire !

 

La raquette

Pour le moment nous n’avons parlé que de l’implication des jambes. Il ne faut pas omettre la position de la raquette.

Dois-je attendre avec la raquette neutre, en prise coup droit, en prise revers, la raquette haute ou plutôt en main basse ?

Chaque situation dans laquelle vous allez vous retrouver du fait de votre trajectoire, va ouvrir un certain champ des possibles à votre ou vos adversaires. Vous devez donc développer votre compréhension du jeu pour pouvoir anticiper votre adversaire.

Qu’est-ce qui influence les trajectoires de notre adversaire ?

  • Notre qualité de trajectoire
  • La position de notre adversaire (avance, neutre, retard ?)
  • La qualité technique
  • La pression temporelle subit (volant rapide ou lent …)
  • Les coups automatiques et favoris

Traditionnellement, nous disons systématiquement aux joueurs d’avoir la « raquette haute » … Je considère cela comme une erreur qui fait prendre de mauvaises habitudes à nos joueurs.

Une raquette haute n’a de sens que si notre adversaire prend le volant à minima au niveau de la bande et en dessous. Si le joueur en face s’apprête à attaquer, nous n’allons évidemment pas lever la raquette … ?

Si vous devez choisir entre avoir la raquette haute ou basse sachet qu’il est plus facile techniquement de gérer un volant en main haute à partir d’une position de raquette basse que l’inverse…

Le top serait d’apprendre à positionner sa raquette en fonction des possibilités de trajectoires de notre adversaire.

Ex : mon adversaire est en position d’attaque et il attaque 80% du temps sur mon revers. Alors je place ma raquette en main basse avec la tête de raquette orientée revers.

 

Le focus mental

Lorsque vous anticipez, vous devez avoir un focus mental vers l’élément qui vous validera la trajectoire de votre adversaire le plus tôt possible !

Vous pouvez regarder le geste, le tamis de la raquette, le son de l’impact du volant mais le seul élément qui vous validera à 100% c’est l’orientation pris par le volant dès la sortie de raquette ! Tout autre élément peut vous exposer à une erreur de perception.

 Attention cela reste des indications techniques et tactiques qui peuvent convenir à certains joueurs mais pas à d’autres, il convient d’aller dans le sens où nous sommes à l’aise. Mais n’oubliez pas qu’il faut respecter les fondamentaux… Sans fondamentaux, vous risquez de ne pas pouvoir réaliser les coups que vous souhaitez !

Et les doubles ?

 

En double, c’est légèrement différent même si la logique reste identique. Ici il faut apprendre à marquer des positions fortes, afin de montrer à nos adversaires qu’ils ne peuvent pas jouer ici mais également indiquer à notre partenaire qu’il doit occuper l’autre zone.

L’avantage du double c’est que vous pouvez vous engager à 100% sur une trajectoire avant que l’adversaire ne frappe car votre partenaire est présent pour vous couvrir ! Ce qui n’est pas possible en simple !

Pour terminer, il faut prendre conscience que le badminton est un sport où il est primordial d’anticiper sur son adversaire… en restant neutre, vous aller simplement dépenser plus d’énergie et vous n’allez jamais vous retrouver en position forte pour terminer l’échange ! Alors oui, vous pouvez compter sur les fautes de votre adversaire mais, je ne sais pas pour vous, mais je préfère miser sur moi que sur mon adversaire pour gagner !

Anticiper c’est dire à son cerveau et son corps que dans 1 ou 2 trajectoires vous allez être fort et dans d’autres vous accepter d’être en retard.

Rester neutre c’est dire à son cerveau qu’il y a une infinité de possibilités et que vous devez essayer d’être fort sur chacune d’entre elles !

Attention ! N’oubliez pas qu’il ne faut pas démarrer avant que votre adversaire ne frappe ! Sinon, le contre-pied risque de vous arriver et l’image que vous aviez en tête au début de l’article sera devenue réalité…

Gardez en mémoire que la plupart des joueurs reproduisent systématiquement les mêmes coups et trajectoires car malheureusement, notre focus est trop souvent mis sur nous et non sur notre adversaire !

A bientôt

Laurent

Train harder, Train smarter

 

PS : Encore 2 jours pour s’inscrire sur notre stage de la Toussaint !  Lien stage La toussaint

PS2 : N’oubliez pas de télécharger notre application gratuitement sur les liens ci-dessous ! 

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !

Dossier bad 26 : Modéliser les performances

Dossier bad 26 : Modéliser les performances

Vignette dossier Bad n26

Modéliser les performances : La clé pour mettre en œuvre ses convictions

Dans le monde sportif, la plupart des acteurs parlent de LA performance. Comme s’il n’en existait qu’une, bien définie. Comme si chaque sportif réalisait ou ne réalisait pas cette performance dont tout le monde parle mais que peu définissent. Plus rare encore sont ceux qui les dissocient. Certains pourraient se dire qu’il ne s’agit là que de sémantique. Ceux-ci devraient se demander s’ils établissent leurs principes d’entraînement, de planification et de recherche de ladite performance sur une analyse personnelle, claire et hiérarchisée. Qu’est-il en jeu dans cet article ? Ni plus ni moins que notre capacité à définir un chemin vers les performances qui nous correspondent. Avons-nous, en tant qu’entraîneur ou joueur une identité, des convictions et des connaissances cohérentes avec notre propre système de performance ? Et surtout, ne serions-nous pas meilleurs en évoluant dans un système qui nous correspondrait ?

Revenons à la notion de performances au pluriel. S’agit-il de la même performance que de gagner 1 match d’interclubs, 1 match d’Uber cup ou de gagner un tournoi français avec 6 matchs le samedi, ou encore un tournoi International Challenge avec 2 matchs par jour du vendredi (voire jeudi) au dimanche, ou encore un Super 750 avec 1 match par jour du mardi au dimanche… ? Jusque-là nous n’avons parlé que d’une performance relativement ponctuelle. Mais n’est-ce pas une performance que d’atteindre un certain classement après 1an de tournois ou toute une carrière ? Au-delà de cette liste non exhaustive de différents types de performance, François BIGREL parle de performance quel que soit le résultat. Chaque acte sportif est une performance « parfaite » dans le sens où elle a eu lieu, qu’elle ne peut être modifiée et que donc elle n’aurait pas pu être autrement. En revanche, il est possible d’en tirer des enseignements pour la prochaine occasion de performer davantage. Cette dernière approche est salvatrice dans le sens où elle permet de nettement relativiser les échecs…

Il y a donc des performances en badminton que nous devons cibler en fonction du niveau actuel et des niveaux recherchés à court, moyen et long terme. Une fois ces performances bien définies, il nous faut répondre à la question : comment les atteindre ? C’est là que chacun a ses convictions, ses connaissances et ses expériences. Mais bien souvent elles sont désorganisées dans notre esprit et donc dans notre pratique. L’idéal seraient qu’elles soient hiérarchisées en synergie, prêtes à orienter votre planification. C’est là que le travail de formalisation autour de la modélisation des performances prend tout son sens. Modéliser, c’est simplement schématiser vos convictions, vos connaissances et vos expériences en les hiérarchisant et en mettant en évidence les synergies entre chaque dimension et facteur de performance que vous aurez identifiés.

Classiquement, les dimensions retenues sont : tactique, technique, physique et mental. La mode actuelle est de mettre la tactique en évidence. Au-delà des réalités de terrain qui très rarement sont le reflet de cette importance prépondérante de la tactique dans les modèles… n’y a-t-il pas d’autres dimensions dont on parle sans arrêt mais sur lesquelles nous n’agissons pas. Tout du moins pas de manière significative, tout simplement parce que nous ne les mettons pas au cœur de nos préoccupations. Pour n’en citer que quelques-unes et à titre d’exemple : l’adaptation, la créativité, les points forts et appétences… Ces dimensions vous le comprenez sont plurifactorielles. Elles nécessitent non des dimensions comme dans les modélisations classiques de la performance mais des compétences technique, tactique, physique et mental. Pourquoi devrions-nous rester cloisonnés dans un découpage systémique réduisant notre vision globale et surtout complexe des performances ? Plutôt que d’aller nous attaquer au cœur des problèmes que rencontrent vraiment les joueurs sur le terrain, en compétition. Les joueurs y rencontrent-ils des problèmes avec l’armé précoce ? la reprise d’appui marquée ? Le relâché-serré ? Evidemment non. Ce ne sont que des outils parmi d’autres pour répondre à des mêmes problèmes, respectivement : fixer-varier, changer de direction, avoir un volant qui sort vite de la raquette. Sortons du dogme des observables et des fondamentaux. Etiquetés par qui et pourquoi ? Pour rassurer les entraîneurs vraisemblablement. L’important n’est-ce pas l’intention, la résolution de problèmes et donc l’émergence des réponses singulières des joueurs dont les entraîneurs ne sont que les guides.

Pour finir, comment parler de modéliser la performance sans parler du facteur chance. Pour être plus fidèle aux concepts émanant de la pensée complexe (mis en avant par E.Morin) il faudrait plutôt utiliser le terme d’aléas. En effet, aussi complet que votre modèle puisse être. Aussi pointue que soit votre planification. Aussi moderne que soit vos méthodes d’entraînement, il y aura toujours des paramètres imprévisibles et hors de contrôles. Pour plusieurs raisons qui ont toutes la même source : la complexité. Le facteur humain est complexe. Le badminton est un sport à habiletés ouvertes et donc d’une grande complexité. Pourquoi est-ce important d’en avoir conscience ? Tout d’abord pour garder les pieds sur terre et rester lucide sur la part de contrôle qui nous incombe. Ensuite pour mieux s’adapter. Avoir conscience des aléas permet de les identifier, de mieux les accepter lorsqu’ils surviennent et de s’y entraîner pour trouver des solutions originales. Ils doivent donc faire partis d’une modélisation de la performance.

A vous de jouer et n’hésitez pas à partager vos modèles de perf 👍

Maxime Michel

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Abdos, Gainage et badminton

Abdos, Gainage et badminton

Penser déplacement avant raquette

Abdos, Gainage et badminton

Le badminton est un sport qui demande d’avoir une sangle abdominale FORTE ! Nos abdos ont un impact significatif sur notre qualité de changement de direction, sur nos frappes, sur notre capacité à frapper le volant avec contrôle et précision en fente extrême, sur nos postures…

Il est important d’avoir en tête qu’une sangle abdominale faible va fortement réduire votre performance mais également augmenter le risque de blessures potentielles !

Attention, ce n’est pas parce que vous avez des abdos apparents qu’ils sont forts ! Et ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas visibles qu’ils ne le sont pas !

 

Quels muscles, pour quelles fonctions ?

Avant d’aller plus loin, vous devez comprendre de quels muscles est composé notre sangle abdominale et leurs fonctions.

Tout le monde connait le « grand droit », c’est celui qui donne l’effet « tablette », il intervient dans la flexion et rétroversion de notre bassin.

Les « obliques » interviennent dans la rotation du bassin et du tronc ainsi que dans l’inclinaison de ce dernier.

Enfin, le grand oublié depuis toujours, le « transverse », c’est un muscle profond et très important ! Il permet le maintien de nos organes, d’avoir un ventre plat et de rentrer le ventre. C’est un muscle dit « postural » qui est essentiel pour avoir une sangle abdominale forte et efficiente !

Il ne faut pas oublier le périnée qui participe au verrouillage de notre sangle. C’est un muscle trop peu souvent travaillé mais qui est pourtant primordial aussi bien chez la femme et que chez l’homme !

 

Les focus à garder en tête :

  • Chercher à contracter les fessiers (sans accentuer la rétroversion du bassin)
  • Chercher à rentrer le ventre (contraction du transverse)
  • Contracter le périnée (se retenir d’uriner)
  • Contracter volontairement les abdominaux (le plus fort possible !)

Si vous vous efforcer de mettre en pratique ces 4 focus, vous allez remarquer qu’une simple planche de gainage est bien plus complexe qu’elle n’y parait…

 

Comment les travailler ?

Il y a de nombreux moyens de travailler sa sangle abdominale. Vous pouvez pratiquer du gainage statique, dynamique, des mouvements polyarticulaires (type burpees), la musculation, la pratique de la Kettlebell, l’utilisation de bandes élastiques…

Certains exercices n’ont pas un focus spécifique sur la sangle abdominale mais du fait de la posture, du transfert de force entre les membres inf et sup ou bien de la complexité du mouvement, les abdos sont mis à rude épreuve même si vous n’y pensez pas. Toutefois, pour avoir un travail de qualité, réussir à recruter le maximum de fibres et éviter la blessure vous devez vous efforcer de conserver ses focus !

Si vous avez accès à une salle de musculation, je vous conseille vivement de vous y mettre, tant pour votre sangle abdominale que pour votre développement musculaire global. Avoir des muscles forts dans leur amplitude maximale vous permet de conserver vos articulations en bonne santé ! Et nous savons à quel point le badminton est contraignant pour celles-ci !

Pas de salle de musculation ou des idées reçues sur cette pratique ? Bien que je pourrais essayer de vous convaincre que la musculation est vitale pour notre santé, ce n’est pas l’objectif ici… Donc voyons comment vous pouvez optimiser votre entrainement !

  • Si vous avez la capacité de vous procurer des kettlebells, c’est top ! Le travail avec cet objet est juste formidable pour la sangle abdominale mais pas seulement ! votre force, votre endurance, votre explosivité ou votre cardio vont se développer significativement !
  • Pas de matériel ou juste du petits matériels ? Ne vous inquiétez pas, nous pouvons effectuer un travail sérieux et efficace également mais qui sera beaucoup plus ciblé sur les abdos !

Pour ce dernier, vous devez avoir à l’esprit que, les abdominaux sont constitués d’une majorité de fibres lentes ! Ce type de fibre se travaille en les saturants. Donc moins vous avez de repos, mieux c’est !

Vous pouvez user des différents types de contractions possibles (concentrique (créer le mouvement), excentrique (freiner le mouvement), isométrique (maintenir la position).

L’excentrique étant la contraction la plus contraignante, il est important d’y aller progressivement… Concentrique dans un premier temps, isométrique ensuite et enfin excentrique !

Utiliser les tempos ! imposez-vous un mouvement plus lent pour augmenter le temps de contraction du muscle !

Je pense que maintenant vous êtes à même de vous faire une bonne séance d’abdos / gainage dans les règles de l’art !

Une dernière chose importante ! La préparation physique ou la musculation ne se teste pas à l’improviste, entourez-vous d’un professionnel compétent dans ce domaine car si cela est bien fait, vous allez augmenter vos performances ! A contrario, vous risquez de vous blesser plus ou moins gravement !

 

J’ai créé deux programmes pour construire des fondations solides niveau gainage ! Si vous êtes intéressé par celui-ci, il est accessible sur le lien suivant au tarif de 17€ au lieu de 37€ pour les 20 premiers inscrits : LIEN PROGRAMME

Dans le programme vous allez avoir accès à une plateforme vidéo avec l’ensemble des mouvements, la planification des séances sur 1 mois ainsi que mes conseils et focus !

Enfin, il faut vraiment prendre conscience que le badminton ne se suffit pas à lui-même ; c’est un sport asymétrique qui, dans la durée, va causer un déséquilibre. Il est donc primordial de renforcer et d’équilibrer (rééquilibrer pour certains) son corps !

 

A bientôt

Laurent

Train harder, Train smarter

 

PS : Il reste moins de 15 places pour notre stages de la toussaint ! Lien stage La toussaint

PS2 : N’oubliez pas de télécharger notre application gratuitement sur les liens ci-dessous ! 

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !

La compréhension au service de l’intuition

La compréhension au service de l’intuition

La compréhension au service de l'intuition

Développez votre compréhension du jeu, puis laissez-vous guider par votre intuition.

Et si vous portiez vos yeux sur l’invisible.

Ce n’est pas parce que les choses ne se voient pas, qu’elles n’existent pas…
Et, Ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas à expliquer certaines actions qu’elles ne s’expriment pas.

Régulièrement, nous cherchons à théoriser notre pensée afin de pouvoir s’appuyer sur une méthode rationnelle. L’objectif est de permettre à nos joueurs d’établir des réponses universelles et facilité leurs apprentissages.

Mais combien parmi nous ont déjà anticipé sur un retour de service, une défense, un smash… ? Et grâce à quoi, un regard, une attitude, une posture, une prise de raquette, une suite logique, un pari ?

On parle bien souvent « d’instinct »… voilà quelque chose que nous devrions appréhender et développer. Si pour certains joueurs cette particularité semble simple, innée, précise, naturelle… Il est de notre rôle d’aider tous les autres joueurs à faire émerger leur intuitivitée.

 

Pourquoi faire ?

On parle régulièrement du sens du jeu, et si, on essayer plutôt de ressentir le jeu pour anticiper les frappes adverses. Ainsi nous pourrions orienter notre corps et nos appuis mais aussi notre cerveau et notre cœur dans l’optique de couper les trajectoires, prendre le volant plus tôt, être en avance et équilibré…et donc priver de temps notre adversaire pour créer un déséquilibre, une opportunité de rupture de l’échange et le gain du point.

Comment faire ?

Commençons par la fin, la confiance en soi.

Il est important de développer en chacun de nous et ce dès le plus jeune âge un état d’esprit essentiel pour s’épanouir quotidiennement, à l’entraînement, en compétition et dans la vie quotidienne…

L’erreur n’est pas l’échec, c’est juste une expérience qui donne la possibilité de faire différemment pour apprendre et progresser davantage.

L’échec ne peut être considéré comme t’elle qu’à la condition où nous n’en tirons aucunes leçons. Chaque échec de notre vie nous forge et nous apprends à devenir meilleur.

Alors osons, faisons des choix, prenons des risques, échouons car même si nous sommes des passionnés et que la victoire semble importante, ça ne reste qu’un point d’un match de badminton, se tromper et échouer momentanément nous permets d’apprendre et de progresser.

Être capable d’interpréter l’équilibre du rapport de force.

Faire ressentir, verbaliser pour faire comprendre aux joueurs dans quelles conditions il (soi-même, son partenaire, son adversaire) frappe le volant. En fonction des possibilités physico-techniques de chacun, la zone de jeu, la hauteur d’impact du volant par rapport au filet, la profondeur du terrain, sa posture corporelle, la position de tête de raquette… les choix des adversaires sont dans la majorité des cas contraints.

Finir l’échange, nous priver de temps pour nous mettre en retard, neutraliser pour patienter sur le coup suivant, ou se donner du temps se rééquilibrer ?

Il y a des trajectoires et des positionnements géométriquement logiques. En fonction des enchainements de frappes, des endroits où l’adversaire se situe sur le terrain, des coups réflexes, des frappes redondantes ou préférées de l’adversaire… Une multitude d’informations à appréhender et intégrer pour faire un pari gagnant sur la prochaine vitesse et trajectoire.

Avoir la connaissance de cela doit nous rassurer pour garder notre esprit clair, avoir des intentions précises et faire des choix forts et assumés.

Développer l’adaptabilité et inciter à la logique créative

Rien ne peut être 100% standardisé et vouloir toujours scientifiser la pratique du badminton pourrait être néfaste pour certains individus. Il est donc vital de stimuler le plaisir de jouer, suivre ses envies, ses présentiments, ses croyances. L’hyper-expertise doit être bousculée, sortir d’un apprentissage normatif en modifiants les règles, les contraintes, les idées reçues et les certitudes théoriques des livres ou des coachs. C’est par l’expérience de multitudes de situations de jeu que l’adaptation devient rapide et de moins en moins couteuse en énergie. L’intuition devient de plus en plus aiguisée. A vous d’essayer !

Le badminton reste un sport ou l’incertitude est permanente, et bien qu’on ressente ou comprenne le jeu adverse, il faut rester attentif à l’inattendue et avoir la capacité de s’adapter à tout moment.

La réflexion est importante mais elle ne doit pas prendre le pas sur l’action et le mouvement qui est l’essence même de notre sport. Quant à l’instinct, il ne fait jamais vraiment totalement abstraction de la prise, l’analyse et le traitement des informations que notre corps envoie à notre cerveau. Il existera toujours cette ambivalence donc soyez rassurés la contradiction fait avancer.

A vous de regarder les choses d’un point de vue nouveau et de mélanger les styles et les idées pour en faire naître de nouvelles.

Vous l’aurez compris l’essentiel c’est la prise de décision. Alors sortez de votre zone de confort, car dans bien des situations un grain de sable peut s’immiscer dans l’engrenage et il faudra alors inventer des nouvelles trajectoires et établir une nouvelle stratégie.

Jouez, Expérimentez et surtout Amusez-vous.

Valentin

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !

Penser déplacement avant raquette

Penser déplacement avant raquette

Penser déplacement avant raquette

Penser déplacement avant raquette

Le badminton est un sport complexe en matière de coordination haut/bas.
Il nous demande dans un laps de temps très court, une prise d’information de la trajectoire du volant, une prise de décision du déplacement le plus efficient possible pour couper la trajectoire du volant, puis une prise de décision du coup technique à réaliser. À cela, se rajoute le positionnement de notre ou nos adversaires et bien d’autres paramètres mentaux.

Tous ces paramètres varient en permanence car nous le savons, il n’existe pas deux trajectoires et deux coups techniques 100% identiques ! Notre adaptabilité à répondre le plus rapidement possible aux « problèmes » que nous proposent notre adversaire est la compétence que nous devons le plus développer !

Le fait que notre sport soit si complexe dans les tâches à réaliser, nous pousse à vouloir « tricher » en sautant des étapes… Une des étapes que nous avons tendance à sauter (moi également selon le contexte) est le fait de vouloir aller au volant avec la raquette avant de réaliser une poussée avec mes jambes !

Notre déplacement est l’un des piliers du badminton… il conditionne directement notre dépense énergétique, notre capacité à être bien placé sur le volant, ce qui impact également nos choix de trajectoires…

Alors je sais que le shadow n’est pas forcément le moment de votre entrainement que vous appréciez le plus mais il est primordial d’y passer du temps si vous souhaitez progresser et prendre plus de plaisir au bad !

Voici 3 points que vous allez améliorer si vous arrivez à mettre en place votre première poussée avant l’envie de frapper le volant avec votre raquette !

 

Meilleure stabilité au moment de la frappe

Nous connaissons tous des joueurs capables de réaliser des coups dans des positions extrêmes… toutefois, est-ce la majorité d’entre nous ? Sont-ils très réguliers dans ces positions ?

Nous retenons toujours le coup un peu extraordinaire au même titre qu’une très belle feinte mais, si vous devez choisir entre gagner un match en étant solide et perdre le match en réalisant des coups « extraordinaire », que choisiriez-vous ?
Pour ma part je préfère gagner et j’espère que vous aussi…

Être stable au moment de sa frappe est essentiel ! Cela va vous permettre d’avoir plus d’aisance technique et potentiellement plus de précisions/ régularités ainsi que plus de puissance car le transfert de force sera plus efficient ! (N’oubliez pas la Force vient du sol avant tout…)
Bien évidemment votre capacité à être stable sur le volant ou dans des positions extrêmes va dépendre de votre niveau de gainage.

 

Rester dans le timing de l’échange

Le timing ou tempo de l’échange est ce qu’on pourrait appeler le rythme de l’échange. Si vous arrivez trop vite sur le volant ou trop en retard, cela va vous couter beaucoup d’énergie… Notre énergie étant limitée, il est important de savoir l’utiliser à bon escient.

Le fait de vouloir aller au volant avec la raquette va vous sortir du tempo de l’échange en arrivant un peu trop tôt sur la trajectoire mais surtout en étant déséquilibré ! La finalité du déséquilibre est un retard très conséquent directement après votre frappe…
Le retard n’est pas une chose dont il faut avoir peur au badminton, mais il y a retard maitrisé en étant équilibré et retard en mode « sauve qui peut » et là nous sommes en mode « sauve qui peut »

 

Une « vraie » première poussée

La première poussée est la plus importante en badminton ! Si aujourd’hui vous regardez des matchs de haut niveau, vous allez avoir l’impression qu’il marche sur le terrain la plupart du temps. Cela est intimement lié à l’efficience de leur première poussée !

Votre première poussée doit être la plus puissante dans votre déplacement, sans elle le retard fera partie intégrante de votre jeu.
En élançant votre raquette, vous allez inhiber cette capacité à générer une forte première poussée. Votre poussée sera faible et légèrement orientée vers le haut plutôt qu’à l’horizontale. Le résultat, une frappe en parfait déséquilibre !

N’oubliez pas, le badminton est avant tout un sport horizontal, vous devez donc œuvrer à vous déplacer le plus souvent possible à l’horizontal avec un centre de gravité qui ne fluctue pas trop pour être le plus efficient possible !

 

Pour résumé en quelques mots, une forte première poussée horizontale va vous permettre de vous retrouver dans de bonnes conditions pour frapper le volant en étant stable et équilibré et vous resterez dans le tempo de l’échange en respectant le fameux « pied / frappe »

Enfin je terminerai par vous rappeler un point qui est souvent oublié dans nos shadow en club.

Apprenez à le réaliser lentement en vous focalisant sur la technique. Ne cherchez pas à aller à 100% sauf si votre objectif est physique.
Si vous avez la possibilité d’avoir des feedbacks direct grâce à un partenaire, n’hésitez pas à lui demander de l’aide ! Sinon filmez-vous !

Pour aller plus loin dans les explications des déplacements, je vous invite à télécharger notre application gratuitement. Vous y trouverez toutes les explications nécessaires pour développer votre badminton !

À bientôt

PS : N’oubliez pas nos stages d’été pour une progression rapide : INFORMATION STAGE D’ÉTÉ JEUNES ET ADULTES

Laurent

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !