Dossier Bad n°25

Dossier Bad n°25

Le Badminton en EPS

 

Le thème de cet article peut apparaître un peu anachronique avec les autres « dossiers Bad » mais c’est avec plaisir que je réponds à cette demande. Je tiens évidemment à préciser que tout ce qui suit n’engage que moi.

« Ah si le badminton à l’école ou au collège était enseigné par des éducateurs sportifs les joueurs français seraient bien plus forts ! » Si ce n’est pas une brève de comptoir cela y ressemble ; pourtant je l’ai entendu, sans le vouloir, quelquefois de la part de certains entraîneurs. N’est-ce pas le rêve de la fédération ou plus spécifiquement de la DTN quand elle propose son Dispositif Jeunes à l’adresse des entraîneurs de club (elle est bien là dans son rôle) mais aussi et c’est plus surprenant en direction des enseignants du 1er et du 2nd degré (dans ce cas quelle est sa légitimité à proposer des contenus et situations d’enseignement pour l’école ?).

Je voudrais partager avec vous plusieurs remarques de bon sens :

Si chaque fédération sportive avait vocation à décider de ce qui doit être ou ne pas être enseigné dans les programmes scolaires, comment serait assuré la cohérence des enseignements ?

Les entraîneurs de club n’ont pas dans leur formation un module concernant les programmes ou la didactique de l’EPS, alors comment pourraient-ils enseigner une discipline qu’ils ne connaissent pas ?

Nous verrons dans cet article que l’on peut objecter quatre arguments à la citation initiale : l’un didactique, un autre professionnel, un autre encore pédagogique et enfin un économique.

 

Objection ou argument Didactique :

S’il y avait un argument à retenir ce serait celui-là, l’enseignement du badminton ne figure pas dans les programmes scolaires, c’est aussi simple que cela. La seule discipline pouvant s’en approcher est l’EPS, or celle-ci ne se confond pas avec les activités-support qu’elle utilise. L’EPS ne se confond pas non plus avec la programmation d’APSA (Activités Physiques Sportives ou Artistiques) différentes. Ce qui organise l’enseignement de l’EPS ce ne sont pas les contenus spécifiques de chaque APSA mais les compétences générales de l’EPS et les compétences du Socle communes à toutes les disciplines (français, maths, anglais, etc…). Elles sont l’identité de la discipline EPS, ce que personne ne peut enseigner à la place des professeurs d’EPS.

Si le badminton est une des activités-support possibles du champ d’apprentissage 4, cela veut dire aussi qu’il peut ne pas être choisi par l’équipe enseignante. Ce qui assure la cohérence de l’EPS c’est le projet pédagogique et non les demandes extérieures de tel ou tel. Pourquoi d’ailleurs répondre favorablement à tel club ou telle fédération plutôt que tel autre ? L’équipe EPS est la garante de l’unité et de la continuité des apprentissages des élèves.

Enfin il faudrait s’interroger, après les travaux de N.Elias, sur les valeurs prétendument éducatives d’un sport compétitif qui éduquerait « naturellement ». Je sais que c’est une idéologie largement répandue qui n’est même plus questionnée et pourtant cela ne va pas de soi !!

En effet au-delà d’un traitement didactique évident à opérer lorsqu’on utilise une APSA en EPS, il s’agit pour le professeur d’EPS de travailler au développement de l’esprit critique (demandé par les programmes et le Socle) sans lequel l’Ecole raterait sa mission principale : former un citoyen averti et lucide.

 

Objection ou argument professionnel :

Cet argument découle du précédent et repose sur la notion de compétence professionnelle. Chaque métier a une formation spécifique validée par des compétences correspondantes à l’exercice du dit-métier dans un environnement particulier. Comment un professionnel (DE, DES) formé pour un autre métier aux compétences acquises différentes (didactique spécifique, public différent, pédagogie différente,…) pourrait-il remplacer ou « faire mieux » qu’un professionnel (professeur d’EPS) formé spécifiquement à l’enseignement de l’EPS ? Dans l’affirmative il faudrait alors admettre que l’inverse est acceptable ce que bien sûr aucun entraîneur ou fédération aurait sûrement du mal à accepter ! Il y a donc ici comme ailleurs un principe qui prévaut c’est le respect des compétences professionnelles acquises et celui de la réciprocité. Enfin demandez-vous pourquoi cette question des intervenants extérieurs à l’école primaire se posent pour certaines disciplines : EPS, Arts plastiques, Education musicale et pas pour les autres : français, maths, SVT, histoire,… ? On pourrait dès lors voir un infirmier enseigner les SVT, un guide de château enseigner l’histoire et pourquoi pas le champion local des mots croisés enseigner le français. Fort heureusement cette école n’existe pas et c’est tant mieux pour nos enfants !

 

 Objection ou argument pédagogique :

Celui-ci aussi découle du précédent, les DE ou DES n’ont pas été formés à la pédagogie différenciée avec des publics hétérogènes (capacités, connaissances, attitudes) qui sont accueillis dans nos écoles et collèges. Leur public est volontaire, quand il est là il est venu de son plein gré, il est donc motivé. Cette différence est fondamentale et à elle seule explique pourquoi ces professionnels seraient en difficulté avec les élèves de collège et de lycée. Quelles situations pourraient-ils mettre en place pour donner du sens à leur enseignement ? Comment réagiraient-ils devant des élèves qui ne s’engagent pas, ne font pas d’efforts ou tout simplement ne comprennent pas l’intérêt de répéter une technique ? Ce qu’ils ont appris lors de leur formation serait inopérant avec de nombreux publics-élèves. Comment pourraient-ils évaluer en tenant compte des différents paramètres spécifiques à l’EPS et aux domaines du Socle ? Quelles compétences ont-ils pour concevoir des tâches complexes validant les apprentissages moteurs, méthodologiques et sociaux ?

Bref à environnement particulier, pédagogies particulières. Le professeur d’EPS est le spécialiste de l’analyse des conduite motrices et de la relation enseignant-enseigné dans son domaine ; il devra le plus souvent utiliser, non pas une méthode pré-définie, mais des processus pédagogiques variés pour favoriser des chemins d’apprentissage divers vers la réussite. Enseigner l’EPS et permettre à tous les élèves d’apprendre est une compétence professionnelle spécifique.

 

Objection ou argument économique :

Enfin si le badminton était enseigné à l’école et au collège par des DE ou DES, il en serait alors de même pour les autres APSA. Combien d’intervenants alors, un intervenant différent pour chaque activité ? Qui déciderait que le badminton doit être plus enseigné que le tennis de table ? Quelle cohérence d’enseignement d’une activité à l’autre.

Non seulement ce système, s’il était décidé, serait coûteux pour la collectivité mais contre-productif. Il conduirait à une « éducation physique en miettes » comme le disait déjà P.Parlebas…en 1967, ce qui montre bien que ce débat est ancien et dépassé.

 

Conclusion :

Comme nous l’avons vu la question d’un badminton enseigné à l’école par des entraîneurs dans le cadre des programmes scolaires n’a pas de sens tout simplement parce que ceux-ci n’ont pas été formés pour. Ils ne pourraient pas développer ni évaluer les compétences attendues des programmes et encore moins celle du Socle commun. Le caractère obligatoire de l’EPS modifie radicalement les conceptions, mises en œuvre et remédiations et rend inopérant les didactiques et pédagogies construites ailleurs. Cette question révèle surtout une méconnaissance ou une représentation erronée de l’enseignement de l’EPS d’aujourd’hui.

Enfin, mais là c’est moi qui rêve, il serait bon pour le bien-être de nos enfants et adolescents que chaque professionnel reste dans le domaine pour lequel il a été formé et respecte le travail des autres…

 

 

Philippe MICHEL
Agrégé d’EPS
Formateur entre autres sur « le Badminton en EPS »
De 1993 à 2013 pour l’Académie Orléans-Tours

 

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Dossier Bad n°24

Dossier Bad n°24

Finger power et badminton : OUI mais autrement…

Le monde de l’entraînement est imprégné de croyances et de pratiques culturelles. Les domaines de la récupération, de l’alimentation, du renforcement musculaire et du travail énergétique pour ne citer qu’eux sont fortement touchés par ce phénomène persistant. L’entraînement en badminton ne s’en démarque pas, loin s’en faut. Souvent, le problème va jusqu’à prendre sa source dans le vocabulaire employé. Comment être pertinent et cohérent si dès l’appellation de la méthode utilisée il y a une confusion ? Prenons ici l’exemple du finger power ou puissance des doigts. Le mot puissance est lié entre autre, à une intensité de travail qui n’est presque jamais celle que l’on retrouve dans les pratiques d’entraînement. De plus, ces pratiques s’intéressent en réalité autant aux doigts qu’à la main bien que la différenciation et la spécificité de fonctionnement de ces deux zones soient délaissées. Nous allons donc tâcher de remettre un peu d’ordre pour d’une part y voir un peu plus clair et d’autre part afin de proposer des perspectives de travail cohérentes.

 

Finger power, finger speed, finger strength, finger endurance ?

Tout d’abord, il nous faut comprendre les besoins du joueur de badminton au niveau de la main et des doigts. Le joueur de badminton utilise sa main et ses doigts de manière explosive et il doit reproduire cette explosivité tout au long du match. Nous savons que cette explosivité répétée induit une fatigue significative aussi bien pour la main que pour les doigts car la force de pression isométrique de ces deux zones diminue après un test spécifique (Phomsoupha, 2016). Nous savons également que le travail exclusif de l’explosivité provoque l’atteinte d’un pallier dans la progression de cette qualité. De plus, le travail d’endurance est un élément intéressant à mettre en œuvre pour améliorer la puissance de la main et des doigts mais il n’est pas selon nous la clé pour engendrer une progression significative et durable. Or dans les pratiques actuelles, la main et les doigts sont travaillés énormément en endurance et en explosivité. On peut parler d’une focalisation du travail sur la qualité d’endurance de vitesse ou endurance d’explosivité. Soit dit en passant, la main et les doigts ne sont pas les seules zones à être travaillées de cette manière dans les pratiques actuelles. Le niveau d’expertise dans la pratique du renforcement musculaire des meilleurs joueurs français relève de l’amateurisme quand ceux-ci devraient avoir été amenés tout au long de leur parcours et surtout en bout de chaîne à remplir un carnet de performances impressionnant et plein…

 

De nouvelles perspectives…

Partons du postulat suivant, la main et les doigts du joueur de badminton doivent être les plus explosifs possibles. Pour améliorer l’explosivité d’une zone qui est sans cesse travaillée en explosivité par la pratique du badminton, il nous faut augmenter sa réserve de force. Deux raisons nous poussent à faire cette préconisation :

  • La réserve de force permettra d’augmenter le potentiel de vitesse en rééquilibrant la balance Force-Vitesse d’une dominance de la valence Vitesse vers un ratio optimal entre Force et Vitesse.
  • Plus la réserve de force, c’est-à-dire la différence entre la force maximale et la force déployée lors d’un match de badminton par la main et les doigts (% très faible de Fmax), est importante, plus la capacité à reproduire l’effort le sera également.
  • LES forces doivent être ciblées et développées : Fmax iso, F(d), F(e), F(a) (voir formation à venir).

Autrement dit, un travail de la main et des doigts axé vers un développement de la Fmax permettra non seulement de développer l’explosivité mais aussi l’endurance de ces zones.

Or pour développer la Fmax de la main et des doigts, il faut utiliser des méthodes, exercices et charges qui ne permettront de faire qu’1 à 5 répétitions pour des experts, 6 à 10 pour des débutants… Par exemple sur un bloc de 5*5 répétitions, il doit être impossible de faire 1 seule répétition de plus. Admettons que ce type de travail, qui plus est au niveau de la main et des doigts, n’est (presque) jamais employé dans la sphère du badminton.

Mettons donc tout de suite de côté la raquette lourde qui, si elle a son intérêt, ne développe la force de la main et des doigts que de manière très limitée. En effet, il parait difficile d’imaginer une raquette si lourde que l’on ne pourrait la mobiliser que sur cinq répétitions !!

En revanche, le diamètre de la plupart des barres et haltères de musculation est assez proche de celui du manche d’une raquette de badminton, rendant leur utilisation particulièrement spécifique pour notre sport. Par exemple, le soulevé de terre  en pronation large demandant un effort maximum au niveau de la prise va entraîner inévitablement (souvent à la surprise du débutant) l’ouverture de la main, c’est-à-dire l’échec neuromusculaire. Cet exemple illustre à quel point nous aurions intérêt à nous approprier des exercices issus de l’haltérophilie, de la force athlétique et du bodybuilding.

 

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Dossier Bad n°23

Dossier Bad n°23

PMA et badminton : une question de stratégie
Partie 1

 

La PMA (Puissance Maximale Aérobie) désigne la production maximale de puissance (d’énergie) par unité de temps lorsque le système atteint sa consommation maximale d’oxygène (VO2max) et sa fréquence cardiaque maximale (FCmax).

Le badminton est un sport où, selon nous, il faut être le plus explosif possible et ce tout au long du match pour optimiser sa capacité de performance. Lors des efforts explosifs maximaux, la source d’énergie utilisée est la phosphocréatine (PCr). Or, les réserves intramusculaires de celle-ci sont très faibles. C’est pourquoi nous ne pouvons pas maintenir un effort maximal indéfiniment. Néanmoins, la PCr est resynthétisée via la filière aérobie (sous présence d’oxygène). Nous entrevoyons l’un des intérêts de développer sa PMA pour un joueur de badminton. En effet, cela lui permettra de reproduire des efforts explosifs maximaux durant toute la durée du match. D’autre part, la répétition d’efforts intenses entraîne une exploitation de plus en plus élevée des fonctions cardiopulmonaires. Le développement de la PMA pourra donc aussi permettre au joueur de maintenir une intensité de jeu élevé tout au long du match, écourter les temps de récupération et asphyxier son adversaire. Nous allons donc voir dans ce dossier les techniques de travail de la PMA en badminton qui sont employées actuellement, puis nous les comparerons aux dernières avancées scientifiques sur la question afin de dégager quelques principes pour travailler sa PMA efficacement.

La PMA dans l’air du temps

La PMA ou stamina pour les anglophones est un objectif de développement fort du badminton de haut-niveau français. Au pôle France de l’INSEP, les joueurs font au minimum 4 séances de type PMA (hors ou sur terrain) par semaine* (hormis les semaines de tournoi). Ce choix fort qui a été pris se traduit sur ce pôle ou ailleurs par des méthodes de travail. Celles-ci sont à notre connaissance quasi-essentiellement composées de HIT (High Intensity Interval Training) court (<45sec) ou allant jusqu’à 1min d’effort, avec des récupérations inter-répétitions égales ou inférieures aux temps d’effort (exemple avec effort/récupération : 30s/30s ou 30s/15s etc…). De plus, le nombre de répétitions et de séries est prescrit au préalable et non ajusté pour aller jusqu’à l’épuisement. Sur le terrain, ces séances de PMA se caractérisent aussi par du HIT court (travail en volant continu). Enfin, lors de séance de multi-volants la durée des répétitions est fixée par un nombre de volants et non par un temps d’effort (Cf : Dossier BAD n°8 : Le multi-volants et ses effets indésirables).

Quelques principes de fonctionnement

Les Dossiers BAD défendent tous les notions de stratégie d’entraînement élaborées en fonction d’objectifs clairement définis garant de la cohérence et de l’efficacité du système d’entraînement. Le travail de la PMA ne fait pas exception. Afin d’être le plus clair possible, nous allons dégager trois grands principes de fonctionnement pour élaborer une séance de HIT cohérente. Tout d’abord, afin de maximiser les adaptations induites par la séance, celle-ci devrait se poursuivre jusqu’à l’épuisement du joueur. En effet de récentes études montrent qu’il serait pertinent de ne pas fixer au préalable un nombre de séries et de répétitions. Bien sûr, aller jusqu’à l’épuisement lors d’une séance est un gage de qualité mais réclame aussi un délai de récupération inter-séances adapté. Ensuite, le deuxième marqueur de qualité et d’efficacité de la séance selon de récentes études serait le temps passé au-dessus de 90% de VO2max (zone rouge). Cela induit des adaptations pratiques évidentes dans la conduite de séances dédiées au développement de la PMA. Nous reviendrons sur ces techniques dans les formations FUZIONS. Enfin, de la combinaison des deux principes évoqués précédemment (l’épuisement et le temps dans la zone rouge) découle le calibrage des séances qui, hors terrain peut être facilité par des tests et sur terrain également pour du travail sans volant. Pour ce qui est du travail sur terrain en situation de jeu ou de multi-volants, le calibrage pourra se faire chemin faisant grâce à une quantification d’auto-correction et l’utilisation du ressenti du joueur via une échelle de BORG.

Conclusion

Le travail de la PMA est sans nul doute un axe fort de l’entraînement des joueurs de badminton de haut-niveau. A juste titre, et comme nous l’avons vu, il permet d’être explosif de manière répétée et de maintenir une intensité élevée durant tout le match. De plus, il est la méthode la plus efficace pour réduire sa masse grasse. Néanmoins, le HIT court, qui n’est qu’un moyen parmi d’autres de travailler la PMA, est très sollicitant au niveau musculo-squelettique et induit des tensions et une fatigue musculo-tendineuse importante. Des études récentes ont bien montré qu’une planification en bloc de ces séances (5-1-1-1) serait plus pertinente qu’une méthodologie « classique » (2-2-2-2). Gardons tout de même à l’esprit que ces études portaient sur un public expert en endurance et que le reste de leur séance était dédié à du travail long et de très faible intensité. Pourtant nous sommes encore loin, dans le badminton français de haut niveau, du modèle de l’entraînement polarisé des disciplines d’endurance dont on pourrait s’inspirer. Cependant, la tendance au plus haut-niveau du badminton français semble être la recherche d’une charge la plus intense et longue possible plutôt qu’à une véritable activité de planification de la charge de travail** ; la seule garante à la fois de l’intégrité physique des joueurs et de la performance optimisée.

Bon entraînement intelligent à tous !

Maxime Michel

 

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Dossier Bad n°22

Dossier Bad n°22

Posturologie et badminton : une réponse à vos blessures ?

La réathlétisation et la prophylaxie (prévention de futures blessures et des récidives), sont des sujets très en vogue actuellement dans les domaines de l’entraînement, de la préparation physique et de la kinésithérapie du sport. Si ces sujets étaient mieux pris en compte il y aurait sans doute moins de blessures chez les joueurs de badminton français de très haut-niveau. L’analyse des particularités posturales individuelles est un domaine parmi d’autres à investiguer pour être dans une démarche prophylactique. Cela peut permettre à la fois de prévenir des blessures mais aussi d’améliorer la performance grâce à un travail non interrompu par des blessures, ainsi que par l’intermédiaire de la reprogrammation motrice puisque l’être humain (et donc le sportif) n’est pas immuable. En effet plus de 80% des gènes sont modifiables en fonction de notre environnement social, environnemental, culturel, humain etc… Cette connaissance de la malléabilité (sans occulter les caractéristiques individuelles de chacun) nous fait réfléchir sur les méthodes d’analyse un peu trop définitives et pré-compartimentées qui induisent des exercices correctifs pré-définis. Nous analyserons un exemple de problèmes posturaux chez le joueur de badminton puis quelques moyens d’y remédier.

Et si vos blessures venaient de votre épaule ?

Rares sont les joueurs de badminton qui n’ont jamais eu mal dans le bas du dos et/ou à l’épaule à l’issu d’un tournoi bien chargé. Et si ces deux problèmes étaient liés ? En effet, comme nous l’avons déjà évoqué dans le Dossier BAD n°3 « Pompes et badminton : arrêtez le massacre », la frappe main haute en badminton entraîne une rotation interne (rotation médiale) et une bascule avant de l’épaule. Si rien n’est mis en place pour lutter contre cette source de déséquilibre, le sous-scapulaire (pour la rotation médiale), les trois grands pour la rotation médiale et l’adduction (grand rond, grand pectoral et grand dorsal), accessoirement le coraco-brachial pour la rotation médiale, le deltoïde antérieur et le biceps brachial pour l’adduction vont prendre l’ascendant sur leurs antagonistes (muscles opposant des forces contraires) moins nombreux et naturellement plus faibles. Ce déséquilibre peut entraîner une hypercyphose thoracique, elle-même accentuant la lordose lombaire ce qui peut créer des tensions dans les muscles érecteurs du rachis par exemple. Des muscles érecteurs du rachis tendus peuvent prendre le dessus sur les fléchisseurs de la hanche tel que les abdominaux par exemple qui se relâcheront. N’avez-vous pas le ventre totalement relâché, gonflé lorsque vous êtes assis ? Ainsi que le dos complètement vouté ?

Un grand dorsal fort et souple

Si les analyses posturales ont permis de faire les déductions que nous avons décrites ci-dessus et qu’elles ont également révélé une hypo-mobilité de l’omoplate lorsque les bras sont levés, cela peut venir d’une hypo-extensibilité du grand dorsal. En effet, celui-ci s’attache sur l’angle inférieur de l’omoplate limitant ainsi sa mobilité. De plus, le grand dorsal se rattache également à l’intérieur de l’humérus. S’il est hypo-extensible, celui-ci va attirer l’humérus en rotation médiale perturbant ainsi le rythme de l’articulation scapulo-humérale. Un travail axé sur l’augmentation de l’extensibilité du grand dorsal tout en améliorant son rapport raideur-compliance et sa force permettront d’améliorer à la fois l’efficacité des mouvements et de réduire le risque de blessures localement et en périphérie. Considérons tout de même que l’analyse posturale rigoureuse est prépondérante puisque le grand dorsal peut être la cause comme dans le cas que nous avons traité mais aussi l’une des conséquences. En effet, le problème peut aussi venir par exemple, d’une raideur du psoas combinée à une faiblesse du grand fessier (souvent liées à une position assise fréquente et mal gérée : les écoliers/étudiants). En définitive, le travail de prévention des blessures à l’épaule (ou provenant de l’épaule) ne se limite pas aux tirages (parfois néfastes) et aux rotations externes de l’épaule (trop souvent pratiquées en dynamiques et dans des angles traumatisants).

Conclusion

Nous avons vu que l’analyse posturale est un moyen parmi d’autres de déduire des faiblesses et des causes de blessures antérieures ou futures. Ce type d’analyse est relativement facile d’accès, peu coûteuse en temps et en énergie pour un entraîneur formé sur ce sujet (formation continue) ou collaborant avec un préparateur physique. Elle permet de cartographier les problèmes individuels et de mettre en place un protocole d’exercices correctifs. Ces corrections pourront s’opérer de manières différentes pour guider les échauffements, les retours au calme, des séances dédiées de manière individualisée et peuvent aussi permettre de donner une trame aux joueurs dans la gestion de leurs « temps perdus ». Néanmoins, si cette méthodologie est pratique, elle n’est pas suffisante pour des structures de très haut-niveau. Celles-ci pourraient la combiner à l’analyse de l’histoire traumatologique, la mise en place de protocole de tests de préparation physique complétés par un protocole de tests de kinésithérapie complémentaires. Ainsi, il ne s’agirait plus que de déduire mais aussi d’en augmenter la fiabilité. Enfin, il convient de replacer tout ceci dans un contexte global et de se rappeler que la première prophylaxie réside dans la planification et la maîtrise de la charge d’entraînement.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Dossier Bad n°21

Dossier Bad n°21

Quelques questions autour de la planification en badminton
Créer du lien entre les dimensions de la performance

Planifier est un acte complexe. Planifier, est sans doute la première étape pour concevoir des entraînements intelligents. Cela traduit à la fois la capacité à anticiper mais aussi à élaborer une stratégie basée sur des connaissances dans le domaine de la planification. Les connaissances en matière de planification de la dimension physique avancent à grands pas. Néanmoins, l’un des paramètres complexes réside dans la cohérence et la synergie de la planification des différentes dimensions de la performance. Faut-il concevoir la planification en blocs où l’on dissocie le travail physique du travail tactique, technique et mental ? Est-il possible de construire une planification cohérente en abordant chacune des dimensions de manière synergique ? Nous allons voir dans ce Dossier BAD qu’accepter la complexité de l’acte de planification c’est aborder avec lucidité les problèmes qui y sont liés pour humblement entrevoir des solutions chemin faisant. Bien sûr, ce Dossier BAD ne peut traiter l’ensemble des problématiques liées à la planification. Deux précédents Dossiers BAD ont traité de la planification et de la programmation (Dossier BAD n°10 Programmer une séance de badminton ; Dossier BAD n°11 Planifier pour le badminton : construire le chemin de la performance)

 

Est-il viable de « planifier » de manière dissociée le travail des différentes dimensions de la performance ?

Pour que tout le monde s’imprègne de notre démarche, il s’agit ici de se demander s’il est pertinent de planifier par exemple un premier cycle de développement des qualités tactico-techniques puis un deuxième cycle de développement des qualités physiques. Cet exemple ne relève pas du hasard ou de l’imagination mais a bien été formulé et mis en pratique. Le premier cycle devait durer 2 à 3 ans environ selon l’atteinte de critères de réussite puis seulement ensuite, la dimension physique aurait été abordée de manière à être développée. Cette méthode n’a pas pu être menée à son terme ce qui nous aurait permis d’en évaluer son efficacité. Bien que selon nous, même si elle peut donner certains résultats (de la même manière que sans planifier, il est possible de progresser), celle-ci comporte plusieurs incohérences. Tout d’abord, lors du premier cycle consacré au développement des qualités tactico-techniques, il est impossible de ne pas aussi aborder la dimension physique. Qu’on le veuille ou non, le joueur va mobiliser sa coordination motrice, sa statique, son gainage et ses filières énergétiques même lors des situations les plus passives. Ne mobilise-t-on pas nos muscles posturaux lorsque nous regardons avec passion un match de badminton ? Ensuite, il nous semble logique qu’opérer une telle rupture entre le travail physique et le travail tactico-technique ou même mental ne correspond pas à la complexité de la tâche que représentent un match, un tournoi, une saison et une carrière de joueur de badminton. L’intention large en badminton est de remporter deux sets de 21 points pour gagner un match. Cette simple intention oblige le joueur à mobiliser les différentes dimensions de la performance de manière synergique et cela doit être pris en compte aussi bien dans l’entraînement que dans la planification.

Comment associer les différentes dimensions de la performance dans la planification en badminton ?

Les connaissances physiologiques et biomécaniques sont des atouts indispensables pour entrevoir des réponses logiques et cohérentes à cette question qui est selon nous, LA question à se poser pour concevoir des entraînements non seulement intelligents mais surtout efficaces. Gardons en tête que l’entraînement intelligent est la seule solution viable et légale pour rivaliser avec les asiatiques. Afin de pouvoir associer le travail des différentes dimensions de la performance dans la planification, il faut tenter de regrouper les axes de travail compatible entres eux. Par exemple, dans une même séance, vous ne pouvez pas décemment tenter de développer la capacité aérobie et la fixation en attaque de fond de court. En effet, le travail de fixation en attaque de fond de court nécessite des changements de rythme au niveau des déplacements pour être le mieux placé possible ce qui aura un coût énergétique important et ne pourra être maintenu sur un effort continu de longue durée comme le nécessite un travail de capacité aérobie. Par ce simple exemple, nous entrevoyons la complexité de l’acte de planification qui nécessite de prendre en compte nombre de paramètres. De plus, il nous faut garder à l’esprit que l’intention large dont nous parlions plus haut doit être la plus présente possible lors des séances. Mais comment imbriquer un développement de la capacité aérobie, de la capacité à s’adapter à des problèmes tactico-techniques et mentaux ?

Voici un exemple de solution :

La logique veut qu’un travail de capacité aérobie s’accorde avec des efforts relativement continus et longs. Sur le terrain de badminton, cela se traduit donc par peu d’incertitude pour éviter les changements de rythme, un terrain réduit pour éviter les grands déplacements et la suppression/limitation des frappes coûteuses en énergie. Imaginons que nous sommes en début de saison avec un groupe de joueur ayant des difficultés à gérer leurs émotions face à l’adversité et avec un profil d’attaquant « fou ». Il est alors possible de se fixer les objectifs suivants pendant le premier cycle de saison :

Bien sûr, il s’agit là d’un exemple parmi tant d’autres. Le choix des dimensions, de leurs appellations et de leurs imbrications peut évidemment varier selon les approches, conceptions et opinions de chacun. Néanmoins, ce genre de réflexion doit être opéré pour chaque séquence, de chaque séance de chaque cycle, de chaque planification afin de garantir cohérence et synergie dans l’entraînement et la recherche de performance dans le respect de l’intégrité physique. Rappelons également que ce Dossier BAD ne traite qu’une problématique parmi tant d’autres concernant la planification en badminton. Deux Dossiers Bad cités ci-dessus ont déjà traité d’autres aspects et de prochains articles viendront étoffer ce travail.

Bon entraînement intelligent !

 

Maxime Michel

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Dossier Bad n°20

Dossier Bad n°20

La reprise d’appuis en badminton : analyse et périmètre de travail

L’analyse épistémologique des pratiques sportives compétitives est essentielle pour appréhender dans leur ensemble les évolutions des différentes dimensions de la performance. Si l’on observe un geste technique particulier et l’évolution que cette technique a subi au cours du temps, alors il devient possible d’en saisir l’essence et de tenter de se placer en projection. Dans l’analyse d’un geste technique, il peut aussi être intéressant de faire des rapprochements avec les techniques utilisées dans d’autres disciplines. Des connaissances au niveau biomécanique et anatomique permettent d’être précis et facilitent une réflexion basée sur le bon sens et la logique. La reprise d’appuis en badminton peut paraitre simple dans sa réalisation, mais elle est soumise comme tout geste technique à des « lois d’efficacité ». Ce n’est qu’à l’intérieur de ces lois que chacun peut avoir son degré de liberté, son optimisation particulière. La connaissance de ces principes de fonctionnement communs est donc essentielle pour ne pas nuire à court et long termes à la performance et/ou à l’intégrité physique. Cela vaut aussi bien pour la pratique compétitive que pour le choix des méthodes d’entraînement. Nous allons donc nous attacher dans ce Dossier BAD à décrire ce qu’est une reprise d’appuis en badminton au travers d’aspects biomécaniques et anatomiques fondamentaux, et à poser le cadre méthodologique dans lequel le travail de la reprise d’appuis devrait se placer.

Qu’est-ce qu’une reprise d’appuis en badminton ?

Mettons de côté certains aspects multifactoriels complexes concernant la reprise d’appuis comme la prise d’information-décision en situation dynamique ou encore l’accélération multidirectionnelle. Concentrons-nous sur les aspects biomécaniques et anatomiques de base. Fondamentalement, la reprise d’appuis en badminton, c’est de la pliométrie.Mais qu’est-ce que la pliométrie ? Il s’agit de la capacité à rebondir en percutant (le sol par exemple) ou non (un contre-mouvement, le plus connu étant le CMJ ou Contre-Mouvement Jump). Lors d’un rebond comme une reprise d’appuis, le joueur met en jeu des structures actives (ses muscles se contractent) et des structures passives qui renvoient simplement l’énergie à la manière d’une balle rebondissante. La capacité à renvoyer de manière efficace l’énergie de ces structures passives est importante car il s’agit d’une énergie « gratuite » puisqu’elle ne demande aucune dépense énergétique. Gardons également en tête qu’une contraction pliométrique n’est autre que la succession d’une contraction excentrique et d’une contraction concentrique. Cela étant dit, il nous faut maintenant considérer que chacun a un degré de liberté quant à la part d’utilisation optimale des structures actives et passives tout en sachant que plus la part des structures actives est conséquente, plus la dépense énergétique sera grande. De même, le degré de percussion du sol lors de la reprise d’appuis (la hauteur du saut d’allègement) est à optimiser de manière individuelle car tous non pas la même rentabilité selon la hauteur de la « chute » et le rebond à produire (hauteur, direction, délais, précision…). Enfin, il faut aussi prendre en compte les particularités individuelles quant aux zones de travail prédominantes lors d’un rebond. Si les tendons d’Achille constituent le principal ressort lors d’un rebond comme une reprise d’appuis, la part d’utilisation des différents chefs du quadriceps, des gastrocnémiens, des soléaires et des extenseurs de la hanche peut varier de manière considérable d’un joueur à l’autre.

Maintenant que les bases sont posées, posons-nous certaines questions d’actualité : faut-il s’entraîner à frapper le sol le plus fort possible lors de la reprise d’appuis ? Est-ce qu’être capable de faire beaucoup de bruit en frappant le sol est un marqueur pertinent de la puissance de démarrage lors de la reprise d’appuis ?

Pour répondre à ces questions, il nous faut nous demander si le critère de réussite (faire le plus de bruit possible en frappant le sol) est bien pertinent au regard de la spécificité de la reprise d’appuis du joueur de badminton. Nous devons également répondre à une interrogation forte à ce sujet, à savoir : la recherche de « bruit » lors du travail de la reprise d’appuis est-elle traumatisante ? Tout d’abord, la reprise d’appuis en badminton se fait sur l’avant du pied puisqu’il s’agit de pliométrie et que l’utilisation du tendon d’Achille y est grandement soumise. Or, si l’on tente de faire du bruit en frappant le sol sur l’avant pied, le résultat sera bien décevant comparé à un choc « plein pied ». Le critère de réussite choisi peut donc être facilement biaisé par un joueur malin. D’ailleurs, soulignons qu’une attaque plein pied du sol se fait en haltérophilie de manière extrêmement violente mais pour des raisons différentes, par exemple un renvoi de force verticale du sol, un gainage en réaction au choc, une recherche de stabilité et de puissance sur l’extension de la jambe et de la hanche. Une attaque violente sur l’avant du pied lors d’un travail de la reprise d’appuis pourra avoir comme conséquence de placer le genou en avant de la pointe des pieds ce qui peut être traumatisant lors de chocs pliométriques répétés. Le tendon d’Achille sera également mis à rude épreuve puisqu’il sera le principal frein aux chocs puissants engendrés par la chute, le poids de corps et les puissants muscles quadriceps principalement. En revanche, la recherche de non bruit lors du rebond sera intéressante pour travailler la capacité de freinage, c’est-à-dire la phase excentrique de la contraction pliométrique, ce qui permettra d’augmenter la qualité de rebond, et donc la puissance de démarrage. De plus, cela préparera à un travail plus quantitatif et encore plus exigeant.

Pour rappel, voici un exemple méthodologique de travail de force explosive pliométrique : de 4 à 8 séries de 6 à 12 répétitions avec une hauteur de chute inférieure à 60cm et un temps de récupération inter-séries de 2min au minimum.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement

Badminton : Le carnet d’entraînement  Le carnet d’entrainement est entré dans ma vie lors de mon premier voyage en Indonésie à l’âge de 16 ans. Ma première idée était de garder un maximum de choses en mémoire de ce voyage tant sur le plan culturel que de...

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?

A quel âge commencer le badminton ?  Y-a-t-il un âge minimum et maximum pour commencer le badminton ? On me pose très souvent cette question. . . Le badminton est un sport très complexe à haut niveau mais également très facilement accessible à tous et le...

Découvre mes derniers articles
Badminton : comment gérer sa reprise ?

Badminton : comment gérer sa reprise ?

Comment gérer sa reprise ?Voilà, il est l’heure de la reprise du badminton, du vrai badminton en salle ! Fini les volants qui changent de direction en plein vol, fini les glissades sur l’herbe ou les trous dans les chaussures à cause du béton ! Après près de 3 mois de...

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Badminton : Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le...

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?

Comment prendre le jeu à son compte ?  Vous arrive-t-il de prendre le jeu à votre compte ? J’entends par là d’imposer votre style de jeu à votre adversaire ? Je n’ai aucun doute sur le fait que selon l’adversaire que vous avez en face de vous, vous y arrivez par...

Progresse dans les 6 piliers du joueurs de badminton !

Gagne du temps dans ta progression en apprenant les bonnes techniques tout en respectant ton intégrité physique !

  • Nutrition et hydratation
  • Sommeil et repos
  • État d’esprit
  • Condition physique
  • Techniques et déplacements
  • Tactiques