Dossier Bad n°14

Dossier Bad n°14

Dossier bad n14

La communication entraîneur-joueur lors d’une compétition de badminton : vers un nouvel état d’esprit 

Le sujet de ce Dossier BAD, relatif à la psychologie ergonomique dans le domaine du sport, peut surprendre lorsqu’on le compare aux autres thèmes qui ont été traités jusqu’alors. Il s’agit ici d’un sujet que j’ai investigué lors de mon parcours STAPS et de mon Master Sport, Expertise et Performance de Haut-Niveau, puis que j’ai revisité dernièrement pour mener à bien ce Dossier BAD.

La communication est un outil crucial en sport et notamment en badminton. Pourtant, la manière de communiquer au briefing, au cours du coaching et au débriefing repose sur peu de connaissances, et rares sont les dyades (joueur-entraîneur) ayant co-construit leur communication. En effet, les habiletés en matière de communication, par exemple l’aptitude à gérer les conflits, vont peut-être de soi pour les entraîneurs et les joueurs, mais il est indéniable que ces processus sont essentiels au succès de n’importe quelle relation entraîneur-joueur. Communiquer au coaching notamment, va au-delà de transmettre des informations avec éloquence et d’une manière organisée. Les données reçues ne sont pas forcément des données reçues se traduisant ensuite par des actes (Cox, 2012). Coacher va bien au-delà de remédier à des techniques ou à des intentions tactiques. Les interventions basées sur des preuves empiriques sont absolument nécessaires (Jowett, Lavallée, 2008). L’expertise en matière de communication est aussi importante pour le succès d’une relation entraîneur-joueur et le bien-être des protagonistes que le savoir-faire technique et les connaissances de l’entraîneur. La communication est donc l’outil de développement de la relation entraîneur-joueur. Si l’intervention du coach en match peut aider les athlètes à donner le meilleur d’eux-mêmes, celle-ci peut parfois bloquer leurs prestations (Sordello, 2004). Le joueur et l’entraîneur cherchent à communiquer afin d’avoir un avantage par rapport à leur adversaire… Plus facile à dire qu’à faire.

La communication doit être co-construite :

L’entraîneur et le joueur lorsqu’ils communiquent, sont plus ou moins « sur la même longueur d’onde ». On parle alors de convergence. Trois types de convergences entre les cours d’actions individuelles de l’athlète et de l’entraîneur ont été identifiés (Arripe-Longueville, 2002) :

  • Une convergence immédiate observée dans les séquences où l’engagement de l’entraîneur et de l’athlète porte d’emblée sur un même élément de la situation.
  • Une convergence construite après négociation (par exemple l’analyse d’une contre-performance).
  • Une convergence illusoire caractérisée par des non-dits et un accord apparent cachant des interprétations différenciées de la situation.

L’activité du joueur consiste en une alternance entre autonomie (recherche individuelle de solutions) et coopération (recherche d’aide auprès de l’entraîneur), mais aussi par la conservation d’un espace de non-dits. La coordination entre les messages transmis de l’entraîneur et de l’athlète et leurs interprétations respectives n’est pas donnée a priori mais relève d’une co-construction. Cette coordination nécessite donc une compréhension intersubjective. L’intersubjectivité étant l’idée que les hommes sont des sujets pensants capables de prendre en considération la pensée d’autrui dans leur jugement propre. L’entraîneur devrait donc prendre en considération ce que pense l’athlète afin de fonder son propre jugement et ainsi coordonner les messages et leurs interprétations. Réciproquement, l’athlète devrait faire de même. Bien évidemment, cela ne va pas de soi, de la même manière qu’un débutant ne réalise pas d’emblée un spin sur la bande du filet. La co-construction de la communication entraîneur-joueur relève d’une expertise forgée par l’entraînement.

Quelle est l’activité de l’entraîneur ?

Au cours du coaching, l’activité de l’entraîneur consisterait à créer chez l’athlète les conditions de réceptivité, à analyser le rapport de force, à délivrer des consignes adaptées au joueur et à la situation, et à motiver le joueur (Legrain, Arripe-Longueville, 1999). De plus, dans certaines disciplines comme le badminton, le joueur n’est pas toujours dans un état propice pour communiquer efficacement (FC élevée, fatigue mentale, musculaire, contexte…). Cela peut poser un problème de réceptivité chez le joueur mais aussi d’émission de message. Le temps et l’énergie consacrés à l’attention vis-à-vis des consignes n’est pas consacré à la récupération. Cette dernière est plus efficace si le joueur se focalise dessus. L’entraîneur doit donc veiller à ce que le joueur soit en état de recevoir des messages mais aussi de bien récupérer. De plus, la communication en compétition est le plus souvent unidirectionnelle, c’est-à-dire allant de l’entraîneur vers le joueur. En effet, le joueur aurait beaucoup plus accès à la cognition de l’entraîneur que l’entraîneur n’aurait accès à celle du joueur. Cela suggère que le joueur et l’entraîneur apparaissent comme une équipe « asymétrique ». L’entraîneur donnerait d’avantage d’informations au joueur que le joueur n’en donnerait à l’entraîneur. Les feedbacks de l’entraîneur liés aux causes possibles du comportement du joueur permettent à ce dernier de mieux comprendre les raisons d’un évènement particulier et d’envisager des éléments pour y remédier. Or, comme l’ont montré Lorimer et Jowett (2010), des feedbacks précis du joueur amélioreraient probablement leur compréhension conjointe des situations. L’entraîneur devrait également tenir compte de l’état émotionnel du joueur vis-à-vis du contexte du match et de la compétition (le score, l’arbitrage, le public…) pour adapter ses interventions de manière pertinente.

Les stratégies de communication :

Les stratégies de communication joueur-joueur ont été étudiées en tennis (Lausic et al, 2009) où 50% des communications seraient émotionnelles et 25% seraient des états en fonction des actions. Ces deux types de communications seraient significatifs d’une communication efficace. En revanche, les communications focalisées sur l’exécution (par exemple : « frappe le volant plus tôt ») seraient significatives d’une communication peu efficace. D’autre part, les dyades gagnantes exprimeraient deux fois plus de messages que les dyades perdantes. Les dyades gagnantes utiliseraient plus la communication non-verbale même si celle-ci a été peu quantifiée. Les dyades gagnantes auraient également un modèle de communication plus homogène que les dyades perdantes, ce qui leur permettrait de mieux se comprendre et d’interpréter les messages. De plus, les dyades gagnantes planifieraient plus l’action future que les dyades perdantes ce qui leur permettrait notamment de mieux gérer les conditions de jeu (courant d’air, type de volant, nervosité de l’un des adversaires etc…).

Conclusion

L’expertise en communication est une habileté commune à tous les acteurs de la performance dans le domaine du sport. Mais tous n’ont pas forcément investigué ce champ de connaissances. Pourtant, cette expertise est d’autant plus importante en badminton qu’elle est autorisée en compétition et même au cours du match. S’Il apparait évident de travailler à l’entraînement la communication joueur-joueur dans une paire de double, Il devrait en être de même pour la communication entraîneur-joueur. De plus, Il n’y a pas un bon coach pour les joueurs de badminton mais un bon coach pour un joueur de badminton. L’entraîneur devrait donc s’entraîner à adapter ses manières de communiquer en fonction de ses joueurs et des situations. De même, l’expertise du joueur en matière de communication doit être travaillée aussi bien que celle de l’entraîneur. Si dans tous les domaines, le joueur doit être acteur de sa performance et de son entraînement, cela est encore plus vrai en matière de communication. Le titre de ce Dossier BAD aurait donc dû être : la communication entraîneur-joueur et joueur-entraîneur en compétition. Vous l’aurez compris, le principe fondamental reste, à mon sens, l’individualisation dans tous les domaines : coaching, préparation physique, entraînement,… d’autant plus lorsqu’on recherche la performance du joueur dans le respect de son intégrité physique et psychologique.

Bon entraînement intelligent à tous !

 

Maxime Michel
DESJEPS Badminton
Préparateur physique

Philippe Michel
Professeur Agrégé EPS

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES LA TOUSSAINT

Stage badminton la toussaint

STAGE JEUNES ET ADULTES D’ÉTÉ

 

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

 

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

 

stage indo

Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison !

Continuer sa progression à la maison

Continuer sa progression à la maison

Aujourd’hui, le monde du sport est à l’arrêt avec la crise du COVID-19 et naturellement le badminton en fait partie… Le confinement fait qu’il faut trouver des alternatives pour continuer notre entrainement et ne pas tomber dans le piège de notre canapé et de Netflix ! Oui, je sais, il est difficile de s’autodiscipliner pour faire du sport à la maison d’autant plus pour faire des exercices qui ne ressemblent pas vraiment à du badminton ! C’est vrai que c’est quand même plus cool de jouer au badminton que de faire des squats ou des fentes dans son appartement… Néanmoins nous sommes parties pour encore quelques semaines de confinement et est-il mieux d’attendre la réouverture des gymnases ou, est-il mieux de trouver des solutions pour continuer sa progression pour être au top à la réouverture ? Je pense que la deuxième solution est la mieux ? !

De mon côté, depuis le début du confinement, il n’y a pas un seul jour où je ne me suis pas entrainé… alors oui j’ai la chance d’avoir beaucoup de matériel (je me suis construit une petite salle de musculation?) néanmoins, je ne fais pas que ça ! C’est surtout l’occasion pour moi de travailler mes points faibles, la souplesse et la mobilité articulaire, corriger mes problèmes de postures et pour cela rien de mieux qu’une petite séance de Yoga ou de mobilité !
Dans cet article, je vous donne plusieurs exercices pour continuer votre progression au niveau physique, technique ou mental tout au long du confinement !

 

Travailler son physique :

S’il y a bien une chose que nous pouvons faire sans gymnase, c’est de travailler son physique. Le badminton n’est pas que technique ou tactique … Sans physique, votre technique va perdre en efficience et votre lucidité va grandement chuter…
Pour se renforcer physiquement pour le badminton, plusieurs choix s’offrent à vous.

• Travailler sa capacité aérobie : c’est ce qui va vous permettre de récupérer au mieux et d’enchainer vos matchs et les jours de compétition. Pour cela, il suffit juste d’aller faire un footing d’au minimum 30 min à une vitesse où vous n’êtes pas essoufflé.
Mais restez proche de chez vous.

• Travailler sa puissance maximale aérobie (PMA) : c’est ce qui va vous permettre de récupérer entre les points et de pouvoir les enchainer facilement. Pour cela, un travail de type intermittent est nécessaire. 30sec / 30sec ; 20sec /20sec …
Il est important de faire plusieurs blocs de travail avec 2 à 3min de repos entre chaque bloc. La phase de travail doit se faire à une vitesse très soutenue. L’objectif est d’aller chercher la fatigue
Ex : Bloc 1 : 30’’ de travail 30’’ de repos X8 ; Bloc 2 : 20’’ de travail 20’’ de repos X12 ; Bloc 3 : 10’’ de travail 10’’ de repos X16

• Se renforcer musculairement : Si vous développez votre cardio sans développer vos muscles, il y a de fortes chances que vos jambes lâchent avant le reste…
Vous pouvez opter pour de la musculation avec notamment des exercices de squats, de soulevés de terre et de fentes.
Vous pouvez également opter pour du HIIT qui va vous permettre de travailler à la fois votre cardio et vous renforcer musculairement.
ex : : alterner toutes les 20’’ : Squats, fentes, squats sautés, fentes sautées puis 20’’ de repos. À faire 4 à 6 fois selon votre résistance

• Travailler son équilibre : L’une des principales qualités d’un badiste est qu’il doit frapper le volant en étant bien équilibré et gainé pour avoir un transfert de force optimal. Vous pouvez opter pour un travail régulier de proprioception et de gainage.

Travail de proprioception :
Avant la réalisation des exercices, pensez à bien stabiliser la position. Il est important de ne pas chercher à aller trop vite.

Exercices n°1 : 4 fois 30’’ de travail en alternant chaque jambe
Exercices n°2 : 4 fois 5 réceptions sur chaque jambe avec 30’’ de repos entre les séries.

Travail de gainage :
Le travail de gainage est essentiel pour les badistes et malheureusement trop peu de personnes l’exécute correctement Il n’est pas rare de voir des dos creusés, des fesses trop hautes, des bras mal positionnés…
Pour un travail de qualité, vous devez avoir les focus suivants :
– Le bassin en rétroversion (pour cela contractez les fesses et essayez de rapprocher votre bassin de votre sternum).
– Contractez les abdominaux en les rentrants
– Contractez son périnée (on le contracte en se retenant d’uriner)
Exercice n°1 : Planche bras tendu : Tabata = 20’’ de travail 10’’ de repos 8 fois
Exercice n°2 : Hollow statique : Tabata

Travailler sa souplesse et sa mobilité articulaire :

Travailler sa qualité de souplesse et sa mobilité articulaire est primordiale au badminton pour au moins 2 raisons.
• Avoir la possibilité de jouer le volant dans des positions extrêmes
• Éviter un certain nombre de blessures.
Les articulations à cibler en priorité au badminton sont les chevilles, la hanche et les épaules. Bien évidemment si vous avez le temps de travailler l’ensemble de votre corps n’hésitez pas à le faire.
Pour travailler votre mobilité vous avez deux choix, soit avant la séance de manière plus dynamique, soit en tant que séance où vous prendrez plus votre temps et où vous rajouterez des assouplissements.

Voici quelques exercices de mobilité à effectuer régulièrement :

Travailler sa technique :

Oui vous pouvez travailler votre technique sans être sur un terrain. Je pense qu’il est important de le faire. Cela vous fera gagner un temps précieux !

• Travailler devant un miroir : ce n’est pas pour rien qu’il y des miroirs en salle de danse ou de musculation. Même si la dérive de certaines personnes en musculation est assez drôle, au départ, c’est pour regarder ses postures et respecter sa biomécanique.
Vous pouvez pratiquer vos gestes de badminton devant un miroir également ! cela vous permettra d’avoir un regard objectif et de ne pas vous fier qu’à vos sensations. Qui sont d’ailleurs, bien souvent éloignées de la réalité.

• Travailler en imagerie mentale : Notre cerveau est très puissant et l’avantage c’est qu’il n’arrive pas à dissocier la réalité de l’imaginaire. Pour lui, il considère cela comme une expérience dans les deux cas. Je vous invite donc à vous imaginer dans une séance de badminton en train de travailler votre technique !
L’imagerie mentale peut-être un formidable accélérateur de votre progression. Il a été prouvé lors d’une étude de basket-ball que les joueurs s’étant entrainés réellement et ceux qui n’avaient que fait de l’imagerie mentale avaient progressé tous autant les uns que les autres !
Néanmoins, pour que l’imagerie mentale fonctionne, vous devez essayer d’avoir une image la plus précise possible, vous ne devez pas juste exécuter votre geste, mais également ressentir les sensations, la frappe du volant, le son … plus votre image sera précise sur tous vos sens, plus votre cerveau la considérera comme réelle !

Plus de détails dans cet article sur l’imagerie mentale. https://www.fuzions-sport.com/articles/booster-son-badminton-avec-limagerie-mentale/

 

Travailler son analyse vidéo :

Si vous avez le choix entre une série et un match de badminton lequel choisissez-vous ? J’espère que c’est le match de badminton ! Si ce n’est pas le cas, essayez tout de même d’en regarder quelques un sur YouTube ! Cela ne pourra que vous faire progresser ! Attention néanmoins, vous devez le regarder en vous focalisant sur les points suivants :
– Où la personne sert, et où elle oriente ses appuis
– Où la personne retourne et où elle oriente ses appuis
– Les trajectoires, plutôt droites ou plutôt croisées ?
– La position du joueur en défense (orientation des appuis)

Si vous n’êtes pas encore familié avec le fait de regarder un match pour apprendre et non pas pour le plaisir, cela risque de vous demander beaucoup d’effort… Je vous conseille de prendre un petit cahier et de noter les différents éléments !
Bien évidement vous regardez qu’un seul joueur ou qu’une seule paire !
Plus de détails sur l’analyse vidéo sur ce lien : https://www.fuzions-sport.com/articles/3-bonnes-raisons-dutiliser-lanalyse-video/
 

Travailler ses croyances :

Il existe plusieurs types de croyances, les positives (celles qui nous font avancer), les négatives (celles qui nous ralentissent voir nous font reculer…)
Nos choix de vie sont dictés en fonction de nos croyances.
Le problème des croyances c’est que notre cerveau ne va pas pouvoir s’empêcher de nous prouver que nous avons raison de croire cela. Il va donc chercher des exemples autour de nous pour justifier nos échecs ou nos réussites.
Dans un monde idéal, il ne faudrait avoir que des croyances positives mais malheureusement, notre société nous à forger avec des croyances négatives… Cependant, heureusement pour nous, il est possible de les modifier !
Nos croyances négatives sont plus ou moins ancrées en nous et il est important de travailler dessus afin qu’elles soient remises en cause et remplacer par des croyances positives qui nous font avancer !
Si vous souhaitez modifier l’une de vos croyances vous devez associer de la douleur à celle-ci mais aussi la remplacer par un substitut, généralement son antithèse.
Ex : Mon adversaire mène 20 – 15 au troisième set. « C’est terminé j’ai perdu, je ne peux pas remonter ». Avec une croyance comme celle-ci, il y a de forte chance qu’effectivement vous allez perdre. Son antithèse serait « j’ai les qualités et compétences pour remonter cet écart de points, je vais y arriver et gagner ! »
Je suis persuadé que beaucoup d’entre nous pensent avoir perdu à 20 – 15 or, de nombreux exemples dans les gymnases nous prouvent l’inverse…
N’oubliez pas que par définition une croyance ne peut pas être vraie ou fausse.
Pour en savoir un peu plus sur nos croyances limitantes, vous pouvez consulter ce lien : https://www.fuzions-sport.com/articles-badminton/nos-pensees-limitantes-comment-stopper-sa-progression/

A vous de jouer maintenant !

A bientôt

Laurent

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°17

Dossier Bad n°17

L’alimentation du badiste Des graisses pour s’affûter Dans notre société actuelle, l’alimentation prend une place de plus en plus importante dans les débats. La montée de l’obésité, du diabète et de nombreuses maladies auto-immunes (sclérose en plaques…), d’encrassage...

Dossier bad n°16

Dossier bad n°16

 L’alimentation du joueur de badminton Santé et performance  La recherche de performance est une démarche toujours plus précise et pointue. La performance en badminton ne fait pas exception. On voit les trajectoires des volants évoluer ainsi que les choix des méthodes...

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

Nos pensées limitantes _ Comment stopper sa progression _

Nos pensées limitantes : comment stopper sa progression ?

 

Je suis persuadé que vous souhaitez tous continuer de progresser… que vous soyez débutant, sportif de haut niveau, compétiteur ou loisir… Si vous êtes en train de lire ces lignes c’est que vous souhaitez des réponses à vos questions pour vous améliorer !
Mais avant de continuer cet article, j’aimerais que vous vous posiez 3 questions.

  1. Avez-vous réellement envie de vous améliorer ?
  2. Voulez-vous plus de succès ?
  3. Êtes-vous prêt à faire des changements ?

J’espère que vos réponses ont évidemment été OUI ! Et je vous le souhaite pleinement !
Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes en permanence en train de pensée. Les spécialistes estiment que nous avons 60000 pensées par jour ! Néanmoins, ces pensées peuvent nous servir ou tout simplement nous desservir… Nous avons un schéma de pensée différent les uns des autres et notamment des schémas limitants qui nous freinent et nous empêches de progresser ! La clé est donc de les identifier et de travailler dessus afin qu’ils évoluent en positif.
Je vous rassure tout de suite, tout le monde à des pensées négatives qui nous freinent mais la différence entre celui qui avance et celui qui stagne, c’est que le premier a identifié ces pensées limitantes et qu’il travaille dessus pour les voir évoluer ! Alors que d’autres trouveront plus simple de conserver leurs pensées limitantes pour justifier de leurs « échecs » ou de leur « stagnation ».
Ces mots sont peut-être un peu durs pour certains mais croyez-moi, j’ai eu et j’ai encore de nombreuses pensées limitantes dont certaines m’ont freiné pendant de longues années pour atteindre mes objectifs. Néanmoins c’est avec le recul que j’ai appris à penser différemment. C’est pour cela que je vais vous partager quelques-unes de mes pensées limitantes qui m’ont freiné par le passé et qui, j’en suis persuadé, traverse l’esprit d’une majorité de personnes et ce peu importe le domaine de vie.

Je n’ai jamais de chance !

« Je n’ai pas de chance au tirage » « il fait que des bandes, il a trop de chance ! » soyons honnête, qui n’a jamais dit cela ? Alors oui, la chance fait partie du badminton et de la vie, mais même si cela peut paraître « bateau », la chance se provoque ! Tous les plus grands sportifs vous le diront, plus ils travaillent, plus la chance leur sourit !
J’irai même un peu plus loin que le dicton, je pense que la chance se mérite et qu’elle sourit à ceux qui agissent.

La réussite arrive toujours aux autres !

Nous aimons nous comparer aux autres, les jalouser… et oui la réussite arrive aux autres, mais en vous focalisant un peu plus sur vous-même et en acceptant de payer le prix de la réussite, alors peut-être qu’elle sera de votre côté cette fois ! Il est toujours facile de regarder la réussite des autres et de les envier mais on n’oublie toujours de regarder le travail qui se cache derrière…
Sans travail il n’y a pas de réussite possible !

Il est trop tard pour moi !

Certains prendront comme excuse leur âge, ou qu’ils ont commencé trop tard le bad mais la réalité c’est qu’il n’est jamais trop tard pour continuer de progresser et d’avancer vers ces objectifs ! Même si vous échouez, le plus important est de vous relever et de continuer à avancer sans ça vous avez raison, il est trop tard pour vous !

Je ne progresse plus ou pas !

Cela est arrivé à tout le monde et m’ai personnellement arrivé de nombreuses fois ! La progression n’est pas linéaire… Par moment, il faut accepter de stagner voire de régresser pour de nouveau progresser ! C’est pour cela que je vous invite à avoir un carnet d’entrainement ! (Si vous êtes intéressé voici l’article !) Avec ça, plus de baisse de motivation et de pensée négative ! vous pourrez voir par vous-même les progrès effectués depuis toutes ces années !

Le succès arrive du jour au lendemain !

La vérité c’est que les plus belles choses mettent du temps à arriver ! on ne devient pas champion de France ou même champion Olympique du jour au lendemain ! Cela met des années à se mettre en place, à travailler dur pour toucher l’objectif du doigt ! Si vous voulez atteindre vos objectifs, vous devez prendre conscience de cela et accepter de suivre votre plan d’entrainement minutieusement !
N’oubliez pas que votre coach est là pour vous aider, donc n’hésitez pas à lui poser des questions… (il n’y a pas de question bête !).
Vous devez comprendre que plus vous avez de pensées négatives plus vous serez freiné dans l’atteinte de vos objectifs… Plus vous parlerez de façon négative de vous-même ou d’une autre personne et plus vous vous éloignerez de vos objectifs !
Évitez au maximum un discours démotivant et amusez-vous à changer toutes vos pensées négatives par du positif ! cela n’est pas facile mais les résultats seront au rendez-vous…
Nous sommes tous dotés de milliers de capacités ! Notre seule limite, c’est nous-même !

À bientôt

 

Laurent

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°17

Dossier Bad n°17

L’alimentation du badiste Des graisses pour s’affûter Dans notre société actuelle, l’alimentation prend une place de plus en plus importante dans les débats. La montée de l’obésité, du diabète et de nombreuses maladies auto-immunes (sclérose en plaques…), d’encrassage...

Dossier bad n°16

Dossier bad n°16

 L’alimentation du joueur de badminton Santé et performance  La recherche de performance est une démarche toujours plus précise et pointue. La performance en badminton ne fait pas exception. On voit les trajectoires des volants évoluer ainsi que les choix des méthodes...

Comment planifier ses objectifs ?

Comment planifier ses objectifs ?

comment planifier ses objectifs _

Badminton : Comment planifier ses objectifs ?

 

Voilà, nous arrivons au terme de cette année. Nous allons entrer dans une nouvelle décennie qui je l’espère, sera riche en performances sportives pour le badminton tricolore ?. C’est donc bientôt l’heure de tourner la page, de faire un beau réveillon mais surtout, d’écrire de nouvelles lignes en commençant par se fixer de nouveaux objectifs au travers des fameuses « nouvelles résolutions » !
Chaque année, nous sommes plein de bonnes volontés, d’objectifs, d’ambition ! Pourtant, combien d’entre nous arrivons réellement à tenir nos engagements que nous nous étions fixés ?
Très sincèrement, j’ai pendant de longues années fait parti de ces personnes qui étaient remplies de détermination pour la nouvelle année. Mais, car il y a toujours un « mais », ma motivation diminuait au fil des mois pour me retrouver de nouveau dans mes habitudes et mon « train train » quotidien…
Je me suis toujours demandé pourquoi je n’y arrivais pas et depuis que je me suis formé à la préparation mentale, j’ai compris qu’on ne m’avait jamais expliqué comment correctement se fixer un objectif…
Aujourd’hui, je vais vous révéler les méthodes que j’utilise pour me donner un maximum de chances de les atteindre !

Avant de voir comment nous pouvons planifier nos objectifs, il est important de comprendre que pour les atteindre, ils doivent absolument être en adéquation avec nos valeurs ! En effet, ses valeurs sont ce qui vous caractérise et qui vous pousse à agir d’une manière ou d’une autre… Si votre objectif n’est pas en adéquation avec cela, votre subconscient vous poussera à échouer.
La première chose à faire est donc de réfléchir à vos valeurs, à ce qui vous caractérise le plus en tant que personne.

Comment planifier ses objectifs ?

La méthode que j’utilise aujourd’hui pour planifier mes objectifs s’appelle la méthode S.M.A.R.T.

Spécifique :

Cela signifie que votre objectif doit être clairement défini. Plus vous serez précis plus vous aurez de chances de l’atteindre ! Si votre objectif est trop vague, il faut comprendre que c’est un peu comme naviguer à l’aveugle… vous avez peu de chances d’arriver à bon port !
Objectif classique : « je veux me remettre au sport »
objectif SMART : « je vais 2 fois par semaine à l’entrainement pendant 1 an »

Mesurable :

Vos objectifs doivent être mesurables. Il ne suffit pas de dire, « je veux perdre du poids », « je veux progresser au badminton » ou encore « je veux augmenter mon classement » mais plutôt de dire « je veux perdre 3 kilos », « je veux améliorer l’angle de mon smash », « je veux passer N1, N2 ou N3… »

Atteignable :

Bien évidemment le fait qu’un objectif soit atteignable ou non va dépendre de nos ressources et est donc, très subjectif. Néanmoins, il faut rester dans la mesure du possible objectif. Si vous venez de débuter le badminton et que votre objectif est de passer N1 en 1 an cela risque d’être impossible ou bien si cela vous arrive, j’aimerais connaître votre recette

Réaliste :

Ils doivent donc être réaliste, cela signifie simplement qu’au vu de votre vie actuelle, votre emploi du temps, cet objectif a-t-il sa place ? Si vous souhaitez passer N1 et que vous travaillez tous les week-end cela risque d’être peu réaliste sans changer de métier…

 

Temporalisé :

Enfin, votre objectif doit avoir une deadline. Fixez-vous des objectifs dans le temps, « je veux passer N1 dans 4 mois », « je veux perdre 3 kilos en 3 mois »… avoir une limite temporelle vous force à garder vos objectifs en tête de manière concrète.
La prochaine étape est d’écrire vos objectifs !
Oui c’est un peu ancienne école mais mettre par écrit vos objectifs est très important ! Je ne vous parle pas de le faire sur votre smartphone ou sur votre ordinateur mais de le faire sur papier. Vous le placerez en évidence chez vous afin qu’à chaque fois que vous passerez devant, votre subconscient le remarque.

Maintenant que vous savez fixer vos objectifs vous pouvez maintenant actionner l’un des leviers les plus puissants pour les atteindre ! L’engagement public !
Plus vous vous engagerez à réaliser vos nouvelles résolutions auprès de vos proches, de vos amis, dans votre travail, au club de bad, plus il a de chances que vous les réalisiez ! L’engagement public s’appuie sur la notion simple que nous n’aimons pas passer pour un beau parleur.

Comment atteindre ses objectifs ?

Pour être sûr de tenir ses engagements, nous pouvons utiliser plusieurs leviers. En effet, il en existe beaucoup. Voici ceux que je considère comme les plus efficaces.

  • Avoir un « Pourquoi » !
    On nous le répète très souvent mais avoir un « Pourquoi » lorsque nous avons des objectifs est essentiel afin de rester motivé sur le long terme ainsi que dans les moments de doute. Un bon « Pourquoi » est un « Pourquoi » qui est rattaché à de fortes émotions !
  • Demander de l’aide à un ami !
    Avoir un ami qui partage notre objectif (perte de poids, reprise du sport…) est un plus indéniable pour rester motivé et s’encourager mutuellement !
    Si personne ne partage votre objectif alors, il faut lui demander de vous encourager chaque jour par de simple SMS ou appels téléphoniques. De votre côté, ne pas hésiter à lui rendre des comptes dès que vous atteignez un succès ou que vous avez une baisse de motivation.
  • Ne perdez pas le rythme !
    De la répétition, et encore de la répétition ! C’est en étant assidu que votre objectif sera atteint ! Faites-en sorte que l’effort que vous faites n’en soit plus un ! Le jour où ce sera le cas, vous aurez créé une habitude ! Et comme le dicton le dit : « Plante une pensée, récolte une action ! Sème une action, récolte une habitude ! Sème une habitude, récolte un caractère ! Plante un caractère, récolte une destinée ! »
  • Prendre du plaisir !
    Peu importe votre objectif, vous devez trouver au moins une chose qui vous apporte plaisir à le faire, sans ça, vous risquez d’abandonner rapidement ou de trouver une bonne excuse pour reporter à plus tard.

 

Enfin, la dernière chose à prendre en compte et non pas des moindres est : êtes-vous prêt à payer le prix pour le réaliser ? Chaque objectif demande des sacrifices petits ou grands… à vous d’être objectif envers vous-même.

Je vous souhaite un excellent réveillon en avance ! Et bien sûr, je compte sur vous pour ne pas faire de folies

A bientôt

Laurent

Découvre notre application mobile ici !

Disponible sur Google Play

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo
Dossier Bad n°17

Dossier Bad n°17

L’alimentation du badiste Des graisses pour s’affûter Dans notre société actuelle, l’alimentation prend une place de plus en plus importante dans les débats. La montée de l’obésité, du diabète et de nombreuses maladies auto-immunes (sclérose en plaques…), d’encrassage...

Dossier bad n°16

Dossier bad n°16

 L’alimentation du joueur de badminton Santé et performance  La recherche de performance est une démarche toujours plus précise et pointue. La performance en badminton ne fait pas exception. On voit les trajectoires des volants évoluer ainsi que les choix des méthodes...

Préparation mentale : La confiance en soi

Préparation mentale : La confiance en soi

Préparation mentale _ la confiance en soi

Préparation mentale : La confiance en soi

 

Aujourd’hui je vous propose un article d’un amis préparateur mental Raphaël Homat (responsable d’un DU préparation mentale). Je vous laisse le parcourir et j’espère qu’il vous donnera envie de vous y intéresser de plus proche. Si c’est le cas, une surprise vous attend à la fin de cet article.

Je n’ai fait qu’un an de badminton en club… et encore, je n’y allais que pour pratiquer avec 2 amis quand j’étais prof d’EPS en Martinique.

Par contre, j’ai fait une quinzaine d’années du tennis, de 5 à 20 ans, et obtenu un titre de champion du Rhône en équipe (je profite vite de l’article pour le dire car c’est le seul titre que j’ai !!).

Lors de mes premiers « vrais » tournois (vers 10-11 ans) je me suis aperçu que mon jeu n’était pas le même selon l’enjeu. Je me rappelle que l’on évoquait le fait de jouer « petit bras »… et c’était vrai ! Mon bras devenait plus petit et surtout il était plus raide, ma gestuelle moins fluide, mon jeu de jambes moins précis. Tout ça je m’en rendais compte, mon entourage aussi… mais ça « s’arrêtait » là ! (bon j’avoue avoir cassé une ou deux raquettes et marmonné des noms d’oiseaux dans la barbe que je n’avais pas encore.)

Aujourd’hui, préparateur mental de sportifs, formateur en préparation mental, je sais qu’il aurait été possible d’entrainer le jeune joueur que j’étais différemment.

Oui, la pression que l’on se met avant une compétition peut créer des tensions musculaires.

Oui, notre discours interne (vous savez les petites (ou grandes) phrases que l’on se dit mentalement et que l’on croit) influence notre attitude sur le terrain, notre abnégation…

Ce discours influence notre confiance d’ailleurs ! (et réciproquement).

« La confiance en soi correspond à la croyance, à la conviction que l’on est capable d’accomplir une certaine tâche. » nous disent Thill et Fleurance

Pour un badiste, on pourrait donc dire qu’avoir confiance en soi avant un match serait se dire : « J’ai la conviction de pouvoir exprimer mes points forts pendant ce match. » Plusieurs études montrent l’influence de notre discours interne (notre confiance) sur la performance réalisée !

Il est possible, notamment dans les sports d’opposition, d’utiliser les positions de matchs.

Les positions de matchs correspondent au regard que le joueur porte sur lui et sur son adversaire.

Voici les différentes combinaisons :

Perdant-perdant : « je suis nul et mon adversaire aussi, cela va être un match pourri »

Perdant – gagnant : « je suis nul et mon adversaire est fort… je vais perdre ! »

Gagnant – perdant : « Je suis fort et mon adversaire est mauvais… je vais le battre « fingers in the nose »

Gagnant –gagnant : « J’ai des points forts, mon adversaire aussi ! Je sais que ça va être dur… il a ses chances et moi aussi !! Jusqu’au dernier point »

Voila les 4 possibilités de se représenter l’opposition entre soi et son adversaire et leur influence sur la confiance… et la performance !

Petite question, d’après vous… quelle combinaison est la plus propice à la réalisation de votre meilleure performance !? Répondez dans les commentaires de Fuzions… et je vous en dirai plus dans quelques jours !!

Vous voulez en savoir plus sur la préparation mentale ? Vous êtes ok pour vous préparer différemment ?

J’ai eu le privilège il y a quelques temps de former Laurent à la préparation mentale !

Si vous le souhaitez, vous pouvez découvrir mon programme phare pour les sportifs : Boostez vos perfs en 60 jours.

Avec le code Fuzions vous bénéficiez jusqu’au 14 juillet inclus d’une remise de 50%.

Demandez à Laurent ce qu’il en a pensé !

A très bientôt et au plaisir de vous lire !

Pour profiter de l’offre exceptionnelle que Raphaël vous proposes, cliquez ici

Raphaël est un très bon formateur et je vous conseille ses formations que j’ai eu l’occasion de suivre également 

STAGE JEUNES ET ADULTES

Stage jeunes et adultes

STAGE BAD & VAC MARTINIQUE

Stage badminton martinique

STAGE INDONESIE INTENSIF

stage indo