Dossier Bad n°21

Dossier Bad n°21

Dossier bad n21

Quelques questions autour de la planification en badminton
Créer du lien entre les dimensions de la performance

Planifier est un acte complexe. Planifier, est sans doute la première étape pour concevoir des entraînements intelligents. Cela traduit à la fois la capacité à anticiper mais aussi à élaborer une stratégie basée sur des connaissances dans le domaine de la planification. Les connaissances en matière de planification de la dimension physique avancent à grands pas. Néanmoins, l’un des paramètres complexes réside dans la cohérence et la synergie de la planification des différentes dimensions de la performance. Faut-il concevoir la planification en blocs où l’on dissocie le travail physique du travail tactique, technique et mental ? Est-il possible de construire une planification cohérente en abordant chacune des dimensions de manière synergique ? Nous allons voir dans ce Dossier BAD qu’accepter la complexité de l’acte de planification c’est aborder avec lucidité les problèmes qui y sont liés pour humblement entrevoir des solutions chemin faisant. Bien sûr, ce Dossier BAD ne peut traiter l’ensemble des problématiques liées à la planification. Deux précédents Dossiers BAD ont traité de la planification et de la programmation (Dossier BAD n°10 Programmer une séance de badminton ; Dossier BAD n°11 Planifier pour le badminton : construire le chemin de la performance)

 

Est-il viable de « planifier » de manière dissociée le travail des différentes dimensions de la performance ?

Pour que tout le monde s’imprègne de notre démarche, il s’agit ici de se demander s’il est pertinent de planifier par exemple un premier cycle de développement des qualités tactico-techniques puis un deuxième cycle de développement des qualités physiques. Cet exemple ne relève pas du hasard ou de l’imagination mais a bien été formulé et mis en pratique. Le premier cycle devait durer 2 à 3 ans environ selon l’atteinte de critères de réussite puis seulement ensuite, la dimension physique aurait été abordée de manière à être développée. Cette méthode n’a pas pu être menée à son terme ce qui nous aurait permis d’en évaluer son efficacité. Bien que selon nous, même si elle peut donner certains résultats (de la même manière que sans planifier, il est possible de progresser), celle-ci comporte plusieurs incohérences. Tout d’abord, lors du premier cycle consacré au développement des qualités tactico-techniques, il est impossible de ne pas aussi aborder la dimension physique. Qu’on le veuille ou non, le joueur va mobiliser sa coordination motrice, sa statique, son gainage et ses filières énergétiques même lors des situations les plus passives. Ne mobilise-t-on pas nos muscles posturaux lorsque nous regardons avec passion un match de badminton ? Ensuite, il nous semble logique qu’opérer une telle rupture entre le travail physique et le travail tactico-technique ou même mental ne correspond pas à la complexité de la tâche que représentent un match, un tournoi, une saison et une carrière de joueur de badminton. L’intention large en badminton est de remporter deux sets de 21 points pour gagner un match. Cette simple intention oblige le joueur à mobiliser les différentes dimensions de la performance de manière synergique et cela doit être pris en compte aussi bien dans l’entraînement que dans la planification.

Comment associer les différentes dimensions de la performance dans la planification en badminton ?

Les connaissances physiologiques et biomécaniques sont des atouts indispensables pour entrevoir des réponses logiques et cohérentes à cette question qui est selon nous, LA question à se poser pour concevoir des entraînements non seulement intelligents mais surtout efficaces. Gardons en tête que l’entraînement intelligent est la seule solution viable et légale pour rivaliser avec les asiatiques. Afin de pouvoir associer le travail des différentes dimensions de la performance dans la planification, il faut tenter de regrouper les axes de travail compatible entres eux. Par exemple, dans une même séance, vous ne pouvez pas décemment tenter de développer la capacité aérobie et la fixation en attaque de fond de court. En effet, le travail de fixation en attaque de fond de court nécessite des changements de rythme au niveau des déplacements pour être le mieux placé possible ce qui aura un coût énergétique important et ne pourra être maintenu sur un effort continu de longue durée comme le nécessite un travail de capacité aérobie. Par ce simple exemple, nous entrevoyons la complexité de l’acte de planification qui nécessite de prendre en compte nombre de paramètres. De plus, il nous faut garder à l’esprit que l’intention large dont nous parlions plus haut doit être la plus présente possible lors des séances. Mais comment imbriquer un développement de la capacité aérobie, de la capacité à s’adapter à des problèmes tactico-techniques et mentaux ?

Voici un exemple de solution :

La logique veut qu’un travail de capacité aérobie s’accorde avec des efforts relativement continus et longs. Sur le terrain de badminton, cela se traduit donc par peu d’incertitude pour éviter les changements de rythme, un terrain réduit pour éviter les grands déplacements et la suppression/limitation des frappes coûteuses en énergie. Imaginons que nous sommes en début de saison avec un groupe de joueur ayant des difficultés à gérer leurs émotions face à l’adversité et avec un profil d’attaquant « fou ». Il est alors possible de se fixer les objectifs suivants pendant le premier cycle de saison :

Bien sûr, il s’agit là d’un exemple parmi tant d’autres. Le choix des dimensions, de leurs appellations et de leurs imbrications peut évidemment varier selon les approches, conceptions et opinions de chacun. Néanmoins, ce genre de réflexion doit être opéré pour chaque séquence, de chaque séance de chaque cycle, de chaque planification afin de garantir cohérence et synergie dans l’entraînement et la recherche de performance dans le respect de l’intégrité physique. Rappelons également que ce Dossier BAD ne traite qu’une problématique parmi tant d’autres concernant la planification en badminton. Deux Dossiers Bad cités ci-dessus ont déjà traité d’autres aspects et de prochains articles viendront étoffer ce travail.

Bon entraînement intelligent !

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Dossier Bad n°20

Dossier Bad n°20

reprise d'appuis

La reprise d’appuis en badminton : analyse et périmètre de travail

L’analyse épistémologique des pratiques sportives compétitives est essentielle pour appréhender dans leur ensemble les évolutions des différentes dimensions de la performance. Si l’on observe un geste technique particulier et l’évolution que cette technique a subi au cours du temps, alors il devient possible d’en saisir l’essence et de tenter de se placer en projection. Dans l’analyse d’un geste technique, il peut aussi être intéressant de faire des rapprochements avec les techniques utilisées dans d’autres disciplines. Des connaissances au niveau biomécanique et anatomique permettent d’être précis et facilitent une réflexion basée sur le bon sens et la logique. La reprise d’appuis en badminton peut paraitre simple dans sa réalisation, mais elle est soumise comme tout geste technique à des « lois d’efficacité ». Ce n’est qu’à l’intérieur de ces lois que chacun peut avoir son degré de liberté, son optimisation particulière. La connaissance de ces principes de fonctionnement communs est donc essentielle pour ne pas nuire à court et long termes à la performance et/ou à l’intégrité physique. Cela vaut aussi bien pour la pratique compétitive que pour le choix des méthodes d’entraînement. Nous allons donc nous attacher dans ce Dossier BAD à décrire ce qu’est une reprise d’appuis en badminton au travers d’aspects biomécaniques et anatomiques fondamentaux, et à poser le cadre méthodologique dans lequel le travail de la reprise d’appuis devrait se placer.

Qu’est-ce qu’une reprise d’appuis en badminton ?

Mettons de côté certains aspects multifactoriels complexes concernant la reprise d’appuis comme la prise d’information-décision en situation dynamique ou encore l’accélération multidirectionnelle. Concentrons-nous sur les aspects biomécaniques et anatomiques de base. Fondamentalement, la reprise d’appuis en badminton, c’est de la pliométrie.Mais qu’est-ce que la pliométrie ? Il s’agit de la capacité à rebondir en percutant (le sol par exemple) ou non (un contre-mouvement, le plus connu étant le CMJ ou Contre-Mouvement Jump). Lors d’un rebond comme une reprise d’appuis, le joueur met en jeu des structures actives (ses muscles se contractent) et des structures passives qui renvoient simplement l’énergie à la manière d’une balle rebondissante. La capacité à renvoyer de manière efficace l’énergie de ces structures passives est importante car il s’agit d’une énergie « gratuite » puisqu’elle ne demande aucune dépense énergétique. Gardons également en tête qu’une contraction pliométrique n’est autre que la succession d’une contraction excentrique et d’une contraction concentrique. Cela étant dit, il nous faut maintenant considérer que chacun a un degré de liberté quant à la part d’utilisation optimale des structures actives et passives tout en sachant que plus la part des structures actives est conséquente, plus la dépense énergétique sera grande. De même, le degré de percussion du sol lors de la reprise d’appuis (la hauteur du saut d’allègement) est à optimiser de manière individuelle car tous non pas la même rentabilité selon la hauteur de la « chute » et le rebond à produire (hauteur, direction, délais, précision…). Enfin, il faut aussi prendre en compte les particularités individuelles quant aux zones de travail prédominantes lors d’un rebond. Si les tendons d’Achille constituent le principal ressort lors d’un rebond comme une reprise d’appuis, la part d’utilisation des différents chefs du quadriceps, des gastrocnémiens, des soléaires et des extenseurs de la hanche peut varier de manière considérable d’un joueur à l’autre.

Maintenant que les bases sont posées, posons-nous certaines questions d’actualité : faut-il s’entraîner à frapper le sol le plus fort possible lors de la reprise d’appuis ? Est-ce qu’être capable de faire beaucoup de bruit en frappant le sol est un marqueur pertinent de la puissance de démarrage lors de la reprise d’appuis ?

Pour répondre à ces questions, il nous faut nous demander si le critère de réussite (faire le plus de bruit possible en frappant le sol) est bien pertinent au regard de la spécificité de la reprise d’appuis du joueur de badminton. Nous devons également répondre à une interrogation forte à ce sujet, à savoir : la recherche de « bruit » lors du travail de la reprise d’appuis est-elle traumatisante ? Tout d’abord, la reprise d’appuis en badminton se fait sur l’avant du pied puisqu’il s’agit de pliométrie et que l’utilisation du tendon d’Achille y est grandement soumise. Or, si l’on tente de faire du bruit en frappant le sol sur l’avant pied, le résultat sera bien décevant comparé à un choc « plein pied ». Le critère de réussite choisi peut donc être facilement biaisé par un joueur malin. D’ailleurs, soulignons qu’une attaque plein pied du sol se fait en haltérophilie de manière extrêmement violente mais pour des raisons différentes, par exemple un renvoi de force verticale du sol, un gainage en réaction au choc, une recherche de stabilité et de puissance sur l’extension de la jambe et de la hanche. Une attaque violente sur l’avant du pied lors d’un travail de la reprise d’appuis pourra avoir comme conséquence de placer le genou en avant de la pointe des pieds ce qui peut être traumatisant lors de chocs pliométriques répétés. Le tendon d’Achille sera également mis à rude épreuve puisqu’il sera le principal frein aux chocs puissants engendrés par la chute, le poids de corps et les puissants muscles quadriceps principalement. En revanche, la recherche de non bruit lors du rebond sera intéressante pour travailler la capacité de freinage, c’est-à-dire la phase excentrique de la contraction pliométrique, ce qui permettra d’augmenter la qualité de rebond, et donc la puissance de démarrage. De plus, cela préparera à un travail plus quantitatif et encore plus exigeant.

Pour rappel, voici un exemple méthodologique de travail de force explosive pliométrique : de 4 à 8 séries de 6 à 12 répétitions avec une hauteur de chute inférieure à 60cm et un temps de récupération inter-séries de 2min au minimum.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Dossier Bad n°19

Dossier Bad n°19

Dossier bad n19

Comprendre la fente du joueur de badminton

Il est communément admis que l’activité physique a des vertus pour la santé. Mais la pratique du badminton n’est-elle pas dans certains cas en contradiction avec cette finalité ? Il est aisé de remarquer par simple observation visuelle les différences de volume musculaire entre les cuisses d’un même joueur de badminton. Si l’on rentre un peu plus dans le détail, on remarquera également des hypercyphoses thoraciques, des rotations antérieures de l’épaule et des relâchements de l’abdomen accompagnés d’hyperlordoses lombaires. Autant de signes précurseurs ou à l’origine de certaines pathologies. Par exemple, quel entraîneur n’a jamais eu un joueur se plaignant de mal de dos ? Sachez que ce dernier avait sans doute l’un des signes visuels énoncés plus haut. Ces modifications corporelles et posturales peuvent être le produit de la pratique du badminton et la fente y est en partie pour quelque chose. La fente et la frappe sont les deux mouvements à l’origine de l’asymétrie du joueur de badminton. De plus, ils se combinent parfaitement pour augmenter les déséquilibres tel un cercle vicieux. Nous allons donc aborder différents types de fentes ainsi que leurs conséquences sur la performance et l’intégrité physique.

Les différents types de fente

Nous allons analyser brièvement différents types de fente et tenter de mieux cerner les mécanismes sous-jacents. Bien sûr, cette « classification » ne tend pas à ranger les joueurs dans des cases. Il s’agit ici d’observables permettant de donner des axes de travail et non de prôner une méthode d’apprentissage dite du modèle. Retenons que chacun est différent et que donc chacun a sa propre manière de faire une fente. Néanmoins, certains principes anatomiques et biomécaniques sont sensiblement les mêmes pour tout le monde et rappelons-nous que le feeling du joueur ne fait pas toujours bien les choses. C’est pourquoi il est parfois judicieux de modifier certaines programmations motrices pour améliorer la performance et/ou pour préserver l’intégrité physique. Voici trois manières de faire une fente :

La fente en quadriceps

Il s’agit d’une fente avec une attaque par le médio-pied de la jambe avant, voire par l’avant du pied. Ainsi, le freinage est effectué en grande partie par les quadriceps. Ce type de fente est violent avec un freinage très bref voire parfois accompagné d’une glissade ou de plusieurs pas de freinages sur la jambe avant. Le genou a tendance à dépasser la pointe du pied ce qui ne pose pas de problème lorsque l’on est accroupi sans aucune charge additionnelle (nos ancêtres se déplaçaient de cette façon…), mais cela est très différent lorsque l’on s’arrête quasiment sur une seule jambe avec une certaine vitesse initiale… ! Le joueur aura tendance à ne pas chercher beaucoup d’amplitude dans cette fente du fait de sa violence, du peu de groupes musculaires qui y participent et de la faiblesse de ses ischios-jambiers en contraction excentrique (allongement du muscle + contraction). La stabilité pourra aussi pêcher du fait de la répartition du poids du corps sur l’avant-pied et aussi de la violence du freinage. L’autre inconvénient qui est le plus important à notre avis, sera l’augmentation du déséquilibre entre les ischios-jambiers et les quadriceps. Le joueur de badminton utilise déjà énormément ses quadriceps lors des différents rebonds et sauts. Les fentes sont les moments pour lui de solliciter aussi ses ischios-jambiers… De plus, les joueurs qui utilisent cette fente le font certainement parce qu’ils sont déjà plus forts sur les quadriceps que sur les ischios-jambiers. Le joueur veut être le plus efficace possible, il utilise donc ses zones fortes, augmentant ici des déséquilibres existant au préalable.

La fente en dos

Il s’agit d’une fente où le joueur va « ramasser en dos » pour utiliser un terme issu des sports de force. Le joueur va ainsi s’avachir sur sa jambe avant, soulageant le membre inférieur au détriment des érecteurs du rachis (lombaires). Les joueurs qui pratiquent cette fente ont adapté le mouvement de fente en fonction de leur force, c’est-à-dire en utilisant préférentiellement les érecteurs du rachis. Cette fente traduit une faiblesse au niveau des membres inférieurs et aussi au niveau abdominal. Oublions le travail de gainage postérieur pour ceux-ci au profit d’un renforcement abdominal drastique et d’un apprentissage du freinage en fente sur des angulations basses. Le travail abdominal permettra également aux joueurs dans ce cas de figure d’améliorer leur posture par un meilleur maintien de l’abdomen. Pour aller plus loin, il faudra mettre en place des exercices de corrections posturales pour lutter contre la projection avant de la tête, la rotation avant des épaules et la cyphose thoracique.

La fente en chaîne postérieure

Il s’agit d’une fente où le joueur attaque le sol par le talon avec la jambe avant tendue et le tronc légèrement penché vers l’arrière. Il s’agit en fait de produire un alignement talon-genou-bassin-épaule de façon à être dans la meilleure position pour absorber le choc du talon et freiner le plus possible la pose du pied, la flexion du genou et la chute du tronc. Vous l’aurez compris, il s’agit de la fente avant parfaite quasi-impossible à reproduire sur un terrain de badminton. Néanmoins, il est intéressant de travailler cette posture pour faire de la reprogrammation motrice au niveau de la chaîne postérieure. En effet, en travaillant cette fente sans volant en début de séance jusqu’à fatiguer les zones de travail, puis en refaisant des fentes en situation sur le terrain, vous augmenterez la sensibilité des zones fatiguées les rendant ainsi plus actives dans la pratique. Vous pourrez à terme modifier la programmation motrice lors de l’exécution d’une fente de vos joueurs. Il est courant de parler de l’attaque talon dans le monde du badminton lors de l’exécution d’une fente, mais celle-ci est insuffisante dans une optique d’équilibration des chaînes antérieures/postérieures et autour de l’articulation du genou.

Conclusion

Ce Dossier BAD a tenté d’aborder la fente de manière simplifiée en recentrant le débat sur la fente avant et dans un objectif d’augmenter sa rentabilité, son efficacité et l’équilibre corporel. Bien entendu, nous aurions pu différencier la fente « haute » en position favorable de la fente extrême en situation défavorable. De même, les fentes latérales et arrières présentent également des particularités au niveau biomécanique particulièrement intéressantes à décrire et indispensables à la mise en place d’une construction motrice raisonnée. Même si les programmations motrices peuvent être modifiées à tous âges, ce travail sera très payant sur le long terme chez les jeunes et leur évitera surtout des traumatismes aigus et/ou chroniques potentiellement handicapant dans leur pratique comme dans leur vie future.
Gardons en tête deux points essentiels :

  • Le premier est que si le badminton n’est pas le meilleur sport pour préserver ou améliorer sa santé, cela dépend uniquement de la manière dont on le pratique. La manière « naturelle » de chacun à faire une fente avant en fait partie.
  • Le deuxième point à retenir est que la recherche de performance en badminton n’est pas forcément corrélée à une détérioration de l’intégrité physique et mentale. Lorsque l’on part de ce postulat et qu’on analyse la biomécanique de la fente en badminton, on remarque que la recherche d’une fente équilibrée rime avec la production d’une fente performante. Il serait donc dommage de s’en passer.

Bon entraînement intelligent à tous !

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

 

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Dossier Bad n°18

Dossier Bad n°18

Dossier bad n18

 L’alimentation du joueur de badminton

Santé et performance 

La dernière semaine, les derniers jours et les dernières heures avant la compétition sont pour certains le sommet d’une grande planification et pour d’autres les derniers ajustements sans grande conséquence sur la performance. Chacun y va de ses connaissances empiriques, théoriques ou scientifiques ou même de ses croyances. Tous se demandent : comment faire pour que mes joueurs ou moi-même nous arrivions en forme pour une compétition ? Mais restons réaliste d’emblée. Si vous cherchez une méthode universelle, soyez sûr que ce Dossier BAD va vous éclairer sur la complexité du problème et donc sur l’inefficacité d’une telle méthode. En effet, pour arriver en forme sur une compétition de badminton, il y a une multitude de leviers. Aucun de ceux-ci n’est totalement maîtrisable et il est même difficile d’appréhender le degré d’emprise que l’on a sur certains d’entre eux. En revanche, il est possible d’identifier ces leviers et d’en comprendre les mécanismes d’action. Ainsi, il devient possible d’ajuster minutieusement la forme et donc d’adapter sa période d’affûtage en temps réel.

La charge d’entraînement

C’est bien souvent le premier levier auquel on pense. La charge d’entraînement, de manière classique, comprend le volume des séances (leur durée), l’intensité des séances et la fréquence des séances (le nombre de séances). La théorie veut que le volume des séances soient diminué au cours de la période d’affûtage (divisé par 1.5-2), que l’intensité soit maintenue voire légèrement augmentée et que la fréquence soit maintenue voire légèrement diminuée. Si cette méthodologie a été testée et que les résultats sont indéniables, il convient bien sûr de comprendre que cela est loin d’être suffisant.En effet, quel est l’effort le plus intense entre une séance de puissance alactique, par exemple 3*6 smashs maximaux avec 4min de récupération, et une séance de PMA en multivolants, par exemple du 3*(10*30s/30s) ? Gageons que l’effet ne sera pas le même… De même, il se pose la question de l’agencement des séances entres elles : par exemple, dois-je placer ma séance de PMA avant ou après la séance de puissance alactique ? Nous voyons donc que si l’on se limite à une vision de la charge d’entraînement « classique », on passe à côté du cœur du problème.

Les systèmes sympathique et parasympathique

Il s’agit de l’accélérateur (le système sympathique) et du frein (système parasympathique) de l’organisme. Pour simplifier, lorsque vous vous sentez très éveillé et sur le qui-vive, c’est que votre système sympathique a pris le dessus. L’adrénaline et la noradrénaline sont sécrétées. Tandis que lorsque vous êtes éteint, cela veut dire que votre système parasympathique est prédominant et que vous sécrétez de l’acétylcholine. Cela nous intéresse pour notre Dossier BAD car on comprend aisément qu’il vaut mieux être éveillé et donc dans une dominance sympathique pour performer lors d’une compétition de badminton.Nous parlons bien de dominance d’un système sur l’autre car il faut garder en tête qu’à chaque battement du cœur, la sécrétion des différentes hormones (adrénaline, noradrénaline et acétylcholine) fluctue. De même, chacun de ces deux systèmes prend alternativement le relais au cours de la journée. Bien qu’il soit préférable d’être dans une dominance du système sympathique lors de la compétition, il faut savoir que cet état d’éveil est coûteux en énergie. Il ne faut donc pas activer ce système trop tôt avant la compétition. L’agencement des séances entre elles sera donc prépondérant dans ce domaine comme dans la gestion de la récupération qui est fortement liée au système parasympathique. La qualité du sommeil, la facilité à récupérer vite entre des matchs et des séances dépendront grandement de la capacité à activer le système parasympathique. Cela nous amène à avoir de nouvelles exigences comme la capacité à gérer les temps forts et les temps faibles à court (le match, la séance), moyen (le tournoi, la semaine) et long terme (la saison). On ne peut demander à un joueur d’être concentré à 100% toute une séance… En revanche, il est possible de lui apprendre à gérer ses propres cycles d’activation. Cela permettra d’approfondir sa connaissance de lui-même et de nourrir la relation joueur-entraîneur. Ce sera donc un travail très riche pour ces raisons et bien d’autres parmi lesquelles la familiarisation au duel contre soi-même que représente aussi un match ou un tournoi de badminton (ce n’est pas qu’un duel contre un ou des adversaires).
Mémorisons ces quelques informations :

Conclusion

La période d’affûtage est une partie de la planification. L’anticipation est donc de mise. Plus l’anticipation sera pointue, la planification maîtrisée et la connaissance empirique de soi ou des joueurs approndie, plus les ajustements des différents leviers seront légers et maîtrisables. Bien sûr, bien d’autres leviers auraient pu être abordés dans ce Dossier BAD. Nous ne citerons que : l’alimentation, la gestion des stress physiques, psychologiques et sociaux, le sommeil, les délais de récupération suivant les types de séance… Ce qui est important de retenir de ce Dossier BAD, c’est que l’affûtage est un moment d’ultra individualisation. Lorsqu’un joueur aura besoin d’une séance d’explosivité pour s’activer, « se donner faim » 2 jours avant le tournoi, un autre aura besoin d’une séance basse intensité à 3 jours de l’échéance car il a une prépondérance à l’activation du système sympathique l’empêchant de « faire du jus » et le grillant à l’avance.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Dossier Bad n°12

Dossier Bad n°12

Dossier bad n12

Le travail en instabilité
Ami ou ennemi du joueur de badminton ? 

L’instabilité et la position parfaite sans le moindre mouvement parasite sont des denrées rares que de nombreux sportifs recherchent avec sagacité. Le joueur de badminton ne doit pas faire exception à la règle. Est-il besoin de démontrer les plus-values qu’aurait un joueur « expert » dans ce registre ? La liste serait longue : augmentation de la précision, de l’économie de mouvement, amélioration de la prise d’information et de décision… Le travail en instabilité est une des méthodes à utiliser pour répondre au besoin en stabilité du joueur de badminton. Mais pour autant, le travail en instabilité doit-il être systématique ? N’y-a-t-il pas des cas où ce type de sollicitation est contre-indiqué ? Comme toujours en préparation physique, il n’y a pas de méthode miracle ne souffrant aucune contre-indication…

 

Quels sont les bienfaits du travail en instabilité ?

 

Les effets du travail en instabilité vont au-delà du simple travail prophylactique. Ce travail ne peut se résumer à tenir en équilibre à cloche pied sur un plateau de Freeman… En badminton comme dans de nombreux sports, l’un des déterminants de la performance est la capacité du sportif à exprimer ses qualités dans un milieu instable. Le joueur doit prendre des informations, prendre des décisions en situation dynamique, être précis dans ses coups et ses déplacements malgré le masquage des frappes de son adversaire ainsi que les feintes visant à donner de fausses informations. De plus, le joueur de badminton est sans cesse en recherche de stabilité dans des positions parfois extrêmes de fentes ou de sauts en torsion. La stabilité ou l’équilibrioception* du joueur de badminton est donc dynamique et non statique ce qui nous oriente déjà sur les formes de travail vers lesquelles il faut tendre. De la qualité de l’équilibrioception dépend la disponibilité attentionnelle pour les autres tâches sans oublier l’efficacité et l’efficience des mouvements. Dans ce contexte, le travail en instabilité permet de mobiliser davantage la musculature centrale que du travail sur support stable. En effet, « les mouvements segmentaires perturbant la position du tronc affectent autant la musculature profonde qui maintient le rachis que celle qui rend solidaire le tronc du bassin » (REISS, PREVOST, 2013). Anderson et Behm ont montré sur un exercice de squat que plus l’instabilité est élevée, plus on engage les muscles proches de la colonne vertébrale, de la ceinture lombo-abdominale et de contrôle de la cheville. De plus, l’activité électromyographique (EMG) est plus conséquente sur la phase concentrique (contraction avec rapprochement des insertions musculaires) du mouvement que sur la phase excentrique (contraction avec éloignement des insertions musculaires) en raison des grandes perturbations de l’équilibre lors de la phase de poussée.

 

A retenir : le travail en instabilité permet de travailler sur la musculature profonde ce qui constitue un travail de gainage du centre du corps ainsi que des muscles et articulations responsables du mouvement en question.

 

*Equilibrioception : la capacité à gérer l’équilibre à partir de l’ensemble des informations provenant des systèmes proprioceptifs et vestibulaires (oreille interne).

 

Quelles sont les règles à respecter ?

 

Nous avons vu que l’activation était fortement accentuée dans la partie centrale mais cela se fait au détriment de la partie périphérique. La production de force (sur les unités motrices responsables du mouvement) est donc diminuée lorsque l’on réalise des exercices sur support instable par rapport à des supports stables. Les exercices sur supports instables sont donc intéressants mais il faut savoir que s’ils sont utilisés systématiquement, cela peut affecter les capacités de force maximale et aussi de vitesse maximale. Néanmoins, certaines études ont montré des relevés électromyographiques lors d’exercice en situation instable très surprenant avec des sollicitations des muscles stabilisateurs allant de 10 à 900% de plus que les exercices en situation stable…

 

Quelques conseils (parmi d’autres) concernant le travail en instabilité :

 

  • Ne pas placer ce genre de travail avant des sollicitations demandant une grande activation neuromusculaire si l’on poursuit un objectif de développement. Néanmoins, placer un travail de vitesse suite à un travail en instabilité peut être intéressant pour limiter les effets négatifs de ce travail sur les qualités de vitesse.
  • Ce type de travail est très intéressant pour :
    1. cibler la stabilité centrale et renforcer la musculature profonde,
    2. rééquilibrer par des exercices unilatéraux,
    3. améliorer la posture,
    4. permettre aux joueurs de récupérer d’éventuels traumatismes par le travail de charges lourdes.
  • Trop d’instabilité peut entraîner des sollicitations des muscles stabilisateurs extrêmement importantes et inhabituelles. Cela peut être difficile à supporter même pour des sportifs de haut-niveau. Pour ce genre d’exercice, le principe de progressivité est toujours de mise.

 

Conclusion

 

Le travail en instabilité ne répond pas seulement à un besoin en prophylaxie ; il est aussi une méthode redoutable et incontournable dans le développement du joueur de badminton lorsque la performance ET le respect de l’intégrité physique sont les mots d’ordre de l’entraînement. Néanmoins, ce type de travail comme tout autre est soumis à des règles de fonctionnement. Il doit s’articuler intelligemment avec l’ensemble des composantes de l’entraînement pour s’imbriquer avec pertinence dans le puzzle complexe qui conditionne et construit la performance. Pour finir, il nous faut souligner que le travail en instabilité est une méthode parmi d’autres permettant de répondre à la quête de stabilité du joueur de badminton. Les notions de changement de rythme, de forme de corps et d’appuis doivent être abordées pour coller aux besoins du joueur de badminton.

 

Bon entraînement intelligent à tous !

 

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Dossier bad n°11

Dossier bad n°11

Dossier bad n11

Planifier pour le badminton : construire le chemin de la performance

La planification, un gros mot parfois, une utopie juvénile souvent. Les problématiques particulières et complexes liées à l’acte de planification pour le badminton ne doivent pas entamer notre détermination à construire la progression de nos joueurs. Au contraire, elles devraient nous pousser à questionner les manières de planifier dans les autres sports, à nous remettre en question et à innover pour répondre aux besoins particuliers des joueurs de badminton. Comment s’adapter aux calendriers surchargés des joueurs de badminton tout en les faisant progresser ? Comment adapter la planification aux imprévus ? Et tout simplement, comment organiser dans le temps à court et moyen terme les contenus d’entraînement pour faire progresser les joueurs ? Autant de questions qui méritent mieux que de botter en touche… Malheureusement, l’acte de planification se résume encore trop souvent à poser les compétitions sur un calendrier. S’il s’agit de la première étape de planification et qu’elle est parfois plus complexe qu’il n’y parait, elle est très loin d’être suffisante.

 

Programmer/planifier un cycle pour un joueur badminton :

 

Micro-cycle, macro-cycle, méso-cycle…Autant de mots qui complexifient une planification et font de celle-ci une véritable « bouillabaisse intellectuelle » (F. Aubert). Le terme de cycle et sa modestie nous suffit amplement. Il définit une période que l’on se donne pour se concentrer sur quelques objectifs. Il est donc indispensable de définir conjointement avec le joueur des objectifs à atteindre sur les plans :
Lorsque l’analyse ci-dessus a été faite, il vous faut déterminer des objectifs pour votre séance. Ceux-ci se basent sur :

 

  • Energétiques.
  • Structurels.
  • Posturaux.
  • Emotionnels.
  • Attentionnels.
  • Tactico-techniques : décisionnels, informationnels, motricité.
  • Hygiène de vie…

 

Sans oublier bien sûr les objectifs de résultat. Pour autant, se fixer des objectifs de résultat sans aborder les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre risque, au final, d’être une expérience bien décevante et frustrante…

Cette liste ci-dessus est exhaustive. A chacun ses besoins et tous ne peuvent être menés de front sur une même séance ou un même cycle ! Une fois les objectifs fixés, il vous faut tracer le chemin pour les atteindre. Chacune de vos séances et de vos cycles seront un pavé de plus placé sur la route qui conduit à l’atteinte de vos objectifs. Chaque cycle ne doit pas avoir plus de 3 objectifs dominants afin d’avoir un réel impact sur ceux-ci. Contrairement aux objectifs de séance, ceux-ci peuvent être en opposition car lors d’un cycle, il sera possible de programmer des intervalles de temps suffisant pour les développer simultanément.

 

Exemple : Il est possible dans un même cycle de combiner un développement de la souplesse (élasticité) avec un travail traumatisant (qui engendre des courbatures) comme le travail excentrique. Ce qui est déconseillé dans la plupart des cas dans une même séance.

 

La durée de vos cycles dépend :

  • De la nature des objectifs fixés.
  • De l’écart entre les capacités du joueur au début du cycle et les capacités à atteindre en fin de cycle.
  • De l’expertise du joueur dans les contenus que vous allez lui proposer (plus l’expertise est importante, plus la marge de progression est faible).
  • Des échéances à court, moyen et long terme.

 

Planifier une saison pour un joueur de badminton

Vous l’avez compris, le cycle se situe entre la programmation et la planification. A cette échelle, il est encore possible de programmer avec une certaine précision, d’anticiper les adaptations que vont provoquer vos sollicitations, de prévoir une petite marge de manœuvre pour s’adapter à l’imprévisible et rester cohérent avec vos objectifs. A l’échelle de la saison, il faut bien l’avouer, notre pouvoir de prédictibilité est très réduit. L’omniscience nous faisant défaut, il va nous falloir tabler pour un principe indispensable en planification : la construction sur le long terme. Hors, celle-ci n’a d’intérêt que si l’on met en place des moyens pour se remettre en question de manière permanente et avec objectivité.

 

La mise en place d’une quantification d’autocorrection nous semble être une manière redoutable de remise en question synonyme d’une progression perpétuelle et d’une précision sans cesse accrue dans la planification. Il ne s’agit ni plus ni moins que de savoir ce que l’on a fait et d’en évaluer l’impact sur la forme, la santé et la performance des joueurs afin d’y apporter des ajustements intelligents.

 

Conclusion

L’entraînement n’est-il pas le temps où l’on propose des contenus visant à provoquer des adaptations chez les joueurs afin de les rendre meilleurs ? Si tel est le cas, n’est-il pas indispensable de connaitre les effets attendus de ces contenus d’entraînements et d’évaluer leurs effets réels sur les joueurs ? C’est cela même l’individualisation. Dans ce postulat, la planification en badminton se pose comme une activité ondulatoire face aux problématiques conjointes de progression et de performance sur les compétitions, et comme une activité adaptative de par la perpétuelle remise en question des connaissances face aux expériences analysées. Rappelons néanmoins que les connaissances sont indispensables pour assurer la cohérence, de la mise en œuvre à l’interprétation. Enfin, se pose la question de planifier la carrière d’un joueur… Est-ce possible ? Est-ce pertinent ? Si le terme de planification est un peu prétentieux à ce niveau d’action, celui de chemins à emprunter est plus adapté. Les chemins de développement des différentes qualités se construisent et n’ont de sens que s’ils ont des objectifs comme points de mire. Chaque qualité, selon les objectifs et les individus doit emprunter un chemin particulier et adapté avec un point de départ cohérent vis-à-vis de la direction que l’on veut donner à notre travail.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo