Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?

Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton !

Après près de 3 mois de non pratique, nous allons pouvoir retoucher les raquettes ! Lors de l’annonce de notre Premier ministre j’ai cru retomber en enfance le 25 décembre les yeux pleins d’émerveillement lors de la découverte des cadeaux au pied du sapin ! Enfin bref, revenons à notre préoccupation !

Comment gérer la reprise et optimiser au mieux son entrainement pour les prochaines semaines ?

Je sais que vous êtes excités à l’idée de reprendre le chemin de terrain mais vous devez rester absolument prudent car même si votre tête n’a rien oublié du badminton, ce n’est pas le cas de votre corps ! Notre corps perd l’habitude de l’effort entre 7 à 15 jours selon les personnes. Autant vous dire qu’au bout de 3 mois, il n’a pas seulement perdu l’habitude mais a complètement oublié ! Vous avez d’ailleurs très certainement perdu en masse musculaire, en explosivité et certaines qualités physiques essentielles au bad ! Vous allez me dire, oui mais j’ai suivi un programme d’entrainement peut-être même mon programme donc pas de souci je suis prêt pour reprendre à 100% !

Oui mais, car il y a toujours un mais ; Vous avez certes optimisés votre temps du mieux possible et vous avez clairement, soit, limitée la casse soit, gagné en compétences physiques ! Mais la dure réalité, c’est que la pratique du badminton est tellement contraignante pour notre corps que rien ni personne ne pourra vous éviter les prochaines courbatures d’après reprise !

 

Maintenant que vous savez que votre corps à tout oublié, il serait intéressant de comprendre deux principes fondamentaux de l’entrainement pour une réathlétisation en bonne et due forme et ainsi d’éviter la blessure et la frustration d’un nouveau « confinement » du badminton !

 

  • La Réversibilité

Ce principe est tout simplement le principe de continuité de l’entrainement pour permettre au joueur de continuer de progresser grâce à « l’effet cumulé ». Ce principe est très important notamment en matière de blessure. Un joueur qui a l’habitude de s’entrainer régulièrement réduit considérablement ses possibilités de blessures lors de sa pratique. À contrario, un joueur s’entrainant 1 fois par mois, infligera des dégâts plus importants à son corps qui pourront causer des blessures !

 

  • La Progressivité

Ce principe que beaucoup d’entraineurs oublie en revenant des vacances en proposant du physique type PMA dès la reprise… La progressivité dans l’entrainement est le principe qu’il faut respecter avant tout si vous êtes soucieux de votre intégrité physique !

La progressivité, n’est pas seulement liée au respect de son intégrité physique, cela nous permet de créer de nouvelles contraintes pour que notre corps créé des adaptations et donc progresse !

Pour respecter ce principe, il faut jouer sur l’intensité de l’effort et son volume.

 

Si vous avez bien compris ces deux principes, vous savez maintenant comment reprendre le après une longue pause de sport !

Néanmoins, je préfère vous orienter sur quelques focus à avoir pour les prochaines semaines.

 

  • Favoriser un échauffement long et complet : l’échauffement est essentiel si vous souhaitez pouvoir reprendre le badminton en toute sécurité ! n’oubliez aucun élément ! Article échauffement

 

  • Reprendre avec un peu de shadow : je sais que la plupart des badistes ne portent pas dans leur cœur le « shadow » ! Néanmoins, vous devez commencer par retrouver vos repères dans l’espace ! Il est plus prudent de commencer par du shadow que par un match direct !

 

  • Favoriser un travail en volant continu sans incertitude : Il est intéressant de reprendre par un travail sans incertitude pour retrouver vos sensations de frappe et de déplacement !

 

  • Favoriser un travail sur terrain réduit : lorsque vous avez repris vos sensations, vous pouvez commencer par reprendre le jeu avec incertitude mais en terrain réduit ! votre corps n’est pas encore prêt à gérer les grands déplacements avec incertitude !

 

  • Favoriser les sticks et demi-smash : Il faut oublier les smashs à 100% pour le moment ! même si vous avez renforcé votre épaule comme un dingue pendant cette pause, votre épaule n’est pas prête à encaisser la vitesse de rotation qu’on lui inflige en badminton…

 

 

Si vous respectez ces quelques conseils, vous allez pouvoir reprendre le badminton en toute sécurité et ainsi en profiter comme il se doit…

 

Pour finir, n’oubliez pas de rester alerte et gérer l’intensité de votre effort car dans l’excitation de la reprise on a tendance à vouloir trop en faire !

 

Bonne reprise à tous !

PS : voici le lien pour télécharger mon nouveau guide gratuit pour t’aider à progresser à la maison  : GUIDE Gratuit

 

A +

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison

Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le piège de notre canapé et de Netflix ! Oui, je sais, il est difficile de s’autodiscipliner pour faire du sport à la maison d’autant plus pour faire des exercices qui ne ressemblent pas vraiment à du badminton ! C’est vrai que c’est quand même plus cool de jouer au badminton que de faire des squats ou des fentes dans son appartement… Néanmoins nous sommes parties pour encore quelques semaines de confinement et est-il mieux d’attendre la réouverture des gymnases ou, est-il mieux de trouver des solutions pour continuer sa progression pour être au top à la réouverture ? Je pense que la deuxième solution est la mieux 😁 !

De mon côté, depuis le début du confinement, il n’y a pas un seul jour où je ne me suis pas entrainé… alors oui j’ai la chance d’avoir beaucoup de matériel (je me suis construit une petite salle de musculation💪) néanmoins, je ne fais pas que ça ! C’est surtout l’occasion pour moi de travailler mes points faibles, la souplesse et la mobilité articulaire, corriger mes problèmes de postures et pour cela rien de mieux qu’une petite séance de Yoga ou de mobilité !
Dans cet article, je vous donne plusieurs exercices pour continuer votre progression au niveau physique, technique ou mental tout au long du confinement !

 

Travailler son physique :

S’il y a bien une chose que nous pouvons faire sans gymnase, c’est de travailler son physique. Le badminton n’est pas que technique ou tactique … Sans physique, votre technique va perdre en efficience et votre lucidité va grandement chuter…
Pour se renforcer physiquement pour le badminton, plusieurs choix s’offrent à vous.

• Travailler sa capacité aérobie : c’est ce qui va vous permettre de récupérer au mieux et d’enchainer vos matchs et les jours de compétition. Pour cela, il suffit juste d’aller faire un footing d’au minimum 30 min à une vitesse où vous n’êtes pas essoufflé.
Mais restez proche de chez vous.

• Travailler sa puissance maximale aérobie (PMA) : c’est ce qui va vous permettre de récupérer entre les points et de pouvoir les enchainer facilement. Pour cela, un travail de type intermittent est nécessaire. 30sec / 30sec ; 20sec /20sec …
Il est important de faire plusieurs blocs de travail avec 2 à 3min de repos entre chaque bloc. La phase de travail doit se faire à une vitesse très soutenue. L’objectif est d’aller chercher la fatigue
Ex : Bloc 1 : 30’’ de travail 30’’ de repos X8 ; Bloc 2 : 20’’ de travail 20’’ de repos X12 ; Bloc 3 : 10’’ de travail 10’’ de repos X16

• Se renforcer musculairement : Si vous développez votre cardio sans développer vos muscles, il y a de fortes chances que vos jambes lâchent avant le reste…
Vous pouvez opter pour de la musculation avec notamment des exercices de squats, de soulevés de terre et de fentes.
Vous pouvez également opter pour du HIIT qui va vous permettre de travailler à la fois votre cardio et vous renforcer musculairement.
ex : : alterner toutes les 20’’ : Squats, fentes, squats sautés, fentes sautées puis 20’’ de repos. À faire 4 à 6 fois selon votre résistance

• Travailler son équilibre : L’une des principales qualités d’un badiste est qu’il doit frapper le volant en étant bien équilibré et gainé pour avoir un transfert de force optimal. Vous pouvez opter pour un travail régulier de proprioception et de gainage.

Travail de proprioception :
Avant la réalisation des exercices, pensez à bien stabiliser la position. Il est important de ne pas chercher à aller trop vite.

Exercices n°1 : 4 fois 30’’ de travail en alternant chaque jambe
Exercices n°2 : 4 fois 5 réceptions sur chaque jambe avec 30’’ de repos entre les séries.

Travail de gainage :
Le travail de gainage est essentiel pour les badistes et malheureusement trop peu de personnes l’exécute correctement Il n’est pas rare de voir des dos creusés, des fesses trop hautes, des bras mal positionnés…
Pour un travail de qualité, vous devez avoir les focus suivants :
– Le bassin en rétroversion (pour cela contractez les fesses et essayez de rapprocher votre bassin de votre sternum).
– Contractez les abdominaux en les rentrants
– Contractez son périnée (on le contracte en se retenant d’uriner)
Exercice n°1 : Planche bras tendu : Tabata = 20’’ de travail 10’’ de repos 8 fois
Exercice n°2 : Hollow statique : Tabata

Travailler sa souplesse et sa mobilité articulaire :

Travailler sa qualité de souplesse et sa mobilité articulaire est primordiale au badminton pour au moins 2 raisons.
• Avoir la possibilité de jouer le volant dans des positions extrêmes
• Éviter un certain nombre de blessures.
Les articulations à cibler en priorité au badminton sont les chevilles, la hanche et les épaules. Bien évidemment si vous avez le temps de travailler l’ensemble de votre corps n’hésitez pas à le faire.
Pour travailler votre mobilité vous avez deux choix, soit avant la séance de manière plus dynamique, soit en tant que séance où vous prendrez plus votre temps et où vous rajouterez des assouplissements.

Voici quelques exercices de mobilité à effectuer régulièrement :

Travailler sa technique :

Oui vous pouvez travailler votre technique sans être sur un terrain. Je pense qu’il est important de le faire. Cela vous fera gagner un temps précieux !

• Travailler devant un miroir : ce n’est pas pour rien qu’il y des miroirs en salle de danse ou de musculation. Même si la dérive de certaines personnes en musculation est assez drôle, au départ, c’est pour regarder ses postures et respecter sa biomécanique.
Vous pouvez pratiquer vos gestes de badminton devant un miroir également ! cela vous permettra d’avoir un regard objectif et de ne pas vous fier qu’à vos sensations. Qui sont d’ailleurs, bien souvent éloignées de la réalité.

• Travailler en imagerie mentale : Notre cerveau est très puissant et l’avantage c’est qu’il n’arrive pas à dissocier la réalité de l’imaginaire. Pour lui, il considère cela comme une expérience dans les deux cas. Je vous invite donc à vous imaginer dans une séance de badminton en train de travailler votre technique !
L’imagerie mentale peut-être un formidable accélérateur de votre progression. Il a été prouvé lors d’une étude de basket-ball que les joueurs s’étant entrainés réellement et ceux qui n’avaient que fait de l’imagerie mentale avaient progressé tous autant les uns que les autres !
Néanmoins, pour que l’imagerie mentale fonctionne, vous devez essayer d’avoir une image la plus précise possible, vous ne devez pas juste exécuter votre geste, mais également ressentir les sensations, la frappe du volant, le son … plus votre image sera précise sur tous vos sens, plus votre cerveau la considérera comme réelle !

Plus de détails dans cet article sur l’imagerie mentale. https://www.fuzions-sport.com/articles/booster-son-badminton-avec-limagerie-mentale/

 

Travailler son analyse vidéo :

Si vous avez le choix entre une série et un match de badminton lequel choisissez-vous ? J’espère que c’est le match de badminton ! Si ce n’est pas le cas, essayez tout de même d’en regarder quelques un sur YouTube ! Cela ne pourra que vous faire progresser ! Attention néanmoins, vous devez le regarder en vous focalisant sur les points suivants :
– Où la personne sert, et où elle oriente ses appuis
– Où la personne retourne et où elle oriente ses appuis
– Les trajectoires, plutôt droites ou plutôt croisées ?
– La position du joueur en défense (orientation des appuis)

Si vous n’êtes pas encore familié avec le fait de regarder un match pour apprendre et non pas pour le plaisir, cela risque de vous demander beaucoup d’effort… Je vous conseille de prendre un petit cahier et de noter les différents éléments !
Bien évidement vous regardez qu’un seul joueur ou qu’une seule paire !
Plus de détails sur l’analyse vidéo sur ce lien : https://www.fuzions-sport.com/articles/3-bonnes-raisons-dutiliser-lanalyse-video/
 

Travailler ses croyances :

Il existe plusieurs types de croyances, les positives (celles qui nous font avancer), les négatives (celles qui nous ralentissent voir nous font reculer…)
Nos choix de vie sont dictés en fonction de nos croyances.
Le problème des croyances c’est que notre cerveau ne va pas pouvoir s’empêcher de nous prouver que nous avons raison de croire cela. Il va donc chercher des exemples autour de nous pour justifier nos échecs ou nos réussites.
Dans un monde idéal, il ne faudrait avoir que des croyances positives mais malheureusement, notre société nous à forger avec des croyances négatives… Cependant, heureusement pour nous, il est possible de les modifier !
Nos croyances négatives sont plus ou moins ancrées en nous et il est important de travailler dessus afin qu’elles soient remises en cause et remplacer par des croyances positives qui nous font avancer !
Si vous souhaitez modifier l’une de vos croyances vous devez associer de la douleur à celle-ci mais aussi la remplacer par un substitut, généralement son antithèse.
Ex : Mon adversaire mène 20 – 15 au troisième set. « C’est terminé j’ai perdu, je ne peux pas remonter ». Avec une croyance comme celle-ci, il y a de forte chance qu’effectivement vous allez perdre. Son antithèse serait « j’ai les qualités et compétences pour remonter cet écart de points, je vais y arriver et gagner ! »
Je suis persuadé que beaucoup d’entre nous pensent avoir perdu à 20 – 15 or, de nombreux exemples dans les gymnases nous prouvent l’inverse…
N’oubliez pas que par définition une croyance ne peut pas être vraie ou fausse.
Pour en savoir un peu plus sur nos croyances limitantes, vous pouvez consulter ce lien : https://www.fuzions-sport.com/articles-badminton/nos-pensees-limitantes-comment-stopper-sa-progression/

J’ai créé un programme spéciale confinement il y a quelques jours, et aujourd’hui tu peux y accéder gratuitement en remplissant le formulaire suivant :
J’ai également décidé de baisser le prix de mon guide du badminton le temps du confinement pour qu’il aide un maximum de badistes à progresser !

A vous de jouer maintenant !

A bientôt

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

 

Je suis persuadé que vous souhaitez tous continuer de progresser… que vous soyez débutant, sportif de haut niveau, compétiteur ou loisir… Si vous êtes en train de lire ces lignes c’est que vous souhaitez des réponses à vos questions pour vous améliorer !
Mais avant de continuer cet article, j’aimerais que vous vous posiez 3 questions.

  1. Avez-vous réellement envie de vous améliorer ?
  2. Voulez-vous plus de succès ?
  3. Êtes-vous prêt à faire des changements ?

J’espère que vos réponses ont évidemment été OUI ! Et je vous le souhaite pleinement !
Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes en permanence en train de pensée. Les spécialistes estiment que nous avons 60000 pensées par jour ! Néanmoins, ces pensées peuvent nous servir ou tout simplement nous desservir… Nous avons un schéma de pensée différent les uns des autres et notamment des schémas limitants qui nous freinent et nous empêches de progresser ! La clé est donc de les identifier et de travailler dessus afin qu’ils évoluent en positif.
Je vous rassure tout de suite, tout le monde à des pensées négatives qui nous freinent mais la différence entre celui qui avance et celui qui stagne, c’est que le premier a identifié ces pensées limitantes et qu’il travaille dessus pour les voir évoluer ! Alors que d’autres trouveront plus simple de conserver leurs pensées limitantes pour justifier de leurs « échecs » ou de leur « stagnation ».
Ces mots sont peut-être un peu durs pour certains mais croyez-moi, j’ai eu et j’ai encore de nombreuses pensées limitantes dont certaines m’ont freiné pendant de longues années pour atteindre mes objectifs. Néanmoins c’est avec le recul que j’ai appris à penser différemment. C’est pour cela que je vais vous partager quelques-unes de mes pensées limitantes qui m’ont freiné par le passé et qui, j’en suis persuadé, traverse l’esprit d’une majorité de personnes et ce peu importe le domaine de vie.

Je n’ai jamais de chance !

« Je n’ai pas de chance au tirage » « il fait que des bandes, il a trop de chance ! » soyons honnête, qui n’a jamais dit cela ? Alors oui, la chance fait partie du badminton et de la vie, mais même si cela peut paraître « bateau », la chance se provoque ! Tous les plus grands sportifs vous le diront, plus ils travaillent, plus la chance leur sourit !
J’irai même un peu plus loin que le dicton, je pense que la chance se mérite et qu’elle sourit à ceux qui agissent.

La réussite arrive toujours aux autres !

Nous aimons nous comparer aux autres, les jalouser… et oui la réussite arrive aux autres, mais en vous focalisant un peu plus sur vous-même et en acceptant de payer le prix de la réussite, alors peut-être qu’elle sera de votre côté cette fois ! Il est toujours facile de regarder la réussite des autres et de les envier mais on n’oublie toujours de regarder le travail qui se cache derrière…
Sans travail il n’y a pas de réussite possible !

Il est trop tard pour moi !

Certains prendront comme excuse leur âge, ou qu’ils ont commencé trop tard le bad mais la réalité c’est qu’il n’est jamais trop tard pour continuer de progresser et d’avancer vers ces objectifs ! Même si vous échouez, le plus important est de vous relever et de continuer à avancer sans ça vous avez raison, il est trop tard pour vous !

Je ne progresse plus ou pas !

Cela est arrivé à tout le monde et m’ai personnellement arrivé de nombreuses fois ! La progression n’est pas linéaire… Par moment, il faut accepter de stagner voire de régresser pour de nouveau progresser ! C’est pour cela que je vous invite à avoir un carnet d’entrainement ! (Si vous êtes intéressé voici l’article !) Avec ça, plus de baisse de motivation et de pensée négative ! vous pourrez voir par vous-même les progrès effectués depuis toutes ces années !

Le succès arrive du jour au lendemain !

La vérité c’est que les plus belles choses mettent du temps à arriver ! on ne devient pas champion de France ou même champion Olympique du jour au lendemain ! Cela met des années à se mettre en place, à travailler dur pour toucher l’objectif du doigt ! Si vous voulez atteindre vos objectifs, vous devez prendre conscience de cela et accepter de suivre votre plan d’entrainement minutieusement !
N’oubliez pas que votre coach est là pour vous aider, donc n’hésitez pas à lui poser des questions… (il n’y a pas de question bête !).
Vous devez comprendre que plus vous avez de pensées négatives plus vous serez freiné dans l’atteinte de vos objectifs… Plus vous parlerez de façon négative de vous-même ou d’une autre personne et plus vous vous éloignerez de vos objectifs !
Évitez au maximum un discours démotivant et amusez-vous à changer toutes vos pensées négatives par du positif ! cela n’est pas facile mais les résultats seront au rendez-vous…
Nous sommes tous dotés de milliers de capacités ! Notre seule limite, c’est nous-même !

À bientôt

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Badminton : Comment planifier ses objectifs ?

Badminton : Comment planifier ses objectifs ?

Badminton : Comment planifier ses objectifs ?

 

Voilà, nous arrivons au terme de cette année. Nous allons entrer dans une nouvelle décennie qui je l’espère, sera riche en performances sportives pour le badminton tricolore 😁. C’est donc bientôt l’heure de tourner la page, de faire un beau réveillon mais surtout, d’écrire de nouvelles lignes en commençant par se fixer de nouveaux objectifs au travers des fameuses « nouvelles résolutions » !
Chaque année, nous sommes plein de bonnes volontés, d’objectifs, d’ambition ! Pourtant, combien d’entre nous arrivons réellement à tenir nos engagements que nous nous étions fixés ?
Très sincèrement, j’ai pendant de longues années fait parti de ces personnes qui étaient remplies de détermination pour la nouvelle année. Mais, car il y a toujours un « mais », ma motivation diminuait au fil des mois pour me retrouver de nouveau dans mes habitudes et mon « train train » quotidien…
Je me suis toujours demandé pourquoi je n’y arrivais pas et depuis que je me suis formé à la préparation mentale, j’ai compris qu’on ne m’avait jamais expliqué comment correctement se fixer un objectif…
Aujourd’hui, je vais vous révéler les méthodes que j’utilise pour me donner un maximum de chances de les atteindre !

Avant de voir comment nous pouvons planifier nos objectifs, il est important de comprendre que pour les atteindre, ils doivent absolument être en adéquation avec nos valeurs ! En effet, ses valeurs sont ce qui vous caractérise et qui vous pousse à agir d’une manière ou d’une autre… Si votre objectif n’est pas en adéquation avec cela, votre subconscient vous poussera à échouer.
La première chose à faire est donc de réfléchir à vos valeurs, à ce qui vous caractérise le plus en tant que personne.

Comment planifier ses objectifs ?

La méthode que j’utilise aujourd’hui pour planifier mes objectifs s’appelle la méthode S.M.A.R.T.

Spécifique :

Cela signifie que votre objectif doit être clairement défini. Plus vous serez précis plus vous aurez de chances de l’atteindre ! Si votre objectif est trop vague, il faut comprendre que c’est un peu comme naviguer à l’aveugle… vous avez peu de chances d’arriver à bon port !
Objectif classique : « je veux me remettre au sport »
objectif SMART : « je vais 2 fois par semaine à l’entrainement pendant 1 an »

Mesurable :

Vos objectifs doivent être mesurables. Il ne suffit pas de dire, « je veux perdre du poids », « je veux progresser au badminton » ou encore « je veux augmenter mon classement » mais plutôt de dire « je veux perdre 3 kilos », « je veux améliorer l’angle de mon smash », « je veux passer N1, N2 ou N3… »

Atteignable :

Bien évidemment le fait qu’un objectif soit atteignable ou non va dépendre de nos ressources et est donc, très subjectif. Néanmoins, il faut rester dans la mesure du possible objectif. Si vous venez de débuter le badminton et que votre objectif est de passer N1 en 1 an cela risque d’être impossible ou bien si cela vous arrive, j’aimerais connaître votre recette

Réaliste :

Ils doivent donc être réaliste, cela signifie simplement qu’au vu de votre vie actuelle, votre emploi du temps, cet objectif a-t-il sa place ? Si vous souhaitez passer N1 et que vous travaillez tous les week-end cela risque d’être peu réaliste sans changer de métier…

 

Temporalisé :

Enfin, votre objectif doit avoir une deadline. Fixez-vous des objectifs dans le temps, « je veux passer N1 dans 4 mois », « je veux perdre 3 kilos en 3 mois »… avoir une limite temporelle vous force à garder vos objectifs en tête de manière concrète.
La prochaine étape est d’écrire vos objectifs !
Oui c’est un peu ancienne école mais mettre par écrit vos objectifs est très important ! Je ne vous parle pas de le faire sur votre smartphone ou sur votre ordinateur mais de le faire sur papier. Vous le placerez en évidence chez vous afin qu’à chaque fois que vous passerez devant, votre subconscient le remarque.

Maintenant que vous savez fixer vos objectifs vous pouvez maintenant actionner l’un des leviers les plus puissants pour les atteindre ! L’engagement public !
Plus vous vous engagerez à réaliser vos nouvelles résolutions auprès de vos proches, de vos amis, dans votre travail, au club de bad, plus il a de chances que vous les réalisiez ! L’engagement public s’appuie sur la notion simple que nous n’aimons pas passer pour un beau parleur.

Comment atteindre ses objectifs ?

Pour être sûr de tenir ses engagements, nous pouvons utiliser plusieurs leviers. En effet, il en existe beaucoup. Voici ceux que je considère comme les plus efficaces.

  • Avoir un « Pourquoi » !
    On nous le répète très souvent mais avoir un « Pourquoi » lorsque nous avons des objectifs est essentiel afin de rester motivé sur le long terme ainsi que dans les moments de doute. Un bon « Pourquoi » est un « Pourquoi » qui est rattaché à de fortes émotions !
  • Demander de l’aide à un ami !
    Avoir un ami qui partage notre objectif (perte de poids, reprise du sport…) est un plus indéniable pour rester motivé et s’encourager mutuellement !
    Si personne ne partage votre objectif alors, il faut lui demander de vous encourager chaque jour par de simple SMS ou appels téléphoniques. De votre côté, ne pas hésiter à lui rendre des comptes dès que vous atteignez un succès ou que vous avez une baisse de motivation.
  • Ne perdez pas le rythme !
    De la répétition, et encore de la répétition ! C’est en étant assidu que votre objectif sera atteint ! Faites-en sorte que l’effort que vous faites n’en soit plus un ! Le jour où ce sera le cas, vous aurez créé une habitude ! Et comme le dicton le dit : « Plante une pensée, récolte une action ! Sème une action, récolte une habitude ! Sème une habitude, récolte un caractère ! Plante un caractère, récolte une destinée ! »
  • Prendre du plaisir !
    Peu importe votre objectif, vous devez trouver au moins une chose qui vous apporte plaisir à le faire, sans ça, vous risquez d’abandonner rapidement ou de trouver une bonne excuse pour reporter à plus tard.

 

Enfin, la dernière chose à prendre en compte et non pas des moindres est : êtes-vous prêt à payer le prix pour le réaliser ? Chaque objectif demande des sacrifices petits ou grands… à vous d’être objectif envers vous-même.

Je vous souhaite un excellent réveillon en avance ! Et bien sûr, je compte sur vous pour ne pas faire de folies

A bientôt

Laurent

PS : si vous souhaitez obtenir des conseils, des vidéos des exercices, rejoins le groupe privé sur facebook sur le lien suivant : https://www.facebook.com/groups/1077656549255068/

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Badminton : optimiser ses temps de pause

Badminton : optimiser ses temps de pause

Badminton : optimiser ses temps de pause

 

Les temps de pause en badminton sont une partie non négligeable d’un match et de ce fait, nous devons les maitriser au mieux pour performer et gagner.

Il y a de mon point de vue, un facteur qui va modifier notre façon d’optimiser nos temps de pause. En effet, la gestion de ce temps va dépendre d’un facteur : le coach. Le fait d’avoir un coach ou non derrière notre terrain va modifier notre gestion ou, toutefois, devrait la modifier.

Ici nous allons voir comment optimiser nos temps de pause avec ou sans un coach.

 

Voici les règles qui sont importantes et en commun avec ou sans coach :

 

  • Prendre son temps entre chaque point : spécialement lorsque vous perdez un point. Généralement à haut niveau le ratio est de 1 pour 3. 1 étant le temps de jeu et 3 le temps de repos.
  • Je change de volant régulièrement : à haut niveau il est certainement fait en excès mais il est tout de même important de le faire pour casser le rythme de l’adversaire. (il est vrai que cela à un certain coût financier mais n’attendez pas qu’il n’y ai plus de plumes pour le faire 😉).
  • Je m’essuie ou demande à boire : que ce soit entre les points ou pendant la pause à 11 ou 21, vous avez tout intérêt à la faire. Même si vous n’avez pas soif, je vous rappelle qu’il ne faut pas attendre d’avoir soif donc d’être déshydraté pour boire !
  • J’essaie d’analyser le point : il est important d’essayer d’analyser rapidement ce qui s’est passé pendant le point afin de reproduire la tactique ou de la modifier directement. Avoir du recul sur le point n’est pas une chose aisée mais plus vous vous entrainerez à la faire plus vous y arriverez.

 

Avec un coach :

Le fait d’avoir un coach est pour la plupart des joueurs un atout à la seule condition que nous sachions l’utiliser comme il se doit.

Avant tout il est important de prendre le coach comme une aide et non pas comme un « messie ». Il peut en effet vous aiguiller sur des tactiques à mettre en place ou bien vous indiquer des orientations d’appuis et placements de l’adversaire mais il ne pourra pas faire le travail à votre place. Vous êtes quoi qu’il arrive libre d’utiliser ou non les conseils avisés de votre coach…

 

Gestion entre les points

La gestion d’entre les points est devenue l’une des clefs pour gagner un match depuis l’autorisation du coaching. En effet avoir l’opportunité d’avoir un conseil extérieur sur une modification tactique de votre adversaire est un plus non négligeable.

Pour utiliser au mieux ces précieux temps de pause, je vous conseille d’utiliser les choses suivantes :

 

  • Je fais un tour de terrain : tous les 2, 3 points vous devez vous orienter vers votre coach afin de lui donner l’opportunité de vous aiguiller sur la tactique à mettre en place.
  • Je communique : il est important d’avoir un dialogue avec son coach tout au long du match et ne pas l’utiliser que sur la pause à 11 et 21.
  • J’oriente mon coach: je demande à mon coach de prêter attention à certains détails concernant mes adversaires. Cela peut être un placement, une orientation d’appui, ou bien un type de réponse en fonction de mon coup.

 

Gestion du temps de coaching (11 et 21)

C’est le moment où vous devez faire le bilan de ce qui s’est passé et trouver la solution pour retourner ou accentuer la situation. Pour cela l’aide de votre coach sera précieuse si toutefois vous prenez le temps de l’écouter. Voici mes conseils pour optimiser ce temps.

 

  • Accueillir son coach : cela peut paraître stupide mais bien souvent nous sommes encore dans le feu de l’action et pas prêt à recevoir des conseils… Il est donc important de se mettre dans une posture et montrer à notre coach que nous sommes prêts à recevoir.
  • Rester avec son coach : de nombreux joueurs font des allers-retours sur le terrain et ne montre aucun intérêt au coach. Comment voulez-vous être attentif au coaching si vous n’êtes pas dans le moment présent ?
  • Je ne débats pas : le temps de coaching n’est pas le lieu pour débattre avec son coach d’une situation durant le match ! Vous aurez tout le temps après le match pour en discuter. Ici vous êtes là pour trouver une solution pour remporter la victoire, alors user votre temps à trouver un plan de jeu à cela.

 

Sans coach :

Être sans coach a aussi des avantages non négligeables. En effet la victoire sera 100% dû à votre compréhension du badminton de votre adversaire. Et pour aller chercher cette victoire, vous avez forcément dû vous remettre en question et trouver des solutions par vous-même et cela ne peut que vous faire grandir à condition d’avoir un minimum de recul sur son match.

 

Gestion entre les points :

Comme évoqué précédemment, la gestion entre les points est primordiale pour le gain du match. Le fait d’être sans coach doit justement vous forcer à davantage vous concentrer sur votre adversaire même si bien évidemment avec votre coach vous aurez tout intérêt à la faire également.

 

  • Je prends mon temps entre les points : l’intérêt ici n’est pas de prendre son temps pour déranger son adversaire mais plutôt de réfléchir sur les ajustements tactiques à mettre en place sur le prochain point.
  • Je fais attention aux différents placements : notamment ceux sur les 4 premiers coups. Ce sont les plus faciles à détecter lorsque nous sommes sans coach.

 

Gestion du temps de coaching (11 et 21)

Malgré le fait que vous n’ayez pas de coach, ce temps-là reste précieux pour aller chercher la victoire. Sans coach, je vous conseille de vous comporter de la sorte.

 

  • Boire un coup et se relaxer : je vous conseille de commencer par boire un bon coup voire de prendre un encas si nécessaire et de vous relaxer. Cela doit vous prendre au maximum 20 à 30 secondes pour avoir un minimum de temps à se consacrer sur l’analyse.
  • J’analyse ce qui à fonctionner : C’est, il est me semble le plus important à faire dans un premier temps. Vous devez savoir ce qui fonctionne le mieux pour marquer un point contre votre adversaire… vous ne pouvez pas seulement compter sur les fautes directes de votre adversaire pour gagner les points…
  • J’analyse là où mon adversaire me fait mal : En effet, vous devez également comprendre là où votre adversaire à décider d’appuyer pour vous mettre en difficulté afin de pouvoir le contrer à son propre jeu.
  • J’ajuste mon plan de jeu : En principe, vous devriez avoir un plan de jeu avant votre match. Néanmoins un plan de jeu ne se passe jamais exactement comme nous le souhaitons. La pause est le moment parfait pour l’ajuster.

 

J’espère que cet article vous aidera à remporter davantage de matchs grâce à la maitrise de vos temps de pause 💪 !

 

A bientôt

 

Laurent

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Préparation mentale : La confiance en soi

Préparation mentale : La confiance en soi

Préparation mentale : La confiance en soi

 

Aujourd’hui je vous propose un article d’un amis préparateur mental Raphaël Homat (responsable d’un DU préparation mentale). Je vous laisse le parcourir et j’espère qu’il vous donnera envie de vous y intéresser de plus proche. Si c’est le cas, une surprise vous attend à la fin de cet article.

Je n’ai fait qu’un an de badminton en club… et encore, je n’y allais que pour pratiquer avec 2 amis quand j’étais prof d’EPS en Martinique.

Par contre, j’ai fait une quinzaine d’années du tennis, de 5 à 20 ans, et obtenu un titre de champion du Rhône en équipe (je profite vite de l’article pour le dire car c’est le seul titre que j’ai !!).

Lors de mes premiers « vrais » tournois (vers 10-11 ans) je me suis aperçu que mon jeu n’était pas le même selon l’enjeu. Je me rappelle que l’on évoquait le fait de jouer « petit bras »… et c’était vrai ! Mon bras devenait plus petit et surtout il était plus raide, ma gestuelle moins fluide, mon jeu de jambes moins précis. Tout ça je m’en rendais compte, mon entourage aussi… mais ça « s’arrêtait » là ! (bon j’avoue avoir cassé une ou deux raquettes et marmonné des noms d’oiseaux dans la barbe que je n’avais pas encore.)

Aujourd’hui, préparateur mental de sportifs, formateur en préparation mental, je sais qu’il aurait été possible d’entrainer le jeune joueur que j’étais différemment.

Oui, la pression que l’on se met avant une compétition peut créer des tensions musculaires.

Oui, notre discours interne (vous savez les petites (ou grandes) phrases que l’on se dit mentalement et que l’on croit) influence notre attitude sur le terrain, notre abnégation…

Ce discours influence notre confiance d’ailleurs ! (et réciproquement).

« La confiance en soi correspond à la croyance, à la conviction que l’on est capable d’accomplir une certaine tâche. » nous disent Thill et Fleurance

Pour un badiste, on pourrait donc dire qu’avoir confiance en soi avant un match serait se dire : « J’ai la conviction de pouvoir exprimer mes points forts pendant ce match. » Plusieurs études montrent l’influence de notre discours interne (notre confiance) sur la performance réalisée !

Il est possible, notamment dans les sports d’opposition, d’utiliser les positions de matchs.

Les positions de matchs correspondent au regard que le joueur porte sur lui et sur son adversaire.

Voici les différentes combinaisons :

Perdant-perdant : « je suis nul et mon adversaire aussi, cela va être un match pourri »

Perdant – gagnant : « je suis nul et mon adversaire est fort… je vais perdre ! »

Gagnant – perdant : « Je suis fort et mon adversaire est mauvais… je vais le battre « fingers in the nose »

Gagnant –gagnant : « J’ai des points forts, mon adversaire aussi ! Je sais que ça va être dur… il a ses chances et moi aussi !! Jusqu’au dernier point »

Voila les 4 possibilités de se représenter l’opposition entre soi et son adversaire et leur influence sur la confiance… et la performance !

Petite question, d’après vous… quelle combinaison est la plus propice à la réalisation de votre meilleure performance !? Répondez dans les commentaires de Fuzions… et je vous en dirai plus dans quelques jours !!

Vous voulez en savoir plus sur la préparation mentale ? Vous êtes ok pour vous préparer différemment ?

J’ai eu le privilège il y a quelques temps de former Laurent à la préparation mentale !

Si vous le souhaitez, vous pouvez découvrir mon programme phare pour les sportifs : Boostez vos perfs en 60 jours.

Avec le code Fuzions vous bénéficiez jusqu’au 14 juillet inclus d’une remise de 50%.

Demandez à Laurent ce qu’il en a pensé !

A très bientôt et au plaisir de vous lire !

Pour profiter de l’offre exceptionnelle que Raphaël vous proposes, cliquez ici

Raphaël est un très bon formateur et je vous conseille ses formations que j’ai eu l’occasion de suivre également 🙂

PS : N’hésitez pas à la suivre sur Facebook si vous souhaitez développer vos connaissances en PM.

PS2 : voici ma vidéo de témoignage de mentale 2 pro.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques