Les 6 piliers du joueur de badminton

Les 6 piliers du joueur de badminton

Les 6 piliers du joueur de badminton

 

Le badminton est à mes yeux un sport extrêmement complet ! Il demande des qualités physiques, techniques, tactiques très élevées pour performer.

Pour être performant au badminton il faut donc essayer de développer ces trois aspects qui impactent directement notre niveau de jeu ! Mais pas que ! Nous avons tendance à l’oublier mais il existe 3 autres piliers qui influencent indirectement notre performance ! c’est le cas de notre état d’esprit (mental), de notre qualité de sommeil et de nos habitudes alimentaires.

Ces 3 derniers sont, à mon sens, les plus importants pour les raisons que je vais vous exposer ci-dessous mais également afin de pouvoir progresser sereinement, sans blessure et sans user prématurément nos articulations !

Je suis très attentif à cette notion de respect de l’intégrité physique du joueur en raison de mon expérience en tant que joueur et de mes nombreuses blessures aux genoux qui auraient pu, pour la plupart, être évitées avec une meilleure connaissance de ces 3 piliers !

En effet, durant ma carrière, j’ai eu de multiples luxations de rotule, des entorses du genou, des tendinites rotulienne et quadricipitale, sans oublier les tendinites d’épaule, du coude etc… enfin bref, un peu trop de blessures à mon goût pour un corps aussi jeune !

Ce vécu m’a fait prendre conscience que l’aspect externe du terrain était encore plus important que le badminton en lui-même !

 

Aujourd’hui j’ai donc décidé de vous faire un article un peu particulier car je vais vous exposer ma vision du joueur de badminton au travers de ces 6 piliers :

 

–       Pilier n°1 : Nutrition & Hydratation

–       Pilier n°2 : Sommeil & Récupération

–       Pilier n°3 : Etat d’esprit

–       Pilier n°4 : Condition physique

–       Pilier n°5 : Technique & Déplacement

–       Pilier n°6 : Tactique

 

L’hygiène de vie ne fait pas la performance ; Il est vrai qu’il existe des contres exemples mais à quel prix ? Ne vaut-il pas mieux s’assurer d’avoir un corps en « bon état » sur la durée que d’avoir un corps douloureux à 35 – 40 ans ?

Et puis, même sans aller jusque-là, n’est-il pas agréable de jouer simplement au badminton sans aucune douleur ?

 

Il faut voir ces piliers comme une pyramide (voir photo) avec comme fondation la Nutrition & Hydratation. C’est le pilier qui a, pour moi, le plus d’importance pour une raison simple : ce que nous mangeons impacte directement l’ensemble des 6 autres piliers et accentue grandement le risque de blessures et/ou de maladies. Comme vous le savez, pour pouvoir progresser, il faut avant tout avoir une pratique régulière…

La nutrition joue un rôle majeur sur votre sommeil et votre récupération et croyez-moi, il ne s’agit pas de manger un plat de pâtes ou bien une boisson de type « powerade » pour bien récupérer ! Malheureusement, de nombreuses idées reçues sont encore trop présentes dans la nutrition du sportif ! Passez une bonne nuit de sommeil est la clef de la récupération c’est à ce moment-là que notre cerveau évacue les « déchets » liés à notre activité cérébrale et que la régénération cellulaire s’active le mieux… Autant vous dire que sans cela vous risquez d’avoir vos batteries très rapidement à plat ! Sans parler des éventuels risques à long terme…

Le sommeil joue également directement sur notre humeur et stress ainsi que sur notre faculté de concentration. Notre état d’esprit est directement impacté par le pilier 2 et de ce fait vous risquez de perdre en concentration lors de vos séances d’entraînements et de montrer des signes d’énervement et/ou de frustration.

Le pilier Condition physique est volontairement placé avant la partie badminton car ma vision du joueur de badminton « moderne » est avant tout basée sur le fait d’être un « athlète » et je pense qu’il y a aujourd’hui, plus de joueurs qui perdent leur match pour un problème physique que pour un problème technique ou tactique…

 

Ces 4 premiers piliers ne sont pas directement liés au badminton. Certes ils n’auront pas le même impact que la technique ou la tactique le jour J. Néanmoins, il est important de souligner que plus vous monterez en niveau, plus ils auront une incidence directe sur votre performance.  Et bien évidemment, au-delà de l’aspect performance, il influence directement votre santé et votre qualité de vie. Comme vous avez pu comprendre, la santé passe, de mon point de vue, avant le badminton et cela tombe bien car ils sont profondément liés l’un à l’autre !

 

Enfin, l’aspect Technique & Déplacement. Ce pilier est la base de votre badminton. Néanmoins, je ne pense pas qu’il n’existe qu’une seule et unique technique pour performer et/ou prendre du plaisir au badminton. Je pense simplement que certains aspects sont fondamentaux et que d’autres vont dépendre de votre morphologie et de vos qualités physiques. Évidemment, pour éviter certaines blessures, il faut comprendre la biomécanique du corps humain et ainsi éviter certains mouvements et certains placements de pieds. Ils n’auront peut-être, à court terme, aucun impact (si vous avez de la chance) mais à moyen / long terme auront des conséquences néfastes pour vos articulations…

 

La tactique est certainement celui qui influence le plus le résultat du jour J mais pour pouvoir conserver une tactique qui fonctionne, il faut avoir de la lucidité ; Et cette lucidité ne sera présente qu’en ayant des bases solides dans les 5 piliers précédents.

Voici un bref résumé de ma vision du joueur de badminton moderne pour progresser en respectant son intégrité physique.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette vision, je l’ai détaillée en profondeur dans mon guide du badminton progresser en respectant son intégrité physique. Ce guide est un condensé de mes connaissances acquises tout au long de ma carrière de joueur et d’entraîneur, écrit dans un langage le plus compréhensible possible par tous (débutants, confirmés et haut-niveau).

Si vous souhaitez avoir plus d’informations, cliquez sur le lien suivant : Guide du badminton

Bon vendredi !

 

Laurent

 

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...

L’échauffement du badiste

L’échauffement du badiste

L’échauffement du badiste

 

S’il y a bien un aspect qui laisse à désirer pour beaucoup d’entre nous c’est l’échauffement ! Même s’il est répété mainte et mainte fois qu’il faut correctement s’échauffer pour éviter les blessures, il est toujours autant négligé…

Bien souvent nous nous échauffons tranquillement en discutant avec notre partenaire sans trop réfléchir à ce que l’on fait… Aucune attention particulière sur ses appuis ou bien sur sa posture.

Au fur et à mesure des années en tant que joueur puis entraîneur, j’ai compris son importance qui n’est pas simplement le fait d’éviter les blessures ou bien de se préparer à l’effort intense. Je l’ai longuement négligé et croyez-moi, j’en ai payé le prix avec quelques blessures assez graves.

 

L’échauffement a des objectifs multiples. L’objectif premier est de préparer le corps à l’effort et d’ éviter un certain nombres de blessures musculaires, articulaires, tendineuses et dans certains cas, cardiovasculaires.

En tant que badiste, nous devons avoir une attention toute particulière pour nos articulations.

En s’échauffant, nos cartilages gonflent en moyenne de 10% grâce à l’absorption du liquide synovial, qui lui, devient plus liquide grâce à l’augmentation de notre chaleur corporelle. Grâce à cela, le cartilage devient plus élastique et absorbe mieux les chocs à répétitions ! C’est notamment le liquide synovial qui permet de lubrifier nos articulations et éviter ainsi les frottements. Or, si la phase d’échauffement n’est pas correctement effectuée, ce fameux liquide est visqueux et ne joue pas son rôle de lubrifiant.

Ne serait-ce que pour ces deux aspects, vous devriez vous y atteler car comme vous le savez, le  badminton est un sport très contraignant pour les articulations et nous sommes nombreux à en souffrir !

 

Voici à quoi ressemble mon « échauffement type » aujourd’hui :

 

1. Mobilité articulaire :

J’en profite pour mobiliser mes articulations notamment celle des chevilles, genoux, hanche, poignets, épaules et TÊTE.
Après les avoirs mobilisées, je travaille la mobilité de hanche et de ma cheville droite. En effet, à cause des années passées sans travailler ma mobilité articulaire, j’ai développé des raideurs au niveau de l’ouverture de hanche et de ma cheville droite. Idem au niveau des épaules, comme beaucoup de badistes d’ailleurs, qui les ont en rotation vers l’avant. (J’ai réussi avec ce travail de mobilité régulier à les replacer dans leur axe.)

L’aspect mobilité articulaire est la partie la plus négligée voir absente chez les badistes.

 

2. Travail de posture :

Le travail de posture consiste à corriger ma position de bassin sur des squats et mon gainage sur des fentes notamment avec une meilleure utilisation des bras.

 

3. Répétition des gammes :

Ici courses, pas chassés, pas croisés, montées de genoux, talons-fesses. Néanmoins, je me concentre très sérieusement sur la pose des pieds, sur les poussées ainsi que sur la qualité des mouvements.

 

4. Shadow :

J’effectue quelques déplacements afin de prendre mes marques sur le terrain. L’objectif n’est pas d’aller vite mais simplement de se focaliser sur un ou deux détails. (Reprise d’appuis, pose du pied dans l’axe en fente, orientation d’appuis…)

 

 

En tournoi, je ne répète pas cet échauffement avant chaque match. Je le fais en début de journée, 1 heure avant le premier match puis, je m’oriente vers un échauffement beaucoup plus intensif et explosif avant chaque match avec notamment beaucoup de travail de pieds. Attention le but n’est pas de se « cramer » mais d’arriver à 100% de ses moyens dès le début du set.

J’aime également m’isoler afin de me préparer mentalement au match.
(Cela sera de plus en plus vrai si le nouveau scoring des 11 points entre en rigueur).

 

L’échauffement fait partie intégrante de la performance du jour et que ce soit pour l’entraînement ou avant un match, il est primordial d’y prêter une attention toute particulière !

 

N’oubliez pas que l’échauffement n’est pas que physique ! Il est également mental ! Vous devez vous y préparer en effectuant quelques exercices d’imagerie mentale.

 

Enfin, l’avantage d’un bon échauffement se traduira par une meilleure récupération.

Un bon échauffement = moins de lésions = une meilleure récupération

 

 

À la semaine prochaine !

Laurent

 

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...

Booster son badminton avec l’imagerie mentale

Booster son badminton avec l’imagerie mentale

Booster son badminton avec l’imagerie mentale

 

L’imagerie mentale est un domaine bien peu connu et quasi inutilisé dans le monde du badminton français. Pourtant, elle peut tout changer ! Tous les plus grands athlètes l’utilisent quotidiennement et leur témoignage démontre que c’est l’un des aspects qui leur a permis d’avoir ce déclic ; Ce fameux déclic que tant d’athlètes cherchent tout au long de leur carrière sans jamais le trouver.

Pourquoi nous ne l’utilisons pas dans notre sport ? Alors que dans d’autres disciplines comme la gymnastique, le patinage artistique, la danse, le plongeon etc. l’utilisent dès le plus jeune âge.

Enfaite, c’est faux, tout le monde l’utilise naturellement sans s’en rendre compte mais, pour la plupart, de manière négative ! En effet, combien d’entre nous « revivons » nos défaites ? Ou nos blessures ? Sans oublier évidemment, l’auto-dénigration… L’utiliser de cette façon ne vous fera jamais grandir, ni dans votre vie ni dans votre sport. La seule et unique façon de l’utiliser pour progresser est d’utiliser une imagerie mentale positive.

Vous devez préférer vous concentrer sur ce que vous devez accomplir plutôt que ce que vous ne devez pas faire ; Créer et mener votre point plutôt que de se focaliser sur les fautes à ne pas commettre, réaliser ce geste technique correctement au lieu de penser aux défauts de votre geste … Pensez-vous que le gymnaste s’imagine réaliser des mouvements avec une mauvaise réception et/ou des erreurs ou plutôt des mouvements réalisés à la perfection ?

Peu importe votre niveau et vos objectifs, c’est un exercice à la portée de tous et surtout, qui est transposable à toutes les situations que vous pouvez vivre dans votre quotidien (entretien d’embauche, examen, compétition…)

L’imagerie mentale nous permet avant tout de nous créer une meilleure réalité et de traiter les matchs, les tournois, les entraînements dans notre esprit avant de les réaliser réellement. L’idée derrière tout ça est simple : si vous avez déjà traité le problème dans votre tête, nul doute que si l’évènement se passe dans la vie réelle, vous allez pouvoir le gérer avec plus de calme et de efficacité.

 

Pourquoi est-ce efficace ?

 

La raison qui rend l’imagerie mentale si performante est simplement que notre cerveau n’est pas capable de distinguer une situation imaginée d’une situation réelle. Nous activons les mêmes zones dans les deux situations !

Da la même manière que si vous répétez la même tâche tous les jours vous allez l’automatiser. Répéter le même mouvement dans sa tête en ressentant les sensations et émotions que cela pourrait vous procurer sera tout aussi efficace, et votre corps l’automatisera également !

 

Il existe une règle fondamentale des neurosciences d’écrite par Arntz, Chasse & Vicente, 2005 :
« les cellules nerveuses qui sont activées ensembles sont également câblées ensembles. Si vous faites quelque chose une fois, un ensemble de neurones formatera un réseau. Mais si vous ne répétez pas le comportement, cela ne permet pas de « graver » ce réseau dans le cerveau. Quand quelque chose est répété maintes et maintes fois, les cellules nerveuses développent une connexion de plus en plus forte et il devient de plus en plus facile d’activer ce réseau. »

 

Voici en quoi cela peut vous être utile :

 

  • Améliorer votre technique

  • Imaginer vos réussites, vos victoires.

  • Créer un avantage en anticipant les situations et vos réponses et donc développer sa capacité d’adaptation

  • Et la plus importante de toutes, Développer sa concentration

 

 

Comment développer ses compétences en imagerie mentale ?

 

  1. ? Relâchez-vous, fermez les yeux et imaginez-vous votre lieu d’entraînement
  2. ? Imaginez-vous vos sensations, vos émotions quand vous vous retrouvez à l’intérieur
  3. ? Imaginez vos routines, là où vous posez vos affaires, votre échauffement
  4. ? La sensation lorsque vous prenez votre raquette, les premières frappes dans le volant
  5. ? Imaginez vos déplacements sur le terrain en commençant par les plus simples

 

Augmenter la complexité en rajoutant la frappe, la trajectoire du volant, la réponse de votre adversaire au fur et à mesure que votre image deviendra précise.
Il est important d’essayer de ressentir l’ensemble des sens utilisé dans la réalité.

 

Commencez par des séances de 3,4,5 minutes avant l’entrainement ou à un moment au calme sans distraction possible puis, augmenter progressivement pour atteindre des séances de 15 min quotidiennes.

Vous pouvez utiliser l’imagerie mentale aussi bien pour préparer un entrainement en vous focalisant sur le travail que vous souhaitez réaliser ou bien pour préparer une compétition, un match particulier etc. Tout est envisageable.

 

Pour ma part, je n’ai malheureusement jamais utilisé l’imagerie mentale positive durant ma carrière. Ceux qui me connaissent sur un terrain savent à quel point j’ai pu être exécrable envers moi-même, mes partenaires et les arbitres… Cela restera une profonde erreur et perte de temps de n’avoir jamais fait l’effort d’apprendre l’imagerie mentale positive. Mais comme il est d’usage de le dire, il n’est jamais trop tard pour l’utiliser. D’ailleurs, je sors d’une séance .

 

A vous de jouer maintenant !

 

A la semaine prochaine

 

Laurent

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...

Vers l’excellence

Vers l’excellence

Vers l'excellence

Vers l’excellence

 

« Nous voulons non seulement vivre mais aussi vivre pour quelque chose. Pour certains d’entre nous, cela signifie la poursuite de notre potentiel grâce au sport ou la poursuite d’un challenge de performance »

 

Vouloir atteindre l’excellence peut paraître présomptueux pour certains et impossible pour d’autres mais, n’est-ce pas l’objectif de chaque individu que ce soit au travers du badminton, d’un sport, d’un métier, d’une passion, de son couple… chercher à exceller dans un domaine de sa vie est une entreprise formidable et extrêmement formatrice sur la connaissance de soi-même.

 

Être à la recherche de l’excellence n’est clairement pas la chose la plus aisée qui soit, mais, en même temps la plus stimulante de toute.

J’aimerai vous communiquer mon expérience dans ce domaine en vous parlant des deux freins les plus courants vers l’excellence.

 

1. La puissance des paroles

 

Pour ma part, mon objectif ultime au badminton était d’exceller dans ce domaine, de devenir le meilleur joueur ! Comme j’ai pu vous l’expliquer dans l’article « comment atteindre ses objectifs », mon engagement n’était pas en adéquation avec mes objectifs mais pas seulement ; J’ai pendant de longues années eu une confiance sans faille, étant sûr que mes rêves étaient atteignables.  Mais à force d’entendre mon entourage du moment me répéter que mes rêves n’étaient pas réalisables, j’ai commencé par y croire fortement, puis j’ai accepté simplement le fait que je n’avais pas les compétences pour atteindre ce but.

Ce fut évidement un gros échec pour moi, mais cette expérience m’a permis d’en tirer de profondes leçons que je m’efforce, aujourd’hui, d’appliquer au quotidien.

 

Attention, je ne vous dis évidemment pas de vous méfier de votre entourage car ils font parti de votre équilibre et ce sera d’ailleurs le thème d’un des prochains articles que j’écrirais. Mais il faut savoir se préserver des paroles des gens pour garder cette confiance et cette détermination sans faille qui vous anime. En effet, si vous prenez trop de temps à écouter les paroles vous disant que vos objectifs ne sont pas possibles, ne sont pas réalisables, que vous n’êtes pas assez doués pour cela, et bien, vous commencerez à y croire.  Vous perdrez cette flamme qui vous anime et le doute s’installera pour un long moment selon la personnalité de chacun.

À toutes les personnes ayant dans l’entourage des gens qui souhaitent atteindre l’excellence ne faites pas l’erreur de les décourager mais plutôt de les soutenir.

 

2. L’auto-dénigration

 

Combien d’entre nous avons ce genre de pensées négatives ou type de comportements ? « Je suis mauvais », « je n’y arriverais pas », « j’ai fait un match de … » etc. Plus vous vous dénigrerez, plus votre confiance en prendra un coup jusqu’au moment où votre détermination sera au point mort. Tenter plutôt l’inverse, mais ne tomber pas dans l’excès, vous risquez d’être trop présomptueux et vous oublierez les deux choses les plus importantes :

 

Le travail et la remise en question pour un apprentissage continu.

 

Je suis persuadé que de nombreuses personnes se reconnaîtrons dans mon cas, que ce soit au travers du sport ou d’une autre activité.
Je terminerai par vous dire ceci : osez rêver, osez avoir confiance en vous, soyez déterminé, car il n’y rien d’irréalisable !

 

« Tu deviens un leader quand ta voix intérieure est plus grande que toutes les autres »

 

Pour aller plus loin dans la recherche d’excellence, je vous conseille l’ouvrage « En quête d’excellence (In pursuit of excellence) – Gagner dans le sport et dans la vie grâce à l’entraînement mental »

 

PS : À tous les coachs qui fonctionnent par le négatif en permanence, n’oubliez pas que l’athlète a plus besoin d’entendre qu’il va y arriver plutôt que l’inverse. Trop d’athlètes ont perdu leur flamme avec ce type de fonctionnement… la remise en question n’est pas que pour l’athlète mais aussi pour nous. ?

 

A la semaine prochaine !

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...

La confiance en soi en badminton

La confiance en soi en badminton

La confiance en soi en badminton

 

Croyez-vous-en vos rêves ? Êtes-vous sûre de pouvoir atteindre vos objectifs ? Arrivez-vous sur un tournoi en vous disant « je vais gagner » ? Ou, êtes-vous du genre à vous dires que jamais vous ne pourrez battre ces joueurs ?
Être confiant, avoir de la confiance en soi et en ses capacités est certainement plus important que d’avoir une bonne technique ou un bon physique. Nous ne sommes pas tous égaux devant la confiance en soi ; Certains joueurs sont très hésitants, certains sont persuadés de leurs capacités alors que d’autres sont « trop confiants » et passeront pour des personnes arrogantes. Mais dans une logique de perfectionnement et d’apprentissage, vaut-il mieux être hésitant ou trop confiant ? Certainement la seconde proposition, à condition de savoir se remettre en question et analyser ses erreurs.
Durant ma carrière, j’ai connu toutes ces phases mais je n’ai commencé à n’y prêter attention que lorsque je suis devenu entraineur. Malheureusement, en tant que joueur, nous nous n’en rendons pas forcément compte et passons donc à coté de beaucoup de choses…

La confiance en soi est une compétence, non pas innée, mais acquise ; Qui se travaille et se cultive grâce à des exercices quotidiens que je vous détaillerai ci-dessous.
Néanmoins, comme vous devez vous en douter, la confiance est une chose fragile qui peut basculer très rapidement dans un sens comme dans l’autre.
En voici les grands thèmes :

  • Entourage :

En effet, l’entourage est l’aspect extérieur qui influence le plus notre confiance en nous au travers de la famille, du coach et de nos amis. Entendre au quotidien, que nos objectifs ne sont pas réalisables, vous fera perdre toute confiance en vous à terme ! En revanche, être entouré de personnes qui ont une croyance « aveugle » en vous et vos compétences, boostera votre confiance et votre progression !
Votre entourage peut avoir certaines idées reçues ou certaines expériences négatives qui engendreront une barrière limitante pour vous. Faites table rase du passé et ne vous fixez pas de limite !

  • Évènements :

L’évènement peut être scindé en deux sous catégories : l’atmosphère d’une compétition (l’importance de la compétition, le public…) ou bien un fait de jeu interne au match (un coup de chance, une bande, un problème avec l’arbitre…). Ce n’est pas une mince affaire de savoir gérer l’aspect « évènement ». Ceci est tellement vrai, que certains des meilleurs joueurs n’y arrivent pas. A l’image d’un Lee Chong Wei qui aura dominé toute la saison mais qui sera passé à côté des plus grandes compétitions (Jeux Olympiques, Championnats du monde).

  • Soi-même :

Pourquoi ? Parce que nous sommes les premiers à nous auto-dénigrer au quotidien. Peu importe la compétition à laquelle vous participerez, vous verrez toujours des joueurs s’énerver et perdre leurs moyens.

 

Ces 3 catégories font parties de ce que nous appelons les distractions. Plus vous apprendrez à les gérer plus vos performances progresseront.
Pour apprendre à les gérer, il est essentiel de parvenir à placer votre concentration à 100 % sur le bon aspect ! Car s’il y a bien une chose que nous pouvons contrôler à 100 %, c’est notre concentration !

Voici quelques exemples (côté orange) sur lesquels vous pouvez placer votre concentration afin d’éviter la zone de frustration qui aboutit à des émotions négatives :

Plus vous vous concentrerez sur ce que vous contrôlez, plus votre confiance restera optimale. En revanche, si vous commencez à prêter attention à ce que vous ne pouvez pas contrôler, alors vous risquez de perdre en confiance et faire surgir des émotions négatives.

La concentration contrôle nos pensées, nos pensées engendrent nos émotions, nos émotions influencent notre confiance !

 

Booster sa confiance en soi avec la re-programmation de votre cerveau.

Il existe plusieurs façons très efficaces de reprogrammer son cerveau pour booster sa confiance en soi. L’une des plus pertinentes est l’utilisation des affirmations positives. En effet, l’utilisation d’affirmations positives lors de vos entraînements, de vos tournois mais également dans votre quotidien boostera très rapidement votre confiance.
Pour cela rien de plus « simple », il vous suffit de réfléchir, penser et parler de façon positive en utilisant la règle des trois « P » : Personnel, au Présent, Positif.
« Je gagne 5 tournois cette année » ; « Je suis patient et positif » plutôt que « je ne m’énerve plus » …
Nous utilisons les trois P car notre inconscient ne peut recevoir d’ordre que s’ils sont positifs et donnés au présent ! Grâce à ces paramètres, votre cerveau va travailler dessus sans que vous vous n’en rendiez compte.
Plus vous vous efforcerez à avoir cette habitude en l’utilisant quotidiennement, plus vite votre cerveau se reprogrammera et votre confiance prendra la bonne courbe !
Rappelez-vous que pour maintenir sa confiance en soi lors d’un apprentissage continu, il faut vous focaliser sur les bonnes choses dans vos performances, ce que vous faites de bien et comprendre comment vous pouvez encore vous améliorer d’une manière positive et constructive.

Vous savez que votre confiance est inébranlable lorsque votre voix intérieure est plus forte que toutes les voix extérieures.

Croyez en vous et ne doutez pas de vos compétences ?

À la semaine prochaine

Laurent

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

Comment atteindre ses objectifs ? L’état d’esprit à adopter pour progresser

 

« Qui sème une pensée, récolte une action ; qui sème une action récolte une habitude ; qui sème une habitude, récolte un caractère ; qui sème un caractère, récolte un destin. »

Stephen R. Covey

 

Nous nous fixons tous des objectifs à plus ou moins long terme. Ces objectifs sont notre moteur au quotidien. Sans finalité nous ne comprenons pas pourquoi nous nous entrainons, pourquoi nous nous levons le matin…

Malgré cela, seule une poignée d’entre nous arrivera à atteindre ses objectifs. Pourquoi cela ? Pourquoi un athlète devient champion Olympique et pas un autre ? Certains diront qu’ils n’ont pas eu assez de chances. Est-ce dû réellement qu’à la chance ? Ou plutôt à un état d’esprit, une attitude au quotidien ?

 

En tant qu’athlète, mon objectif était de devenir champion Olympique. Ai-je réellement tout mis en oeuvre pour le devenir ? Hier, je vous aurais répondu que oui, mais que les entraineurs n’étaient pas assez bons, que je n’avais pas de chance, que mes partenaires n’étaient pas à la hauteur et blablabla. J’ai quitté l’INSEP avec une grande aigreur vis-à-vis de ce milieu qui, à mon sens, ne m’avait pas donné ce dont j’avais besoin pour atteindre mes objectifs. Mon attitude n’était pas la bonne. Je donnais systématiquement des excuses à mes échecs plutôt que d’en comprendre les causes. Mes croyances me limitaient et m’imposaient des barrières qui semblaient infranchissables.

Aujourd’hui, je sais que je suis le seul responsable de cet échec. L’état d’esprit que j’arborais en dehors et sur le terrain n’a jamais été à la hauteur d’un athlète de haut niveau. J’avais un état d’esprit que l’on peut qualifier de « fixe » (Cf Carol S. Dweck, Professeur à l’université Stanford), un certain talent et une dose de chance m’ont permis d’atteindre l’Equipe de France mais ce n’était pas suffisant pour mes vrais objectifs.

Mon ambition était pourtant bien réelle mais mon implication ne l’était pas assez.

Cet échec fait partie de moi. J’ai mis quelques années à rebondir et à sortir de ce cet état d’esprit « fixe », à m’extirper de ce cercle vicieux. Aujourd’hui c’est cet échec qui me fait avancer dans la vie car j’ai su le transformer en « opportunité ».

Il me donne l’envie de me dépasser au quotidien pour mes proches, pour mes différents projets professionnels, pour aider « mes joueurs » à atteindre leur plein potentiel en ayant le bon état d’esprit, l’état d’esprit « de développement »

Avoir un état d’esprit « de développement » (Cf Carol S. Dweck, Professeur à l’université Stanford) n’est pas inné, c’est une compétence qui se travail quotidiennement ; Jusqu’au jour où vous l’incarnerait complètement.

 

Voici comment le travailler au quotidien.

 
1. Suppression ; est-ce utile ?

Afin d’incarner cet état d’esprit de « développement », il faut commencer par comprendre que nous faisons de nombreuses choses inutiles au quotidien qui nous coûtent de l’énergie.

Vous devez analyser vos actions, vos entrainements et déterminer si cela est pertinent pour vos objectifs.

Concentrez-vous sur ce qui fonctionne et développez-le.

 

2. Action

La vie est faite d’actions ! Nous le savons, mais pourtant, nous avons tous en nous un penchant plus ou moins développé pour la « procrastination ». Si vous devez travailler votre shadow ou votre service pour passer un palier, faites le sans attendre. Chaque action devient une habitude à terme.

Ne vous cherchez plus d’excuses pour agir.

Si la procrastination est un réel problème chez vous, je vous conseille cette lecture :

3. Remise en question

Nous entendons tous autour de nous « il ne se remet jamais en question », mais combien d’entre nous se remettent réellement en question ? Je ne vous parle pas de se remettre en question lors d’une grave erreur mais de se remettre en question au quotidien tel que : « comment puis-je améliorer ma posture », ou bien au badminton « mon amorti est bon mais comment puis-je encore l’améliorer ? », « mon échauffement est-il suffisamment pertinent pour ma séance ? » etc.

C’est cette logique de développement perpétuel, d’amélioration au quotidien que nous devons tous tenter d’incarner.

 

4. Changement

Nos habitudes actuelles sont celles qui nous brident pour la plupart d’entre nous. Concevoir et accepter qu’il nous faille changer celles-ci pour s’améliorer est très complexe et demande du courage. C’est en revanche nécessaire si l’on souhaite continuer d’avancer, pour un jour, atteindre son « plein potentiel »

 

5. L’énergie

J’entends très souvent des joueurs dire « je me suis pas donné à 100% aujourd’hui » ou bien « j’ai géré ». L’énergie et l’implication que nous mettons dans nos actions sont essentielles ! Cela nous impact directement ainsi que nos proches.

Ex : une personne « molle » à l’entrainement ne donne pas envie de s’entrainer avec elle alors qu’une personne pleine d’énergie se donnant à 100% nous donne envie d’être avec elle.

 

Rappelez-vous d’une chose, un échec devient un échec que si vous n’en tirez aucune leçon !

Assumez vos objectifs, donnez-vous les moyens avec toute l’énergie nécessaire pour les atteindre, tout est possible, il faut juste osez le faire !

 

« Nous savons ce que nous sommes, mais pas ce que nous pouvons faire »

Shakespear

 

A vous de jouer !

Bon vendredi

Laurent

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°15

Dossier Bad n°15

Des champions à n’importe quel prix ? La dimension de l’entraînement Tout d’abord, il est incontestable que les résultats à l’international du badminton français ont progressé ces trois dernières années et à commencer chez les jeunes. Cela étant dit, les résultats et...

Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit  Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités...

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratique

Donner du sens à sa pratiqueBeaucoup de personnes estiment que la progression n’est envisageable qu’avec un volume d’entraînement … Si au lieu de passer des heures à suer sur le terrain, il y en avait certaines qui comptaient plus que d’autres ? Par exemple celles où...