Badminton : Comment récupérer plus vite ?

Badminton : Comment récupérer plus vite ?

Badminton : Comment récupérer plus vite ?

 

Le badminton est un sport qui met notre organisme à rude épreuve tant au niveau cardio vasculaire qu’au niveau articulaire et musculaire (spécialement nos fessiers😉). C’est d’autant plus le cas dans les compétitions françaises où l’on doit enchainer un grand nombre de matchs tout au long du week-end. Néanmoins, plus notre organisme est mis à rude épreuve et plus il se fatigue.

Lors d’un effort physique intensif comme le badminton peut l’être, nous perdons nos réserves de glycogène musculaire, nous accumulons des déchets acides et nous produisons des radicaux libres. Notre corps se retrouve avec un déficit de minéraux qui impacte la contraction musculaire, pouvant créer des crampes et des lésions musculaires plus ou moins graves.

Nous l’oublions très souvent mais la récupération est l’une des clefs de l’entrainement et donc de la progression.

Une bonne récupération s’envisage au travers de plusieurs aspects.

Voici quelques éléments de réponses pour vous aider à améliorer votre récupération.

 

1. La nutrition / l’hydratation

C’est l’un des deux piliers de la récupération. Si vous souhaitez récupérer correctement vous n’avez pas d’autres choix que de vous alimenter avec de bons aliments.
Une alimentation adaptée après l’effort aura 4 effets :

  • Reconstituer les stocks d’énergies
  • Réduire l’acidité
  • Rééquilibrer la balance électrolytique.
  • Construire du muscle

Il est donc important d’apporter des protéines, glucides et lipides en quantité suffisante mais aussi se réhydrater correctement.

L’idéal est de boire de l’eau de type Saint-Yorre ou vichy célestin pour leurs minéraux.

 

2. Le sommeil

Une bonne nuit de sommeil est aujourd’hui un luxe tant il est compliqué de respecter les prérequis nécessaires au 21e siècle. Néanmoins, je vous encourage fortement à vous y intéresser car comme vous le savez, le manque de sommeil à un impact direct sur votre humeur et votre santé !

N’oubliez pas que c’est le seul moment où votre corps récupère et que votre cerveau se vide de ses « déchets ».

Voici quelques règles à respecter :

  • Stopper les écrans avant votre coucher pour éviter de bouleverser votre horloge biologique.
  • Conserver une chambre sombre. Moins il y de lumière mieux c’est !
  • Conserver une chambre à une température entre 16° et 18°, cela favorisera votre sommeil.
  • Essayer de manger assez éloigné de votre heure du coucher afin d’éviter d’être réveillé par votre digestion.

 

3. Les auto-massages et massages

C’est une pratique qui se démocratise de plus en plus dans les gymnases et je vous encourage à la pratiquer pour la santé de vos muscles.

Cette pratique vous permettra :

  • De réduire vos courbatures
  • D’augmenter votre circulation sanguine
  • D’augmenter votre flexibilité articulaire

Attention ! L’automassage est désagréable mais il ne doit pas être douloureux ! Si cela était le cas, vous risquez d’avoir l’effet recherché inverse.

 

  • La cryothérapie

C’est l’utilisation du froid extrême dans le but de combattre l’inflammation et la douleur.

La « cryo » est bien connue des sportifs de haut niveau qui l’utilisent régulièrement pour favoriser leur récupération.

Voici quelques effets notables de cette pratique :

  • Vasoconstriction (resserre les vaisseaux sanguins pour limiter l’inflammation)
  • Limitation des œdèmes
  • Analgésique (contre la douleur)
  • Reconstruction plus rapide des cellules musculaires lésées.

Bien que ce soit une pratique onéreuse, je vous encourage à la tester !

 

Toutes ces techniques vous seront utiles si vous souhaitez récupérer plus efficacement.

Néanmoins si vous voulez booster votre capacité à récupérer entre les points ou entre vos matchs, vous devez travailler les deux points suivants :

 

  • Travailler son physique

Nous entendons souvent au bord des terrains des joueurs prétextant avoir perdu à cause de leur physique… En badminton, le physique est primordial et il existe plusieurs manières de le travailler mais vous devez garder en mémoire les éléments ci-dessous :

  • Capacité aérobie : elle correspond à un effort continu d’au minimum 35min. Pour travailler cette composante, il faut maintenir un rythme avec lequel vous êtes à l’aise sans être essoufflé. Le footing est l’exemple parfait pour la capacité aérobie.

Au badminton cela va vous permettre d’améliorer votre capacité à enchainer les entraînements ou bien les matchs en compétitions.

  • Puissance aérobie : elle correspond à un effort de type intermittent. Vous devez connaitre les exercices type 30sec de travail pour 30sec de repos. L’idée ici est de faire 5 à 7 répétitions de l’exercice sur 2 à 3 blocs avec 3 min de récupération entre les blocs. Il existe de nombreuses façons de faire mais si vous souhaitez rester sur le terrain, vous pouvez opter pour du shadow ou du multi-volant.

Pour le badminton, l’amélioration de la puissance aérobie va vous permettre de pouvoir enchainer les points plus facilement. Ce qui est primordial si vous souhaitez gagner vos matchs.

 

 

N’oubliez pas que toutes ces techniques sont avant tout dans le but de respecter votre intégrité physique.

 

A bientôt

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Badminton: Comment réduire ses courbatures en badminton ?

Badminton: Comment réduire ses courbatures en badminton ?

Badminton: Comment réduire ses courbatures en badminton ?

 

Qui d’entre nous n’a jamais eu de courbature ? Vous savez, cette fameuse douleur au lendemain de la compétition (ou de l’entrainement intense) qui vous empêche limite de sortir de votre lit ! Au badminton, elles sont souvent localisées au niveau du fessier (j’en ai d’ailleurs au moment où j’écris ces lignes) et de l’épaule. Beaucoup pensent que le simple fait de s’étirer va leur éviter d’avoir mal le lendemain et ne comprennent pas pourquoi cela n’a pas fonctionné ! Ou encore, d’autres pensent que la fameuse bière de récupération fera la différence ! Malheureusement ce n’est pas avec ces deux méthodes que vous allez les éviter… vous allez plutôt les renforcer.

Le problème avec les courbatures, c’est qu’au-delà de la douleur que nous devons supporter, elles diminuent significativement notre force musculaire, réduisent notre mobilité articulaire et augmentent nos chances de blessures !

La courbature est un phénomène que nous pouvons minimiser avec quelques bonnes pratiques et habitudes.

Voici celles que je vous recommande.

 

Le massage / automassage avec rouleau

Depuis quelques années, cette pratique c’est très fortement répondue dans nos gymnases de badminton. C’est d’ailleurs, selon une méta-analyse de 2018, la pratique la plus efficace pour réduire les courbatures. En effet, cette méthode va vous permettre

  • D’augmenter votre circulation sanguine,
  • D’augmenter votre flexibilité articulaire
  • De réduire sa douleur.

Nous voyons de plus en plus d’athlètes les utiliser avant et après leur match. Chose que je vous encourage à faire.

Il faut noter deux types d’utilisations différentes :

Avant son match : massage peu profond et rapide
Après son match : massage profond et lent

Néanmoins l’automassage n’est pas une partie de plaisir au début. Il est désagréable mais il ne doit pas être douloureux ! Je vous rappelle que le but derrière cela, est de se relâcher et se décontracter.

 

Le chaud et le froid

Il y a toujours eu deux courants pour favoriser la récupération. De nombreuses études montrent que les deux méthodes sont pertinentes mais j’ai personnellement une préférence pour le froid.

Voici les gains que vous pouvez avoir en utilisant le chaud ou le froid juste après vos séances ou matchs.

  • Conservation de la quasi-totalité de votre force musculaire (baisse de 4%) pour application de chaud ou de froid directement après l’effort.
  • Récupération de la force musculaire plus rapide en appliquant du froid 24h après l’effort
  • Diminution de la douleur en appliquant du froid après l’effort et jusqu’à 24h après.

Aujourd’hui, il est assez facile de se procurer une poche de gel à mettre au congélateur ou au micro-ondes. Je vous conseille d’en avoir une chez vous ! Cela vous vous permettra à coup sûr de réduire vos courbatures voire de les éviter.

 

Son alimentation / hydratation

La nutrition restera toujours la priorité absolue pour favoriser votre récupération et éviter la blessure ! La mal bouffe prend une place trop importante dans notre société et dans nos buvettes… Il est, je le sais, compliqué de manger comme il le faudrait en compétition ! Néanmoins je vous invite à vous prémunir d’un BENTO et de préparer vos repas en amont.

Voici ce que je vous conseille en matière d’alimentation.

  • Alimentation riche en antioxydants
  • Alimentation avec des glucides à index glycémique Bas
  • Alimentation riche en oméga 3
  • Un apport en protéines contenant l’ensemble des acides aminés essentiels (ciblez pour une journée 1,6g de protéines / kg du poids corporel. Ex : 60kg = 96g de protéines).
  • Une hydratation tout au long de la journée (priorité aux eaux minérales)
  • Une hydratation avec une eau chargée en minéraux et sodium après l’effort (type Saint-Yorre)

 

Si vous n’arrivez pas à avoir une alimentation riche en oméga 3 et suffisamment de protéines, il serait intéressant de prendre une supplémentation via des gélules (oméga 3) et en poudre pour les protéines (isolate de whey).

 

Si vous appliquez ces quelques règles, vos courbatures seront fortement diminuées et vous pourrez enchainer les entrainements/matchs plus facilement !

 

Enfin, je vous déconseille de passer par la voie des médicaments anti-inflammatoires qui ont des effets néfastes sur notre digestion et nos intestins.

 

A bientôt

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Badminton : S’entrainer en été

Badminton : S’entrainer en été

Badminton : S’entrainer en été

 

L’été est le moment propice pour booster sa progression à l’aide d’une préparation physique estivale. Il faut néanmoins faire attention à la pratique du sport durant l’été en raison des fortes chaleurs. Sport et chaleur ne font pas forcément bon ménage spécialement lorsque l’on a pris de mauvaises habitudes en matière de nutrition et d’hydratation….

N’oubliez pas que nutrition et hydratation sont à la base de la performance.

 

Durant ma carrière j’ai connu de nombreux entrainements sous fortes chaleurs, et croyez-moi ce n’était pas une partie de plaisir. J’en ai testé beaucoup, de mon propre chef ou à mon insu. Ce n’était certainement pas les choses les plus intelligentes à faire en pleine chaleur…

Voici quelques idées reçues sur les types d’entrainement que j’ai pu effectuer.

 

  • Courir à jeun sous le soleil :

    Vous avez certainement entendu qu’un long footing faisait fondre les graisses et de le faire à jeun, le faisait plus rapidement ? En pratiquant ce type d’entrainement vous risquez surtout de vous déshydrater et de le faire très rapidement avec la chaleur. Oui vous allez perdre du poids mais surtout de l’eau et du muscle…
    Un effort de type PMA sera plus adapté pour perdre du poids.

  • Interdiction de boire durant les exercices :

    Ce genre de pratique est très répandue dans le milieu pensant à tort que l’organisme se renforce. Oui, peut-être que notre mental se renforce en combattant la déshydration mais à quel prix ? Je vous conseille de toujours garder en mémoire cette phrase :
    Le jeu en vaut-il la chandelle ?

 

  • Interdiction d’ouvrir les fenêtres / portes :

    De nombreux gymnases sont mal isolés et durant l’été il se transforme en four ! Il est donc important d’éviter d’atteindre des températures trop élevées pour éviter la déshydratation et la perte de muscle.
    N’oubliez pas qu’il n’y a aucun bien fait à faire du sport dans un sauna. Le sport ne doit pas être une contrainte mais un plaisir.

 

 

Si vous êtes en pleine préparation physique estivale, voici mes conseils pour optimiser votre pratique en conservant votre intégrité physique.

 

  • Hydratation et réhydratation : Il est important de boire régulièrement tout au long de la journée, il faut cibler en cas de forte chaleur ½ litre d’eau / 30 min.
    La règle de base est bien évidemment de ne pas attendre d’avoir soif pour boire …
    N’oubliez pas de vous réhydrater après l’effort également.
  • Collation avant l’entrainement et après. Également pendant si l’entrainement dur longtemps.
  • Mettre une casquette (si course en extérieur)
  • Se trouver une salle climatisée pour le renforcement musculaire
  • Optez pour des vêtements légers et aérés.

 

Même si ces conseils tombent sous le sens, ne les oubliez pas

Enfin n’oubliez pas les signes d’un coup de chaud :

  • Rougeur
  • Sensation de chaleur intense
  • Maux de tête
  • Nausées
  • Trouble de la vue
  • Sensation de déséquilibre

 

Si vous ressentez l’un de ces signes, il est important de stopper l’activité et de se rafraichir rapidement.

Bon entrainement à tous et restez vigilant

 

PS : Si vous êtes intéressé par une préparation physique, inscrivez-vous sur le lien « Notre guide offert pour le badminton ». Vous aurez accès à la Préparation physique pour les membres de Fuzions ainsi qu’un guide pour progresser rapidement.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Laitages, amis ou faux amis ?

Laitages, amis ou faux amis ?

Laitages, amis ou faux amis ?

 

« Méfiez-vous des fausses connaissances, c’est plus dangereux que l’ignorance »
George Bernard Shaw

 

« En l’état actuel des connaissances, il est irresponsable de faire la promotion des laitages »
Pr Walter Willett

 

Je sais que je m’attaque à un sujet plus que polémique et d’autant plus en tant que Français où les laitages font partie intégrante de notre alimentation ! Néanmoins, plus je me penche sur le sujet plus il me semble important de vous avertir sur les effets délétères du lait de vache.

Aujourd’hui, il y a assez d’études sur le sujet pour comprendre que les produits laitiers ne sont pas vraiment nos amis pour la vie… 😅 Malgré ce que nous martèlent les industriels et l’Etat Français.

Pour étayer mes propos, je m’appuie sur des études de différentes universités tel que Harvard, Oslo Tufts (Boston) et sur les recherches de certains des plus grands spécialistes en nutrition comme le Pr Hegsted, créateur du professorat de nutrition d’Harvard ; T. Colin Campbell, professeur en nutrition université Corneille, Pr Walter Willett professeur d’épidémiologie et de nutrition à Harvard.

 

Pourquoi les produits laitiers sont à éviter ?

Les produits laitiers sont avant tout mis en avant pour leurs apports en Calcium pour avoir une bonne densité osseuse. Le but étant de prévenir l’ostéoporose et les fractures notamment celle du col du fémur. Mais aussi pour favoriser la croissance, ce qui est, pour le coup, assez vrai !

D’après les experts et les méta-analyses sur le sujet, les produits laitiers ne montrent clairement pas qu’ils préviennent l’ostéoporose et les fractures. C’est même plutôt le contraire ! Nous voyons plus d’ostéoporose et de fractures dans les pays consommateurs de produits laitiers !

Cela peut paraître absurde, mais en y regardant de plus prêt, cela est logique. En effet, pour faire simple, notre squelette est un organe dynamique qui est en régénération permanente et qui est intégralement régénéré tout les 10 ans à l’âge adulte.

Ce phénomène est dû à deux types de cellules, les ostéoclastes qui engendrent l’élimination des tissus osseux (la résorption) et des cellules, et le ostéoblastes qui eux, forment de l’os neuf (remodelage).

Le problème, c’est qu’une surconsommation de laitage use la « machine » prématurément.

Les ostéoblastes sont des cellules fabriquées par des MSC (cellules souches mésenchymales) venant de la moelle osseuse. Nous savons qu’avec l’âge, ces cellules perdent leur capacité à engendrer des ostéoblastes. Cela signifie donc que leur stock n’est pas illimité…

Comme toutes choses dans notre corps et dans la vie, plus nous l’utilisons plus il s’use. La capacité des MSC à produire des ostéoblastes n’échappe malheureusement pas à la règle !

Vous devez savoir que les produits laitiers sont chargés en calcium laitier ; Néanmoins, ce fameux calcium activerait le remodelage mais ce n’est pas le seul à avoir cet effet ! Les protéines du lait le font également et surtout le fameux facteur de croissance IGF-1 (insulin-like growth factor-1) qui via la consommation de produits laitiers se retrouve dans notre sang.

L’IGF-1 est un très puissant moteur de croissance pour TOUTES les cellules ! Il apparaît donc comme évident que les laitages sont les aliments les plus puissants pour stimuler la croissance osseuse et le remodelage dû à ce fameux IGF-1.

L’IGF-1 augmente et stimule les ostéoblastes d’un coté et de l’autre, les laitages étant acidifiants, leur consommation stimulent les ostéoclastes et la destruction osseuse car nous ne sommes pas fait pour être en état d’Acidose. Pour retrouver un environnement neutre, l’organisme utilise le carbonate de calcium des os. Ce phénomène accentue d’autant plus la stimulation des ostéoblastes par effet de causalité.

Le fait d’avoir une densité osseuse élevé avant la ménopause chez les femmes ne garantie en rien d’échapper à l’ostéoporose. Les études montrent qu’un peuple consommant des laitages (ayant une plus grosse densité osseuse) perd plus vite leur densité après ménopause qu’une population ne consommant pas de laitage et donc avec une densité moindre en début de ménopause.

L’IGF-1 n’a malheureusement pas que cet effet sur notre corps… comme dit précédemment, il est un moteur de croissance pour TOUTES nos cellules ! Bonnes comme mauvaises ! Toutes les études faites sur le sujet montrent une relation très étroite entre consommation de laitage et cancer de la prostate. Le professeur T. Colin Campbell montre également un lien entre consommation de lait et début des règles chez les femmes. Il existe de plus un lien entre les femmes réglées très jeunes et le cancer du sein. Néanmoins aucune étude sérieuse ne montre clairement que les femmes consommant des laitages soient plus victimes que les autres du cancer du sein.

 

Pour terminer sur le sujet des laitages, bien qu’il y aurait encore beaucoup à dire notamment sur le lactose (sucre du lait), le calcium et l’IGF-1 (oui encore lui) ; Sachez seulement que 59% de la population française est intolérante au lactose (il n’est pas que présent dans les laitages) et que trop de calcium dans notre corps fait baisser notre arme naturelle contre les cellules précancéreuses : la vitamine D active « calcitriol ».

 

Je n’ai personnellement jamais été fan des produits laitiers pour des raisons de goût et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer 😱 !

 

Bien que certains me prendront pour un fou, je vous appelle à la prudence en diminuant votre consommation et surtout à vous documenter sur le sujet et ainsi vous faire votre propre opinion.

 

Dernière chose sur l’IGF-1, il est 10 fois supérieur dans notre lait d’aujourd’hui que dans le lait des années 80 ! Il faut donc faire attention quand nous nous comparons à nos aïeux.

 

Il faut noter que dans le sport, il est devenu classique de consommer du lait après effort pour les bienfaits de sa protéine (C’est notamment ce que montre cette étude BD Roy, J int soc sport nut 2008). Cette étude montre des résultats très intéressants à court terme pour la régénération et la croissance musculaire !
Néanmoins, vaut-il mieux se préoccuper des résultats à court terme ou à long terme ?

 

A méditer

 

Bon vendredi les badistes !

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Les 6 piliers du joueur de badminton

Les 6 piliers du joueur de badminton

Les 6 piliers du joueur de badminton

 

Le badminton est à mes yeux un sport extrêmement complet ! Il demande des qualités physiques, techniques, tactiques très élevées pour performer.

Pour être performant au badminton il faut donc essayer de développer ces trois aspects qui impactent directement notre niveau de jeu ! Mais pas que ! Nous avons tendance à l’oublier mais il existe 3 autres piliers qui influencent indirectement notre performance ! c’est le cas de notre état d’esprit (mental), de notre qualité de sommeil et de nos habitudes alimentaires.

Ces 3 derniers sont, à mon sens, les plus importants pour les raisons que je vais vous exposer ci-dessous mais également afin de pouvoir progresser sereinement, sans blessure et sans user prématurément nos articulations !

Je suis très attentif à cette notion de respect de l’intégrité physique du joueur en raison de mon expérience en tant que joueur et de mes nombreuses blessures aux genoux qui auraient pu, pour la plupart, être évitées avec une meilleure connaissance de ces 3 piliers !

En effet, durant ma carrière, j’ai eu de multiples luxations de rotule, des entorses du genou, des tendinites rotulienne et quadricipitale, sans oublier les tendinites d’épaule, du coude etc… enfin bref, un peu trop de blessures à mon goût pour un corps aussi jeune !

Ce vécu m’a fait prendre conscience que l’aspect externe du terrain était encore plus important que le badminton en lui-même !

 

Aujourd’hui j’ai donc décidé de vous faire un article un peu particulier car je vais vous exposer ma vision du joueur de badminton au travers de ces 6 piliers :

 

–       Pilier n°1 : Nutrition & Hydratation

–       Pilier n°2 : Sommeil & Récupération

–       Pilier n°3 : Etat d’esprit

–       Pilier n°4 : Condition physique

–       Pilier n°5 : Technique & Déplacement

–       Pilier n°6 : Tactique

 

L’hygiène de vie ne fait pas la performance ; Il est vrai qu’il existe des contres exemples mais à quel prix ? Ne vaut-il pas mieux s’assurer d’avoir un corps en « bon état » sur la durée que d’avoir un corps douloureux à 35 – 40 ans ?

Et puis, même sans aller jusque-là, n’est-il pas agréable de jouer simplement au badminton sans aucune douleur ?

 

Il faut voir ces piliers comme une pyramide (voir photo) avec comme fondation la Nutrition & Hydratation. C’est le pilier qui a, pour moi, le plus d’importance pour une raison simple : ce que nous mangeons impacte directement l’ensemble des 6 autres piliers et accentue grandement le risque de blessures et/ou de maladies. Comme vous le savez, pour pouvoir progresser, il faut avant tout avoir une pratique régulière…

La nutrition joue un rôle majeur sur votre sommeil et votre récupération et croyez-moi, il ne s’agit pas de manger un plat de pâtes ou bien une boisson de type « powerade » pour bien récupérer ! Malheureusement, de nombreuses idées reçues sont encore trop présentes dans la nutrition du sportif ! Passez une bonne nuit de sommeil est la clef de la récupération c’est à ce moment-là que notre cerveau évacue les « déchets » liés à notre activité cérébrale et que la régénération cellulaire s’active le mieux… Autant vous dire que sans cela vous risquez d’avoir vos batteries très rapidement à plat ! Sans parler des éventuels risques à long terme…

Le sommeil joue également directement sur notre humeur et stress ainsi que sur notre faculté de concentration. Notre état d’esprit est directement impacté par le pilier 2 et de ce fait vous risquez de perdre en concentration lors de vos séances d’entraînements et de montrer des signes d’énervement et/ou de frustration.

Le pilier Condition physique est volontairement placé avant la partie badminton car ma vision du joueur de badminton « moderne » est avant tout basée sur le fait d’être un « athlète » et je pense qu’il y a aujourd’hui, plus de joueurs qui perdent leur match pour un problème physique que pour un problème technique ou tactique…

 

Ces 4 premiers piliers ne sont pas directement liés au badminton. Certes ils n’auront pas le même impact que la technique ou la tactique le jour J. Néanmoins, il est important de souligner que plus vous monterez en niveau, plus ils auront une incidence directe sur votre performance.  Et bien évidemment, au-delà de l’aspect performance, il influence directement votre santé et votre qualité de vie. Comme vous avez pu comprendre, la santé passe, de mon point de vue, avant le badminton et cela tombe bien car ils sont profondément liés l’un à l’autre !

 

Enfin, l’aspect Technique & Déplacement. Ce pilier est la base de votre badminton. Néanmoins, je ne pense pas qu’il n’existe qu’une seule et unique technique pour performer et/ou prendre du plaisir au badminton. Je pense simplement que certains aspects sont fondamentaux et que d’autres vont dépendre de votre morphologie et de vos qualités physiques. Évidemment, pour éviter certaines blessures, il faut comprendre la biomécanique du corps humain et ainsi éviter certains mouvements et certains placements de pieds. Ils n’auront peut-être, à court terme, aucun impact (si vous avez de la chance) mais à moyen / long terme auront des conséquences néfastes pour vos articulations…

 

La tactique est certainement celui qui influence le plus le résultat du jour J mais pour pouvoir conserver une tactique qui fonctionne, il faut avoir de la lucidité ; Et cette lucidité ne sera présente qu’en ayant des bases solides dans les 5 piliers précédents.

Voici un bref résumé de ma vision du joueur de badminton moderne pour progresser en respectant son intégrité physique.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette vision, je l’ai détaillée en profondeur dans mon guide du badminton progresser en respectant son intégrité physique. Ce guide est un condensé de mes connaissances acquises tout au long de ma carrière de joueur et d’entraîneur, écrit dans un langage le plus compréhensible possible par tous (débutants, confirmés et haut-niveau).

Si vous souhaitez avoir plus d’informations, cliquez sur le bouton ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon vendredi !

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Oméga 3 : Performance, santé et articulations

Oméga 3 : Performance, santé et articulations

Oméga 3 : Performance, santé et articulations

 

Aujourd’hui il n’est plus rare d’entendre notre entourage parler d’OMEGA 3 mais en pratique, savez-vous réellement à quoi cela correspond ?

Pour faire simple, les omégas 3 sont de très bons acides gras pour notre corps ! Oui, contrairement aux idées reçues qui persistent concernant notre alimentation et notamment celle du sportif, les graisses ne sont certainement pas à exclure de nos assiettes ! Bien au contraire. Cela devrait être même l’inverse !

Nous avons tendance à dire qu’il existe deux types de graisses : « les mauvaises » et « les bonnes ». Même si c’est un grand raccourci, les OMEGA 3 font partie de cette deuxième catégorie : « les bonnes ». Il faut donc, au même titre que les vitamines, en consommer car elles sont essentielles pour conserver notre santé, nos articulations et enfin améliorer nos performances sportives.

 

Les biens faits de l’OMEGA 3.

 

  • Amélioration du système musculaire
  • Amélioration du système osseux
  • Amélioration du processus de régénération du tissu musculaire
  • Amélioration de la fluidité membranaire
  • Amélioration de la vitesse de conduction nerveuse
  • Diminution de l’inflammation
  • Diminution du taux de cholestérol sanguin
  • Maintien d’une bonne fonction cérébrale, visuelle et cardiaque.

 

Nous savons à quel point les systèmes musculaire, osseux et nerveux sont importants pour performer dans le sport… donc pourquoi se priver de ces bienfaits qui peuvent booster notre performance ?

 

Le badminton est un sport qui met à rude épreuve notre corps dans son ensemble et plus particulièrement nos articulations où il n’est pas rare de voir diverses entorses allant de l’entorse simple à celle un peu plus compliquée (ligaments touchés).

Vous savez tout comme moi, que jouer avec des douleurs articulaires ou tendineuses est monnaie courante au badminton. Néanmoins, à terme, on y perd l’aspect plaisir de la pratique et si vous voulez mon avis, c’est bien dommage ! Il vous suffit pourtant seulement de changer certaines habitudes alimentaires …

 

 

Voici deux solutions pour profiter des OMEGA 3 :

  • Par l’alimentation (poissons gras : maquereaux, sardines, anchois / graines de chia …)
  • Par la supplémentation à l’aide de gélules « OMEGA 3 » (veillez à éviter les compléments OMEGA3-OMEGA6-OMEGA9)

 

Je vous conseille d’user des deux car, aujourd’hui, notre alimentation moderne est très orientée vers les OMEGA 6 et il faut donc compenser ! Voici comment rééquilibrer la balance : (article oméga 3 / oméga 6)

 

Consommer une alimentation riche en OMEGA 3 devrait être une priorité à la fois pour vos performances, vos articulations mais surtout pour votre santé.

 

En recherchant la qualité quotidiennement dans votre alimentation, cela sera un levier considérable pour vous rapprocher petit à petit de vos objectifs. Dans le cas contraire, en mangeant toutes sortes de plats industriels ou autres « cochonneries », vous vous en éloignerez et allez, à coup sûr, empoisonner peu à peu votre corps. (Blessures à répétitions, maux de ventres, migraines, rhumes, diabète de TYPE 2 certain type de cancer…)

 

Performance et santé vont de pair.

 

 

 

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques