L’environnement pour la performance

L’environnement pour la performance

Comment anticiper au badminton ?

L’environnement pour la performance

L’environnement est-il la clé de la réussite sportive ? L’environnement est bien souvent mis de côté lorsque l’on parle de performance sportive. Toutefois cela semble être une erreur tant nous savons l’impact positif ou négatif qu’il a sur celle-ci…

L’environnement englobe de très nombreux éléments qui me semblent important de clarifier.

Attention ici, je ne parlerais pas de l’environnement interne du joueur qui a une part plus qu’importante dans la performance !

 

 

L’environnement familial et social

Notre cercle familial, nos liens sociaux sont bien souvent le socle de notre stabilité émotionnelle. Sans cette dernière, il est très difficile d’envisager des performances, que ce soit dans notre capacité à nous entrainer, ou à obtenir les résultats souhaités en compétition…

Revenons au commencement, sur l’impact de l’environnement familial dans le développement de nos capacités motrices, physiques, cognitives qui n’est plus à prouver. Aujourd’hui il y a des différences notables dès 3 ans dans ces domaines alors qu’il en est autrement avant cet âge non… Nous revenons à la question : qu’est ce qui appartient au domaine de l’acquis ou à celui de l’innée ?

Je fais partie des personnes qui sont intimement persuadée que nos compétences, sont du domaine de l’acquis. L’innée n’a, à mon sens qu’un impact négligeable sur le développement de nos compétences et qu’on se réfugie derrière ça pour se justifier… je ne parle évidemment pas de pathologies / maladies héréditaires / malformation ou bien tout ce qui est lié à notre anatomie, qui ont pour le coup, un impact significatif.

L’environnement que nous créons autour de nous, de nos enfants est l’une des clés de la réussite !

Je ne compte pas vous expliquer comment créer un environnement familial et social propice à votre performance car nous sommes tous différents.

La seule chose que je vous conseille de faire, est de vous questionner sur l’état de cet environnement et la place qu’il prend dans votre développement et votre performance.

 

 

Pensez-vous qu’il soit un frein ou plutôt l’inverse, un boost ?

Tu peux commencer par creuser ton système de valeur. Quelles sont tes valeurs hautes, basses ? Est-ce que tu « nourris » plutôt les basses, plutôt les hautes ? Est-ce que tu nourris plutôt les valeurs de tes proches ?

(Je prendrais le temps d’écrire un article sur notre système de valeur et comment il peut nous servir ou nous desservir)

Questionnez-vous et soyez honnête…

 

L’environnement d’entraînement.

 

Si nous parlons d’entrainement et de progression, il y a globalement plusieurs courants. Le plus répandu en France est celui qui approche le badminton par l’aspect Technique.

Cette approche n’est pas celle que je défends, elle est de mon point de vue trop restreinte et elle oublie deux éléments fondamentaux ! Tout d’abord, chaque être humain est différent et bouge différemment. De ce fait, il apparait impossible d’enseigner une même technique à chacun. Ensuite, notre sport est un sport d’opposition et de contexte… apprendre sans contexte ni sens du jeu est selon moi une perte de temps notable. A titre d’exemple l’enseignement du shadow (déplacement) où l’on demande aux joueurs de se replacer au centre du terrain après chaque déplacement comme s’il n’y avait pas d’enchainement de frappe ??…

Le second courant est plutôt une approche physique du badminton. Certains pensent qu’il faut systématiquement avoir un impact physique à l’entrainement… j’ai moi-même été de ce côté en tant que joueur où je n’envisageais pas de sortir d’un entrainement sans être fatigué physiquement…

Le badminton est un sport très physique, je ne peux le nier, et sans une base minimum il sera très compliqué de performer voire de prendre du plaisir pour certains. Il est donc important de développer un corps qui sera capable de répondre aux différents besoins du badminton (endurance cardio-vasculaire, Force, puissance, vitesse…)

Cette approche n’est pas très développée en France certainement en raison des contenus de Formation et notre histoire qui se sont orientées vers l’approche techniciste.

Le troisième courant est l’approche tactique. Elle est certainement la plus proche de la réalité d’un match. Toutefois, comme les deux autres, si nous rentrons trop dans l’excès cela devient néfaste pour la progression du joueur. La victoire en badminton est le but ultime et pour l’atteindre, nous avons besoin de différentes armes techniques, physiques, mentales, stratagèmes pour servir nos tactiques…

Aujourd’hui je suis persuadé qu’il nous faut rentrer dans une aire d’approche « contextuelle » !

Nous sommes trop nombreux à juger un joueur sur sa technique, son déplacement, ou ce qu’on appelle le talent ? Mais à quel titre pouvons-nous juger de cela, notre expertise ? nos prismes ?

L’histoire des sports montrent que la technique qu’on estimait parfaite évolue avec l’arrivée d’individu qu’on classe « hors norme ». Mais sont-ils simplement hors norme ou simplement ont-ils eu le courage de croire en eux et en leur qualité en proposant quelque chose de différent de la « norme ».

Nous aimons mettre les joueurs dans des cases, notre système fonctionne comme cela mais, je suis intimement persuadé que nous avons tout à gagner à fonctionner différemment en proposant une approche qui se veut contextuelle plutôt que technique.

Gardez en tête que le badminton n’est pas un sport de répétitions… nous n’exécutons jamais deux fois le même geste de la même manière. Si cela vous intéresse d’aller plus loin, je vous laisse prendre connaissance des travaux de Nikolai Berstein sur « le concept de répétition sans répétition »

J’espère que cet article vous poussera à regarder le badminton dans son ensemble et non pas de manière segmentaire…

 

« Les principes d’entrainement répondent à une logique globale et ne doivent pas être appréhender de façon isolée » Bompa

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo
Découvre nos guides pour progresser rapidement !

Clubs VS structures fédérales

Clubs VS structures fédérales

Clubs VS structures fédérales

Clubs VS structures fédérales

 

« Il n’existe pas qu’un chemin vers le haut niveau mais plusieurs, seul l’intérêt du joueur doit être considéré. »

 

Notre cher sport se développe de plus en plus sur notre territoire grâce au travail exceptionnel de l’ensemble des acteurs. Nous sommes aujourd’hui la deuxième fédération européenne en matière de licenciés dépassant de loin le Danemark. Malgré cela, nous peinons à exister sur la scène internationale chez les seniors. Quelles sont les raisons de cela ? Est-ce un problème d’investissement des joueurs ? De qualités intrinsèques des joueurs pour le badminton ? De formation / entraînements ? Ou bien de qualité de structure ?

Pour avoir été un pur produit de la structure fédérale, j’en connais parfaitement ses qualités et ses défauts.
De ma génération, les CREPS et L’INSEP faisaient rêver. Aujourd’hui la tendance semble s’être inversée. Les meilleurs joueurs ne souhaitent plus vouloir quitter leur structure d’entrainement « Club » pour la structure fédérale estimant que cela affectera soit leur niveau de jeu soit leur équilibre.

 

La structure fédérale tente d’attirer les joueurs à juste titre, avec les arguments suivants :

1. La qualité d’entraînement (joueurs et entraineurs)

2. L’opposition

3. Le volume d’entraînement supérieur aux clubs

 

Néanmoins, 3 aspects essentiels doivent être abordés pour la performance du joueur autre que l’aspect purement sportif.

 

1. L’entourage du joueur :

Nous avons tendance à oublier qu’un joueur a besoin de stabilité « mentale » pour performer or, quitter son habitat, ses repères, sa famille sont autant d’éléments à ne pas oublier pour le bien-être du joueur.

 

2. L’aspect scolaire :

En France, la notion de double projet est obligatoire dans n’importe quelle structure de haut niveau jusqu’au Bac. Bien que cela soit logique, en structure, la majorité des joueurs ont tendance à manquer de sérieux sur le plan scolaire car cela demande une réelle autonomie et maturité que les joueurs / enfants n’ont pas encore acquis.

 

3. Le coach :

Au badminton nous avons tendance à imposer l’entraineur aux joueurs. Or j’aime à penser que l’inverse serait plus pertinent pour l’évolution du joueur. La confiance joueur/entraineur est bien plus importante que l’aspect « compétence » de l’entraineur. Il est toujours plus simple de s’entrainer avec une personne en qui nous avons confiance. Celle-ci met des années à se construire et tant qu’elle perdure, pourquoi changer ?

C’est le constat des meilleurs judokas français qui, dernièrement, ont fait grève pour impliquer davantage leur coach de club dans leur performance.

 

Aujourd’hui, nous voyons certains clubs émerger avec une structuration et un projet fort autour de leurs joueurs ; Et les résultats sont impressionnants ! C’est le cas du club de Fos-sur-mer qui, avec Toma Popov en tant que coach, a su former ses deux enfants, Christo (Champion d’Europe U17 en double homme et ¼ de finale au championnat du monde juniors en simple homme à 15 ans) et Toma Junior Popov (triple champion d’Europe juniors) à des niveaux jamais atteints par des Français par le passé.

C’est également le cas du club du RedStar Mulhouse avec Arnaud Merkle, vice-champion d’Europe junior avec 2 ans de moins que son compatriote (Toma Junior).
Ces deux structures « privées » montrent une réelle expertise en matière de formation vers le haut niveau de par leurs résultats.

Le cas de Brice Leverdez est également à souligner, avec une émancipation du système depuis quelques années, a préféré maintenir sa confiance envers son coach, Bertrand Gallet, qui l’a amené à son meilleur niveau.

Il est donc tout à fait possible d’exister en tant qu’athlète de haut niveau sans entrer dans la structure fédérale.
Ne serait-il pas intéressant de prendre exemple sur la structuration de ces deux clubs dans le cadre d’un accès vers le haut niveau ?
Il me semble essentiel pour le badminton français de haut niveau que de plus en plus de structures
« privées » voient le jour.

Loin de moi l’idée de dénigrer le travail réalisé par les structures fédérales car certains joueurs internes obtiennent des résultats.
Je souligne simplement le fait que la structure n’est pas faite pour chacun et que selon sa personnalité et son style de jeu, le joueur y trouvera ses marques ou non.
Il me semble donc important de créer une concurrence forte entre structure « privée » et fédérale afin d’accompagner l’ensemble des « potentiels français » vers le haut niveau.
La finalité sera une remise en question permanente de la part des acteurs et sera plus que bénéfique pour nos joueurs.

Il n’existe pas qu’un chemin vers le haut niveau mais plusieurs, seul l’intérêt du joueur doit être considéré.
Il nous faut donc structurer nos différents clubs pour créer une concurrence forte et saine entre nos instances (fédération / ligues / Codeps / clubs) à l’image des sports professionnels.

La concurrence amène le dépassement de chacun, j’en suis convaincu. 

 

Bon vendredi

 

A+ les badistes

 

Laurent

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
21 VS 11 points ?

21 VS 11 points ?

21 VS 11 points, pour ou contre ?Aujourd’hui nous risquons de changer de scoring prochainement si la BWF le valide comme la rumeur nous laisse l’entendre.A l’heure où j’écris ces lignes, de nombreuses personnes témoignent de leur désaccord sur le sujet. Je ne vous...